Nouvelles

Alain Platel de retour au Festival TransAmériques

À titre de première invitation en tant que nouveau directeur artistique du Festival TransAmériques, Martin Faucher a le grand plaisir d’annoncer le retour à Montréal du brillant chorégraphe et metteur en scène flamand Alain Platel des célèbres ballets C de la B. Coproduit par Münchner Kammerspiele, son saisissant spectacle tauberbach met en scène un monde de pulsions et de désirs avec, en toile de fond, du Bach chanté par des sourds pour exalter la capacité des humains à survivre dans des conditions extrêmes. Un événement qui promet déjà de marquer le printemps, du 29 mai au 1er juin 2015 au Monument-National pour quatre représentations seulement. Billets en vente le jeudi 4 décembre 2014 à midi.

Plus forts que tout dans tauberbach

Cinq tonnes de vêtements éparpillés où grouille une intrigante faune, une femme qui converse avec l’univers, un enregistrement de Bach chanté par des sourds. Un monde de pulsions et de désirs que le metteur en scène et chorégraphe Alain Platel orchestre magistralement pour exalter la formidable capacité des humains à survivre dans des conditions extrêmes. Estamira, passionaria d’une marginalité revendiquée, oscille entre folie rageuse et besoin viscéral de paix. Fragiles, hallucinées, allègrement désinhibées, des créatures animent follement ce dépotoir où elle vit. Quête partagée de tendresse, de transformation, d’élévation. Espaces conquis d’harmonie et de recueillement. La situation semble désespérée, mais tout n’est pas perdu.

Après trois triomphes au FTA, dont le bouleversant Gardenia en 2011, les ballets C de la B reviennent avec tauberbach. Distordant les corps et le réel pour en extraire la substantifique sensibilité et l’intrinsèque beauté, le génial Platel y livre une saisissante métaphore d’une société schizophrène à sauver du désastre.

Communiqué de presse | FTA


Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *