La folie n’existe plus. Dans le vocabulaire psychiatrique, elle a cédé la place à la santé mentale alors que, dans l’espace public, la fonction du fou s’est dissoute. Pourtant, la folie n’a pas disparu de l’imaginaire! Ainsi, au théâtre et en danse, foisonnent aujourd’hui de multiples et nouvelles représentations de celle-ci. Quelles formes esthétiques prennent ces représentations? Quels discours déploient-elles? Et, surtout, que révèlent-elles de nous et de notre rapport à la «norme»? Dans ce numéro, plusieurs aspects liés à la folie sont explorés, tant du côté de la dramaturgie que de la scène: des réflexions se faisant souvent écho l’une l’autre s’attachent ainsi aux multiples facettes de cette façon différente d’être au monde. En effet, protéiforme, mouvante, tissée d’insaisissabilité, la folie est prismatique et se décline en une multitude de discours et de représentations, affectant les territoires de l’intime comme ceux de la sphère sociale.

En guise de préambule au dossier, une Carte Blanche a été accordée à l’artiste new-yorkais Stephen J. Shanabrook, dont une des œuvres orne notre page couverture. Posant un regard à la fois acidulé et ludique sur la surmédicalisation en santé mentale, celui-ci nous entraîne dans un inquiétant «Paysage pharmaceutique». Sophie Bastien ouvre ensuite le dossier en dégageant, à partir notamment d’une production récente de Caligula, quelques grandes tendances contemporaines de la représentation de la folie. Alain-Martin Richard jette un regard critique sur deux spectacles dont la folie constitue l’épicentre: … et autres effets secondaires et Kliniken. Dans un entretien accordé à Raymond Bertin, les acteurs Émilie Bibeau et Benoît McGinnis, qui se sont mesurés aux personnages d’Hamlet et d’Ophélie, témoignent du défi de «jouer le fou» alors que Marc Béland évoque celui de le mettre en scène. Suit une réflexion, élaborée par Sidonie Han, sur la représentation spatiale de la folie chez le metteur en scène et scénographe français Alexis Forestier. Pour sa part, Hervé Guay se penche sur trois portraits d’auteures «devenues folles» dans des mises en scène de Brigitte Haentjens: Ingeborg Bachman (Malina), Sylvia Plath (la Cloche de verre) et Virginia Woolf (Vivre).

Avec «La folie non romantique dans le théâtre de Serge Boucher», Étienne Bourdages entame une section consacrée à la dramaturgie. Céline Taylor se penche sur l’univers asilaire et la «fabrique du fou» dans la Charge de l’orignal épormyable de Claude Gauvreau. Pour ma part, je m’intéresse aux poétiques d’énonciation de l’anorexie dans la courte pièce Parle-moi comme la pluie et laisse-moi écouter de Tennessee Williams. Suivent deux incursions du côté de la danse: Patricia Belzil s’intéresse à la dérive schizoïde de la jeune ballerine Nina dans le film Black Swan de Darren Aronofsky et Lise Gagnon observe la dépossession de soi et la monstration de la folie dans Icônes, à vendre, chorégraphiée par Manon Oligny. Enfin, bouclant le dossier, Kinga Zawada aborde le plaisir singulier que ressent le spectateur de théâtre, bien à l’abri dans l’obscurité de la salle, devant le spectacle de la folie d’autrui.

 

Aussi dans ce numéro

En plus des habituelles recensions et critiques de spectacles, on trouve dans ce numéro un éditorial, cosigné par Michel Vaïs et Christian Saint-Pierre, annonçant qu’un vent de renouveau souffle sur Jeu: le premier passe en effet le flambeau au second, qui devient le nouveau rédacteur en chef de la revue. On peut également lire un panorama de l’hiver et du printemps 2011 en danse signé par Guylaine Massoutre ainsi qu’un portrait de Michel Mongeau, écrit par Alexandre Cadieux, retraçant le parcours particulier de cet acteur dilettante. Enfin, dans une chronique intitulée «Téhéran : triomphe du théâtre textile», Michel Vaïs lève le voile sur la pratique théâtrale et sur les étonnantes coutumes du spectacle, observées tant par les acteurs que par les spectateurs, qui ont cours dans la capitale de l’Iran.

Bonne lecture!

 

JEU 140 / SOMMAIRE

ÉDITORIAL

La roue tourne par Michel Vaïs
Prendre le relais par Christian Saint-Pierre

REGARDS CRITIQUES

Ronfard démultiplié. Ronfard nu devant son miroir par Philippe Couture
Partis pour rester, et patatras. Correspondances par Pierre Popovic
L’esprit est là. Qui est ce Ionesco ? par Michel Vaïs
À la bonne franquette. Soupers par Alexandra Jarquef
Trôner sur l’amour. Mérédith par Michel Vaïs
L’étrangère. Manhattan Medea par Catherine Cyr 
Le 20 novembre 
Discours vengeur d’un loser par Raymond Bertin
Le contraire du théâtre par Lise Vaillancourt
Le mariage comme entreprise de démolition. La Noce par Marie-Christiane Hellot
Soho ou les exaltés du vice et de la vertu. L’Opéra de quat’sous par Alain Martin Richard
Un art qui se distingue
Les Trois Jours de Casteliers 2011 par Raymond Bertin
La saison 2010-2011 de l’Opéra de Montréal : inscrite dans une certaine continuité par Lucie Renaud

DANSE

On ne voit jamais la même chose deux fois
Hiver et printemps 2011 en danse par Guylaine Massoutre

CARTE BLANCHE

Paysage pharmaceutique par Stephen J. Shanabrook

DOSSIER : THÉATRES DE LA FOLIE

La folie à la scène : quelques tendances contemporaines par Sophie Bastien  
Les hurlements silencieux de la folie
…et autres effets secondaires et Kliniken par Alain-Martin Richard
Jouer la folie : autour d’Hamlet et d’Ophélie
Entretien avec Marc Béland, Émilie Bibeau et Benoît McGinnis par Raymond Bertin
Matériaux Forestier Espaces et folie par Sidonie Han 
Pourquoi l’auteure est-elle devenue folle ?
Trois portraits d’écrivaines signés Brigitte Haentjens  par Hervé Guay
La folie non romantique dans le théâtre de Serge Boucher par Étienne Bourdages
La Charge de l’orignal épormyable ou la fabrique du fou par Céline Taylor
Une écriture de l’anorexie 
Parle-moi comme la pluie et laisse-moi écouter de Tennessee Williams par Catherine Cyr
Noir cygne de perfection. Black Swan par Patricia Belzil
La pornographie du désespoir. Icônes, à vendre par Lise Gagnon
La folie et le plaisir du spectateur par Kinga Zawada  

PROFIL

Michel Mongeau : l’humilité d’un jeune dilettante par Alexandre Cadieux

Abécédaire 

Téhéran : triomphe du théâtre textile  par Michel Vaïs

PUBLICATIONS

par Michèle Vincelette

BLOC-NOTES

par Christian Saint-Pierre

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *