Critiques

Chante avec moi : Chanter pour mourir ça sonne drôle

Nous vous offrons ici des extraits de la critique de Chante avec moi, d’Olivier Choinière, par Étienne Bourdages, telle que parue en juin 2011 dans le numéro 139 de JEU. Les abonnés de JEU sur Érudit peuvent lire l’intégral de cette critique en ligne.

 

Pourquoi la musique et la chanson plaisent-elles? Pour quelles raisons se sont-elles développées dans toutes les cultures? Quelle fonction jouent-elles dans la survie de l’espèce? Récemment, des chercheurs de l’Université McGill publiaient les conclusions d’une étude confirmant enfin l’hypothèse selon laquelle, à l’instar d’une drogue ou de la nourriture, la musique a bel et bien une incidence sur la production de dopamine, neurotransmetteur associé au plaisir. Il suffisait pourtant de passer une heure à l’Espace Libre l’automne dernier pour s’en convaincre, car c’est sans contredit des sécrétions apparentées que produisait Chante avec moi, le dernier opus d’Olivier Choinière.

[…]

Choinière parvient à faire un commentaire mordant sur un genre – que ce soit la musique pop ou la comédie musicale – en utilisant les motifs de ce même genre. Un petit tour de force. Mais quel est-il ce message? Le crescendo qui s’accentue d’une reprise à l’autre de la chanson mène à l’absurde, voire à l’abstraction. Un peu comme dans La Cantatrice chauve, d’Ionesco, quand le langage des personnages devient complètement désarticulé, les identités individuelles se trouvent anéanties par le vacarme, les émotions personnelles sont noyées, broyées par la machine qui en impose d’autres, préfabriquées. Dans Chante avec moi, épuisé par l’itération en boucle, devenu incapable de penser par lui-même, chacun voit son intériorité saturée par le flonflon rock-matante.

[…]

Choinière nous convie à une vision du monde assez pessimiste. Ici, la chanson populaire sert l’enrégimentement des masses par des pouvoirs discrets mais omnipotents. […] À la fin, la chorégraphie va jusqu’à suggérer l’endoctrinement militaire à travers la podorythmie en rang d’oignons. L’emprise est totale.

 

Chante avec moi
Texte, musique et mise en scène: Olivier Choinière
Une production L’Activité, à l’Usine C jusqu’au 27 mai
À l’occasion du Festival TransAmériques


Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *