Entrées libres JEU 152 : Représenter la mort

59e Entrée libre | Théâtre et politique : de faux amis?

On ne compte plus aujourd’hui les compagnies de théâtre qui choisissent de « faire dans le politique » ou, pour utiliser un mot convenu, faire du théâtre « citoyen ». Au Québec, le politique ne s’incarne plus dans une posture nationaliste ou féministe, mais dans un discours « citoyen », qui semble être une façon privilégiée de convoquer un théâtre politique de façon moins explicite ou univoque, donc un peu flottante, voire molle, mais d’une dimension protéiforme.

Qu’implique ce geste ? Quels sont ses enjeux esthétiques et sociaux ? Cette approche est-elle surtout un moyen efficace d’entrer en communication avec le public, de s’assurer son adhésion à l’objet théâtral ? Mais si on ne peut être contre la vertu, est-ce bien le rôle du théâtre de sauver la société ? N’est-ce pas instrumentaliser le théâtre que de le restreindre à un propos « citoyen » et à une telle forme politique ?

Ce qui ressemble à une mode s’accompagne d’un certain discours critique qui privilégie ce type de théâtre au détriment d’autres formes. Le théâtre politique (ou citoyen) est-il un passage obligé ? Est-ce que cela a des effets néfastes ? Est-il tabou de se réclamer d’autres formes de discours, ou d’en avoir assez de la place accordée au politique/citoyen ? Dramatiquement, le théâtre et le politique peuvent-ils être amis ?

3 Juin 2014

Animateur : Michel Vaïs

Invités : Philippe Ducros, Carole Fréchette, Étienne Lepage et Marcel Pomerlo

Compte rendu dans JEU 152, 2014.3, p. 60-63.

 

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *