Nouvelles

La saison 2012-2013 du Rideau Vert est dévoilée

Communiqué de presse: Le Rideau Vert vient de dévoiler la programmation de sa saison 2012-2013. Par la même occasion, le TRV annonce une série d’initiatives pour élargir son offre et répondre aux attentes du public.

 

À l’affiche:

La Corneille

Une pièce de Lise Vaillancourt

Mise en scène : Geoffrey Gaquère Avec Annick Bergeron, Monique Miller et Marie-Ève Trudel

Entre son travail d’informaticienne et ses cours de yoga, Julie, quarante-huit ans, mène une vie bien rangée. Elle s’alimente bio, fait de l’exercice et combat le stress à coup de tisanes et d’antioxydants. Un soir, en rentrant chez elle, elle trouve une corneille volant frénétiquement dans son loft. Au même moment, sa mère, une femme verbomotrice, impulsive et culpabilisante, débarque avec ses valises. Au fil des jours qui suivent, la mère s’installe et une série d’événements curieux se produisent. Julie, étouffée par cette femme exubérante et troublée par les cris incessants de la corneille, essaie tant bien que mal de réapprendre à respirer. Un texte à la fois drôle et profond qui expose une relation mère-fille où la dépendance et l’affranchissement se côtoient de près.

 

La Sagouine

Une pièce d’Antonine Maillet

Mise en scène : Eugène Gallant

Avec Viola Léger

La Sagouine a 40 ans! Elle a « la face nouère, pis la peau craquée ». Elle ne sait ni lire, ni écrire, mais elle sait raconter! Blanchisseuse de métier, fille et femme de pêcheur, elle utilise une langue rare et poétique pour nous livrer ses réflexions sur les hauts et les bas de la vie, dans son petit village acadien de Bouctouche. À travers ses monologues souvent comiques, parfois poignants, et avec une logique implacable, elle porte un regard avisé sur les gens de son coin de pays. Devenue au fil du temps un véritable symbole de l’identité acadienne, la Sagouine n’a rien perdu de sa vivacité d’esprit et continue de charmer plusieurs générations de spectateurs.

 

2012 revue et corrigée

Un collectif d’auteurs

Mise en scène et script-édition : Serge Postigo

Avec Suzanne Champagne, Véronique Claveau, Benoit Paquette, France Parent, Sylvain Scott et Marc St-Martin

2012 s’achève, 2013 prend la relève! Mais avant de tourner la page, le Théâtre du Rideau Vert vous convie à sa traditionnelle revue de l’année. Les gaffes des politiciens, les faux pas de nos vedettes préférées, les sujets chauds de l’actualité; rien n’échappe aux dents affûtées de l’équipe de la revue annuelle. Sketches, vidéos, chansons et imitations dépeignent avec humour les moments marquants de l’année 2012. Ce spectacle représente une véritable course à relais pour tous les artistes et artisans qui y travaillent. Autant sur scène, où les numéros s’enchaînent à un rythme effréné, qu’en coulisses, où les changements de costumes se font à la vitesse de l’éclair; une gymnastique réglée au quart de tour. Pour diriger cette 8e édition de la revue, la directrice artistique a fait appel à un artiste polyvalent : Serge Postigo. Son professionnalisme et son excellent sens du timing sauront mettre en valeur les multiples talents des six interprètes.

 

Marius et Fanny

Une pièce de Marcel Pagnol

Mise en scène : Normand Chouinard

Avec Frédéric Desager, David-Alexandre Després, François-Xavier Dufour, Sophie Faucher, Rémy Girard, Julien Hurteau, Marie-Pier Labrecque, Danièle Lorain, Jean Marchand et Manuel Tadros

Sous le soleil marseillais de la fin des années 20, Marius, fils de César, patron du « Bar de la Marine », et Fanny, fille de la marchande de poisson Honorine, vivent secrètement les émois d’un premier amour. Mais Marius, qui rêve de pays lointains depuis sa tendre enfance, ne peut se résoudre à passer sa vie derrière le comptoir du bar de son père et cède finalement à l’appel de la mer. Les mois passent et le désarroi causé par le départ de Marius s’estompe peu à peu. Autour de Fanny et César, dévorés par le chagrin, les amitiés se resserrent et le quotidien reprend tout doucement son rythme dans le Vieux-Port de Marseille. Avec la langue mélodieuse du sud de la France, Marcel Pagnol nous raconte une magnifique histoire de famille et d’amour.

 

Avec Norm

Une pièce de Serge Boucher

Mise en scène : René Richard Cyr

Avec Éric Bernier, Sandrine Bisson, Muriel Dutil et Benoît McGinnis

Normand vit dans un petit appartement situé dans un quartier défavorisé de la métropole. Entre les histoires de sa sœur Nancy, les soirées en compagnie de sa vieille voisine Tony et les appels téléphoniques de Batman, son mystérieux ami, il attend avec impatience les visites de François, parrain pour un organisme d’aide aux démunis. Ce dernier, témoin d’une misère plus grande qu’il n’avait pu se l’imaginer, tente tant bien que mal d’adoucir l’existence de ces êtres sans ressources. Bouleversé par leur solitude, il sera vite confronté à ses propres limites. Portrait saisissant de la pauvreté qui sévit dans notre propre ville, ce texte questionne notre capacité d’empathie et notre impuissance à améliorer le sort d’autrui.

 

L’amour, la mort et le prê-à-porter

Une pièce de Nora et Delia Ephron

Traduction : Danièle Lorain

Mise en scène : Denise Filiatrault

Avec Valérie Blais, Adèle Reinhardt, Pierrette Robitaille, Geneviève Schmidt et Tammy Verge

Nos vêtements. Bien plus que des morceaux de tissus, ils nous accompagnent dans les moments charnières de notre vie. Rangés dans nos tiroirs ou pêle-mêle dans nos placards, ils marquent nos souvenirs. C’est à travers l’évocation de leur garde-robe que les nombreux personnages féminins de L’amour, la mort et le prêt-à-porter nous livrent leurs histoires. Une robe, un soutien-gorge, des souliers à talons hauts deviennent tour à tour prétexte pour parler des événements heureux et des drames qui nous façonnent. Sur le ton de la confidence, avec humour et autodérision, les personnages s’adressent directement au public et portent une parole qui, sans être revendicatrice, demeure profondément féminine. Des monologues drôles et émouvants, qui se suivent comme des vêtements sur une corde à linge.

 

_________________________________

 

Une sortie dominicale

Toujours dans le but de maximiser l’accessibilité, le TRV proposera la saison prochaine une représentation le dimanche à 15 h. Les amateurs de théâtre qui le souhaitent pourront ainsi choisir cette journée souvent plus tranquille et ainsi éviter le stress imposé par le rythme effréné de la semaine de travail.

Des matinées pour les jeunes curieux

Le TRV offre aux étudiants du secondaire et du collégial la possibilité de découvrir les œuvres québécoises et internationales à l’affiche en 2012-2013 en proposant des matinées scolaires.

Des soirées pour les passionnés

Le deuxième jeudi de chaque série de représentations (sauf pour 2012 revue et corrigée), quelques minutes après la fin du spectacle, le TRV convie les spectateurs à une rencontre avec les artistes et artisans des différentes productions de la saison. Ce sera l’occasion de discuter théâtre avec ceux et celles qui le façonnent.

 

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *