Nouvelles

Le Centre du Théâtre d’Aujourd’hui en 2014-2015

La saison 2014-2015 du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui a pour ligne directrice la multitude et la prise de parole. Une cinquantaine d’auteurs et près d’une centaine de comédiens prendront d’assaut les scènes du centre de création pour affirmer cette volonté d’un théâtre québécois de référence, rassembleur, à la pertinence éclatante.

Dans la salle principale:

Du 30 septembre au 17 octobre 2014

Trois, de Mani Soleymanlou, est une pièce fleuve sur la parole collective. Trilogie mettant d’abord Mani Soleymanlou seul en scène, puis accompagné d’Emmanuel Schwartz, Trois donne finalement la parole à une cinquantaine de comédiens, d’origines diverses mais tous citoyens québécois. Une production du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui.

Du 11 au 30 novembre 2014

Sébastien Dodge signe avec Damnatio Memoriae une pièce «historico-gore-burlesque» portant sur la violence inhérente à la gente humaine et à son incapacité à apprendre de ses erreurs passées. Une création du Théâtre de la Banquette arrière.

Du 13 janvier au 7 février 2015

Wajdi Mouawad présente Sœurs, qui traite de la langue maternelle et l’identité profonde qu’elle offre à chacun, de la blessure et l’humiliation de ne pas pouvoir librement la parler. Une production d’Abé Carré Cé Carré et au Carré de l’Hypoténuse

Du 24 février au 21 mars 2015

Par le biais d’un repas de famille dégénérant en règlement de comptes, Olivier Choinière, met en avant dans Ennemi public la propension d’un groupe ou d’une société à désigner des boucs émissaires, figure récurrente de notre saison. Une production du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui.

Du 14 avril au 9 mai 2015

J’accuse, d’Annick Lefebvre, met en scène cinq femmes à la parole franche et libérée qui ragent contre ceux qui veulent limiter leurs ambitions. Trois pièces pour trois discours forts et une multiplicité de paroles libérées. Une production du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui.

Dans la salle Jean-Claude Germain:

Du 7 au 25 octobre 2014

La nouvelle compagnie résidente, Création Dans la Chambre, présente Koalas, texte et mise en scène de Félix-Antoine Boutin, une pièce écrite au conditionnel, emplie d’une indétermination collective.

Du 4 au 22 novembre 2014

La prise de parole féminine, portée par J’accuse dans la salle principale, est également mise en avant dans la salle Jean-Claude-Germain avec Je ne suis jamais en retard. Pièce chorale écrite à plusieurs mains, elle nous donne à entendre les préoccupations sociales et intimes de ces femmes du Québec d’Aujourd’hui. Avec des textes de Louise Bombardier, Nicole Brossard, Marie-Ève Gagnon, Nicole Lacelle, Dominick Parenteau-Leboeuf, Marilyn Perreault et Lise Roy. Mise en scène de Markita Boies.

Du 27 janvier au 14 février 2015

Épopée Nord, une création du Théâtre du Futur dans le cadre de sa résidence. Une pièce d’anticipation absurde écrite et interprétée par Olivier Morin et Guillaume Tremblay, avec la participation de Navet Confit.

Du 17 mars au 4 avril 2015

Jean-François Nadeau cristallise le questionnement sur la forme théâtrale omniprésent dans cette saison avec Tungstène de bile, un recueil de 16 poèmes écrits pour êtres dits plus que pour être lus et qui prennent tout leur sens une fois portés à la scène.

Du 28 avril au 16 mai 2015

Selfie, une création de L’Homme allumette, une pièce écrite et mise en scène par Philippe Cyr, Sarah Berthiaume et Édith Patenaude. Une plongée dans l’intimité des corps et de nos désirs… Pour public averti !

La saison 2014-2015 marque également un tournant dans l’histoire du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui avec l’adoption d’une nouvelle identité visuelle, fruit d’une longue réflexion sur sa place dans la société, sur son évolution et ses dynamiques. La notion de Centre, présente dans les lettres patentes de l’institution, renvoie à l’idée que le théâtre est un lieu de rencontre, un point de convergence, un carrefour de création où se tiennent des échanges entre les différentes parties prenantes de notre société. Formée de la répétition plus ou moins ordonnée des lettres C, T, D’, A, cette nouvelle signature visuelle se veut toujours en mouvement, évoluant en fonction des projets portés et des dynamiques sociales à l’œuvre aujourd’hui.

Communiqué de presse // Centre du Théâtre d’Aujourd’hui

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *