Nouvelles

Voir de l’intérieur | Martine Beaulne et Sylvie Drapeau

Paru récemment: Voir de l’intérieur, de Martine Beaulne et Sylvie Drapeau, chez Dramaturge Éditeurs. 

Arrière de couverture:

Dans le présent essai, la metteure en scène Martine Beaulne et la comédienne Sylvie Drapeau échangent au sujet de leur pratique théâtrale respective ou commune. En tentant de le voir de l’intérieur, les deux praticiennes aguerries de ce métier sublime et sublimé, le montrent comme il est, soit un outil privilégié de présence au monde et l’arme avec laquelle il convient peut-être de le changer. Les deux femmes ne cherchent pas à s’imposer l’une l’autre – ou à imposer au lecteur – une seule manière de voir les choses. A force d’observation et d’écoute, elles nous dévoilent des facettes cachées de la pratique théâtrale et ce, sans se défiler devant les grandes questions qu’elles soulèvent elles-mêmes. Elles débusquent aussi certains détails dont la simplicité, on le voit nous aussi, n’est qu’une apparence quand ils sont vus de l’intérieur.

À propos des auteures:

Née à Montréal en 1952, Martine Beaulne est la fille de Guy Beaulne et petite-fille de Léonard Beaulne, hommes de théâtre, et de Pauline Beaudry, journaliste. Comédienne de formation, Martine Beaulne poursuit depuis plusieurs années une carrière triple de comédienne, de metteure en scène et de professeure. Diplômée du Conservatoire d’art dramatique en 1975, elle débute comme membre et fondatrice du Théâtre Parminou. Pendant neuf ans, elle crée et joue plus de vingt cinq spectacles au Québec, au Canada, en France et en Afrique. Par la suite, elle participe comme comédienne à plusieurs productions avec le Théâtre des Gens d’en Bas, le Nouveau Théâtre Expérimental, le Théâtre du Sang-neuf, le Théâtre populaire du Québec et le Théâtre du Nouveau Monde. Elle a poursuivi sa formation en théâtre au Japon, avec le groupe de danse butoh Dairakudakan, le théâtre Tenkei et maître Nognuchi, en Italie avec Giovanni Poli et au Danemark avec Eugenio Barba. C’est au début des années 90 qu’elle se tourne vers la mise en scène. Elle signe depuis de nombreux spectacles, chaudement acclamés par le public et la critique. Martine Beaulne est professeure en jeu et mise en scène à l’École supérieure de théâtre de l’UQÀM depuis 1993 et elle a été directrice de la maîtrise en théâtre de l’an 2000 à 2006. Elle a été plusieurs fois boursière du Conseil des arts du Canada et du Conseil des arts et des lettres du Québec. Plusieurs de ses productions ont été nominées et ont reçu des prix de L’Académie québécoise du théâtre, d’Unima Association et un Gémeaux pour sa co-réalisation d’Albertine, en cinq temps. Elle a publié à l’automne 2004, chez Leméac, collection Écritoire, un essai sur la mise en scène intitulé Le passeur d’âmes qui lui a valu une nomination au Prix Victor-Barbeau de L’Académie des Lettres du Québec. (biographie tirée du site web de l’École supérieure de théâtre de l’UQAM) 

Sylvie Drapeau, grande comédienne, a interprété près de cinquante grands rôles de théâtre en vingt-cinq ans. Mentionnons notamment ses prestations dans La voix humaine, Le temps d’une vie, Elvire Jouvet 40, de même que Marie Curie et Lady Macbeth (prix Gascon-Roux de la meilleure interprétation féminine 2001). Nous avons également pu la voir dans Médée Matériau, L’aigle à deux têtes, Reste avec moi ce soir, L’imprésario de Smyrne, Marie Stuart et Dr.Jekyll and Mr. Hyde. Cette année seulement, on a pu la voir dans L’effet des rayons gamma sur les vieux garçon, Un tramway nommé désir, Chambre(s), Et Vian ! dans la gueule et Piaf. Elle a coécrit et joue avec Isabelle Vincent dans Avaler la mer et les poissons qui a fait l’objet d’une tournée au Québec. Elle s’illustre aussi à l’écran avec le personnage de Denise Pelletier dans la série Jean Duceppe. Au cinéma, nous la retrouvons avec bonheur dans 15 février 1839 (Pierre Falardeau) (prix Jutra de la meilleure actrice de soutien en 2002), Le piège d’Issoudun (nomination pour le prix Jutra de la meilleure actrice en 2004)(Micheline Lanctôt), Les fantômes des trois Madeleine (Guylaine Dionne) et récemment dans Borderline (Lyne Charlebois). (biographie tirée du site web du Théâtre d’Aujourd’hui)

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *