Nouvelles

Lectures, conférences et autres rencontres avec Koffi Kwahulé

Le Théâtre Les Deux Mondes, en collaboration avec Lézards qui bougent (France), le CEAD et l’École supérieure de théâtre de l’UQAM, organise une série de rencontres avec l’auteur ivoirien Koffi Kwahulé, du 31 octobre au 3 novembre.

 

Lundi 31 octobre à 12 h 45 

 UQAM, Pavillon Judith-Jasmin, Salle des Boiseries, 2e étage, local J-2810

POUR UN THÉÂTRE MARRON : CORPS DIASPORIQUES ET VOIX CONTEMPORAINES

L’École supérieure de théâtre vous invite à plonger au cœur de l’univers de Koffi Kwahulé, une des voix majeures de la dramaturgie contemporaine. En présence de l’auteur, des étudiants en interprétation de l’École supérieure, sous la direction du metteur en scène français Kristian Frédric, grand complice à la scène de Koffi Kwahulé, liront des morceaux choisis commentés par madame Sylvie Chalaye (professeur à l’Institut d’Études théâtrales de Paris III et spécialiste des dramaturgies afro-caribéennes).

 

Mardi 1er novembre à 17 h 00

Théâtre Aux Écuries (7285, rue Chabot)

SALON DU CEAD AVEC KOFFI KWAHULÉ

Avant la Première de Jaz, coproduite par la compagnie de théâtre québécoise Les Deux Mondes et la compagnie française Lézards qui bougent, Koffi Kwahulé parle de ses œuvres et de son parcours en présence du metteur en scène Kristian Frédric.

Discussion animée par Étienne Lepage.

 

Mercredi 2 novembre à 12 h 45

UQAM, Pavillon Judith-Jasmin,  Foyer de la salle Marie Gérin-Lajoie

LES FIGURES FÉMININES DU THÉÂTRE DE KOFFI KWAHULÉ

Les voix de femmes chez Koffi Kwahulé sont riches de contradictions. Sexuellement désirables, elles maltraitent pourtant les fantasmes masculins. Subissant pour la plupart la violence zoologique en plein corps, elles ne cessent d’offrir l’amour qui, dans des sociétés judiciaires en échec, devient la seule arme possible.

Une communication de Fanny Le Guen, étudiante au doctorat en Littérature comparée, la Sorbonne, Paris IV

 

Mercredi 2 novembre à 17 h 00 

Théâtre Aux Écuries (7285, rue Chabot)

LECTURE PUBLIQUE : LA MÉLANCOLIE DES BARBARES

Nous sommes au cœur d’une cité. Une jeune femme, Monique, rebaptisée Baby Mo, s’est mariée avec un policier, plus âgé qu’elle, qui lui fait porter le voile. Cet homme, c’est la clé de son Amérique, une façon selon Baby Mo d’échapper à sa condition. Mais elle aime un jeune garçon, Zac et deale pour lui. Le policier, jaloux, décide de prendre Zac sous son aile et d’en faire son fils spirituel. Nous sommes dans un huis clos ou presque, à l’intérieur d’une cité, avec ses propres règles, en présence de Baby Mo, de son mari policier, de Zac, de sa mère et sa soeur, et de deux choeurs, une assemblée des femmes et une assemblée des copains de Zac.

Lecture commentée par l’auteur

 

Jeudi 3 novembre vers 21 h 15

Théâtre Aux Écuries (7285, rue Chabot)

RENCONTRE AVEC L’AUTEUR APRÈS LA REPRÉSENTATION DE JAZ

 

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *