Nouvelles

Dévoilement des Prix de la critique Québec

L’Association québécoise des critiques de théâtre (AQCT) est fière de présenter les lauréats de ses Prix de la critique pour la saison 2014-2015 à Québec. Voici les lauréats des prix de la saison 2014-2015 à Québec.

Meilleur spectacle Québec

LES FÉES ONT SOIF, de Denise Boucher, dans une mise en scène d’Alexandre Fecteau, une production La Bordée ;
Revisiter ce texte important de notre dramaturgie, tout en réussissant à l’ancrer au présent, a permis de susciter le débat et la réflexion dans l’arène publique et la sphère théâtrale. Soulignons aussi que la pièce était portée par un trio de comédiennes hors pair.

Les autres finalistes étaient :
 W;T., de Margaret Edson, traduit par Maryse Warda, dans une mise en scène de Michel Nadeau, une production La Bordée ;
MACBETH, de William Shakespeare, traduit par Paul Lefebvre, dans une mise en scène de Marie-Josée Bastien, une production Trident.

Meilleure mise en scène

CHRISTIAN LAPOINTE, pour Dans la république du bonheur, de Martin Crimp, une production Le Trident et Théâtre Blanc.
Créateur inspiré et radical, Christian Lapointe a renouvelé son regard au contact de l’écriture de Martin Crimp, trop rare sur nos scènes. La pièce était portée par une signature et une direction d’acteurs fortes, homogènes et réfléchies, et une démesure pleinement assumée.

Les autres finalistes étaient : 
ALEXANDRE FECTEAU, pour Les fées ont soif, de Denise Boucher, une production La Bordée; ANTOINE LAPRISE, pour Guerre et paix, de Louis-Dominique Lavigne et Antoine Laprise, d’après Tolstoï, une production Théâtre du Sous-Marin Jaune et Théâtre de Quartier ;

Meilleur texte original 

LE LONG VOYAGE DE PIERRE-GUY B., de Pierre-Guy Blanchard, Philippe Soldevilla et Christian Essiambre, produit par le Théâtre Sortie de Secours, le théâtre l’Escaouette et le Théâtre français du Centre national des Arts ;
Porté par une narrativité captivante, ce récit honnête, habile et touchant se construisait avec intelligence malgré une apparente simplicité. Le monologue de Pierre-Guy B. sur Istanbul, particulièrement marquant, suscite l’admiration.

Les autres finalistes étaient : 
DISPARAÎTRE ICI, de Jocelyn Pelletier et Edith Patenaude, librement inspiré de l’oeuvre de Brett Easton Ellis, produit par TectoniK_ et Les Écornifleuses ;
USAGES, d’Amélie Bergeron, produit par les Brutes de décoffrage.

Hors Québec

A GAME OF YOU, de Sophie de Somere, une production BAC – Battersea Arts Centre et Richard Jordan Productions Ltd. (Royaume-Uni), avec le soutien de Vooruit (Belgique) et The National Theatre Studio (Royaume-Uni), présentée au Carrefour international de théâtre de Québec.

Cette expérience théâtrale atypique et très bien structurée permettait au spectateur de faire un tour, voire un double tour sur lui-même. Le jeu flexible et plein d’empathie des comédiens est également à souligner.

Les autres finalistes étaient : 
TAUBERBACH, d’Alain Platel, une production Ballets C de la B (Belgique) et Münchner Kammerspiele (Allemagne), présentée au Carrefour international de théâtre de Québec; OH, LES BEAUX JOURS, de Samuel Beckett, dans une mise en scène de Marc Paquien, production Compagnie des TAUBERBACH, d’Alain Platel, une production Ballets C de la B (Belgique) et Münchner Kammerspiele (Allemagne), présentée au Carrefour international de théâtre de Québec;

Interprétation féminine 

LISE CASTONGUAY, pour l’ensemble de ses rôles de la saison 2014-2015 à Québec, dans Les fées ont soif, Photosensibles, Dans la république du bonheur et Mes enfants n’ont pas peur du noir.
 Lise Castonguay, actrice d’expérience à la présence forte, nous a marqués non pas dans une, mais pour chacune des quatre productions auxquelles elle a pris part lors de la saison 2014- 2015. Elle parvient à susciter de grandes émotions avec peu d’artifices, grâce à un jeu fin qui s’enveloppe de couleurs étonnantes selon les rôles qui lui sont confiés.

Les autres finalistes étaient : 
LORRAINE CÔTÉ, pour son rôle dans W;T, de Margaret Edson, traduit par Maryse Warda, dans une mise en scène de Michel Nadeau, une production La Bordée ;
 NOÉMIE O’FARRELL, pour son rôle dans Photosensibles, textes d’auteurs variés, dans une mise en scène de Maxime Robin, une production La Vierge Folle.

Interprétation masculine

JEAN-RENÉ MOISAN, pour son rôle dans La chatte sur un toit brûlant, de Tennesse Williams, traduit par René Dionne, dans une mise en scène de Maxime Robin, une production La Bordée ; Jean-René Moisan, qui se voyait confier un imposant premier rôle, a su jouer les tiraillements intérieurs du personnage de Brick avec une habileté et une solidité indéniables. Son face-à face avec Patric Saucier (Big Daddy) fait partie des grands moments de théâtre de la saison dernière.

Les autres finalistes étaient : 
CHRISTIAN ESSIAMBRE, pour son rôle dans Le long voyage de Pierre-Guy B., de Pierre-Guy Blanchard, Philippe Soldevilla et Christian Essiambre, produit par le Théâtre Sortie de Secours, le théâtre l’Escaouette et le Théâtre français du Centre national des Arts ;
 ROLAND LEPAGE, pour son rôle dans Dans la république du bonheur, de Martin Crimp, traduit par Philippe Djian, dans une adaptation et mise en scène de Christian Lapointe, une production Théâtre Blanc et Le Trident.

Les Prix de la critique sont remis annuellement depuis 1985 par le biais d’un vote des membres de l’Association québécoise des critiques de théâtre suivi d’une discussion. L’AQCT compte une trentaine de membres œuvrant dans une dizaine de médias à Montréal et à Québec.

Communiqué de presse | AQCT

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *