Nouvelles

Stratford on Outremont : de la scène à l’écran

Trois captations de tragédies de Shakespeare produites par le Festival de Stratford présentées en primeur au Théâtre Outremont du 19 au 23 août.

Cinéphiles et amateurs de théâtre classique, à vos marques ! Dans moins d’un mois, vous serez comblés par l’événement Stratford on Outremont – De la scène à l’écran, où trois classiques de Shakespeare, captés sur pellicule au Festival de Stratford, seront présentés en version originale anglaise : King John, King Lear et Anthony and Cleopatra, temps forts de la saison 2014 de cette grande manifestation théâtrale ontarienne.

Du grand Shakespeare, du grand art, interprété par la crème de la crème des acteurs shakespeariens canadiens et anglais. Une expérience inoubliable à vivre dans le confort d’une salle climatisée. Le Festival de Stratford comme si vous étiez ! Tarif unique : 15 $. Tarif spécial pour les trois films : 35 $ 

Au programme, trois grands drames historiques shakespeariens : King John (Vie et mort du roi Jean), ou l’art de la politique sous toutes ses formes : cynisme, démagogie, calcul, opportunisme. C’est l’intérêt personnel — et notamment la cupidité — qui mène les souverains ; King Lear (Le roi Lear), un monument du théâtre et de la littérature, une magistrale histoire renfermant toute la complexité de l’humanité, où s’entremêlent souffrances et tragédies familiales, portée par Colm Feore qui incarne un roi Lear profondément humain. Et enfin, Anthony and Cleopatra (Antoine et Cléopâtre), une pièce où Shakespeare examine les relations complexes entre les sphères publique et privée. L’ambition, l’honneur et l’amour se mêlent et s’affrontent, à travers une analyse minutieuse du déclin physique et moral d’un homme. 

KING JOHN OUVRE LE BAL les 19 et 20 août, 19 h 30. Un ambassadeur du roi Philippe II de France rend visite au roi Jean d’Angleterre, « Jean sans Terre » (1199-1206), et exige que Jean abdique en faveur de son jeune neveu Arthur, le fils de Geoffroy, son frère aîné décédé, et de Constance, la duchesse de Bretagne. Défiant cet affront à la légitimité de son règne, Jean déclare la guerre à la France. Pendant ce temps, on lui demande de régler un différend d’héritage entre deux frères, Robert Faulconbridge et son frère utérin, Philippe, que Robert croit être le fils illégitime du roi Richard (communément appelé Richard Cœur de Lion), lequel a précédé John sur le trône. Jean offre à Philippe, « le Bâtard », le titre de chevalier s’il renonce à l’héritage Faulconbridge et s’il le suit dans sa guerre contre la France – une proposition que Philippe accepte volontiers. Toute guerre, cependant, finit par prendre une tournure inattendue, et il semble que la France ne soit pas le seul ennemi que Jean devra affronter. 

Une production du Festival de Stratford. Mise en scène : Timm Carroll / Production, Réalisation : Barry Avrich. Avec : Tom McCamus (le roi Jean),  Seena McKenna (Constance), Graham Abbey (Philippe le Bâtard), Daniel Briere (Sir Robert Faulconbridge), Peter Hutt (Philippe II)

LE ROI LEAR, L’UNE DES GRANDES TRAGÉDIES DE LA MATURITÉ DE SHAKESPEARE, le 21 août à 19 h 30 et le 22 août à 15 h.

Lear, roi de la Grande-Bretagne, décide de se retirer du trône et de partager son royaume entre ses trois filles : Goneril, mariée au duc d’Albany; Régane, mariée au duc de Cornouailles; et la plus jeune, Cordélia, sa préférée, courtisée à la fois par le duc de Bourgogne et le roi de France. En annonçant officiellement cette division du royaume, Lear exige que chacune de ses filles fasse en retour un discours public pour lui déclarer son amour filial. Seule Cordélia, pour qui l’amour est plus éloquent que les paroles, ne répond pas à ses attentes ce qui provoque l’ire paternelle. Parallèlement à cette intrigue, le comte de Gloucester se méprend sur la vraie nature de son fils illégitime, Edmond, qui le persuade que son fils légitime, Edgar, projette de l’assassiner. Les deux pères se trompent sur leurs enfants – des erreurs pour lesquelles tous deux devront payer un prix terrible. 

Une production du Festival de Stratford. Mise en scène : Antoni Cimolino / Réalisation Joan Tosoni Production: Barry Avrich. Avec : Colm Feore (le roi Lear),  Sara Farb (Cordélia), Scott Wentworth (Gloucester), Jonathan Goad, (Kent), Goneril (Maev Beaty), Lilisa Repo-Martell (Regan), Stephen Ouimette (le Fou) 

ANTONY AND CLEOPATRA, VAINCUS PAR L’AMOUR le 22 août à 19 h 30 et le 23 août à 15 h          

Après l’assassinat de Jules César, le monde romain est gouverné par un triumvirat composé d’Octave César, Marcus Aemilius Lepide et Marc Antoine. Cependant, au grand dam d’Octave César, Antoine néglige ses responsabilités politiques et militaires – et sa femme à Rome – car il gouverne son empire depuis l’Égypte où il vit une passion charnelle et tumultueuse avec la souveraine Cléopâtre, préférant les voluptés orientales aux intérêts politiques qu’exige Rome. À la mort de sa femme, Antoine rentre enfin à Rome pour aider César à écraser une rébellion menée par Pompée. Pour resserrer les liens entre eux, il accepte d’épouser la sœur de César, Octavie – une nouvelle qui rend Cléopâtre furieuse. Pompée et le triumvirat annoncent une trêve temporaire, durant laquelle Pompée manque l’occasion de tuer les trois dirigeants romains lors d’un banquet à bord d’un navire. Lorsque Antoine, incapable de supporter sa séparation d’avec Cléopâtre, retourne en Égypte, Octave César attaque et vainc Pompée, emprisonne Lépide et défie Antoine en mer. Antoine perd la bataille quand les navires de Cléopâtre battent en retraite, et la flotte égyptienne finit par se rendre complètement. Antoine accuse Cléopâtre de le trahir, celle-ci lui fait savoir qu’elle s’est tuée. En entendant cela, Antoine se donne la mort. Il ne reste plus à Cléopâtre qu’à accomplir ses noces mystiques avec celui qu’elle rêvait en empereur, à transcender leur amour au travers de la mort. Elle meurt, le baiser de l’aspic et le nom d’Antoine sur les lèvres. 

Une production du Festival de Stratford. Mise en scène : Gary Griffin / Réalisation, Production: Barry Avrich. Avec : Geraint Wyn Davies (Marc-Antoine),  Yanna McIntosh (Cléopâtre), Ben Carlson (Octave César), Tom McCamus (Enobarbus)  

Rappelons que 52 lundis par année, à 16 h et à 19 h 30, le Théâtre Outremont présente les meilleurs films récents d’ici et d’ailleurs, et ce, dans des conditions optimales grâce à son tout nouvel écran, son projecteur dernier cri et un son ambiophonique.  

Communiqué de presse | Théâtre Outremont

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *