Nouvelles

Le Théâtre Prospero dévoile sa saison 2016-2017

Au Prospero, ce sont plus de 100 artistes qui vous attendent sur les deux scènes du théâtre. Ils emprunteront les voix connues ou méconnues de Bernard-Marie Koltès, Martin Crimp, Ödön von Horváth, Martin McDonagh, Caryl Churchill, Marie-Josée Bastien, Michel Nadeau, Franz Xaver Kroetz, Phil Porter, Emmanuel Bourdieu, Sylvia Plath et Jon Lachlan Stewart : un tour du monde qui réaffirme cette ouverture aux œuvres d’ailleurs et d’ici, sur les nombreux territoires où se jouent les fourmillements de notre temps.

Espace de liberté artistique, lieu de convergence de la création théâtrale, le Prospero soutient les démarches artistiques singulières portées autant par des artistes solidement établis que par des créateurs de l’émergence. Le Prospero souhaite ainsi présenter un visage du présent et offrir aux spectateurs de générations multiples, adultes, étudiants, seniors, un accès à des expériences diversifiées.

Présentations du Groupe de La Veillée

Pour La Veillée la saison s’ouvre avec éclat par l’accueil des artistes Français Roland Auzet, Anne Alvaro et Audrey Bonnet qui présenteront une vision nouvelle d’une œuvre phare de Koltès : Dans la solitude des champs de coton. À cette visite exceptionnelle, s’ajoutent pour La Veillée, deux autres créations : La Campagne du Britannique Martin Crimp et Don Juan revient de la guerre du Hongrois Ödön von Horváth. Ces trois propositions ont en commun, chacune à leur façon, la question du désir, du rapport à l’autre et à son temps.  

Du 12 au 17 septembre 2016 : DANS LA SOLITUDE DES CHAMPS DE COTON  

De Bernard-Marie Koltès | Mise en scène et musique de Roland Auzet. Avec Anne Alvaro et Audrey Bonnet

La Veillée est particulièrement fière de pouvoir présenter cette oeuvre de Bernard-Marie Koltès et à travers elle, faire découvrir un artiste original, Roland Auzet, et deux comédiennes d’exception, Anne Alvaro et Audrey Bonnet. La production qui les réunit a connu un succès retentissant aux Bouffes du Nord à Paris, et c’est dans le cadre d’une tournée qui les mènera à Princeton, qu’ils se posent à Montréal.

Un dealer et un client. Ils se jaugent et s’évaluent dans un espace hors du temps, à une heure entre chien et loup. Puis, une joute verbale s’engage : fulgurances poétiques et trivialités se succèdent, se chevauchent dans un échange qui se révèle davantage lutte de pouvoir et lutte de désir. —— Au plateau, le rituel du commerce illicite mené ici par deux femmes renouvèle le regard sur cette pièce culte de Koltès. Les spectateurs, casques aux oreilles, plongent dans l’intimité des comédiennes jusqu’au moindre de leurs souffles. —— Un spectacle immersif et émotionnel de Roland Auzet. Une occasion exceptionnelle de découvrir deux actrices importantes de la scène théâtrale française.

Du 4 au 22 octobre 2016 : LA CAMPAGNE  

De Martin Crimp | Mise en scène de Jérémie Niel. Traduction de Guillaume Corbeil. Avec Delphine Bienvenu, Victoria Diamond, Justin Laramée

La Campagne : un thriller baignant dans une atmosphère troublante de non-dits et de vérités impossibles à deviner. Corinne et son mari médecin, Richard, ont emménagé à la campagne, comme pour fuir un passé qu’eux-mêmes cernent mal. Dans une ambiance qui aurait dû – dans leurs fantasmes – être champêtre, la jeune et troublante Rebecca, par sa présence au milieu de la nuit, lézarde leur monde fragile. Corinne, Rebecca et Richard se regardent, mais ne se voient pas. Leurs yeux glissent sur l’enveloppe. Ils sentent à peine les bas-fonds qui pourtant ne cessent de se manifester. Et dans la pénombre, il y a des seringues, un châle et une sacoche. Il y a aussi des souliers, une roche, des enfants qui ne se doutent encore de rien, et des malades qui meurent de solitude. Et ça craque, tout autour, et il vente, dehors, dans une nuit poisseuse qui n’en finit plus, malgré le soleil qui se lève lentement et qui, un peu, aide à la simulation. Parce que c’est justement ce qu’ils font, simuler, en s’y accrochant comme un héroïnomane à sa dose, comme nous tous à nos vies étroites et fragiles, sans vouloir entendre le monde qui gronde. —— Martin Crimp, dramaturge du théâtre contemporain anglais qui a traversé largement les frontières du Royaume-Uni, présente une écriture cisaillée où les violences actuelles sont traitées avec humour et cruauté. Ce texte écrit en 2000 a été suivi de nombreuses autres pièces dont Face au mur, La Ville, La Pièce et autres morceaux, Dans la république du bonheur.

Du 28 février au 25 mars 2017 : DON JUAN REVIENT DE LA GUERRE

De Ödön von Horváth | Mise en scène de Florent Siaud. Avec Evelyne de la Chenelière, Kim Despatis, Maxim Gaudette, Marie-France Lambert, Pascale Montpetit, Évelyne Rompré, Mylène St-Sauveur

Par petites touches grinçantes, c’est le paysage d’une société bouleversée que le style de l’auteur fait ressurgir : le terreau dans lequel s’est enraciné le pire de l’Histoire. Don Juan n’est plus un aristocrate de Séville. Il a perdu de sa superbe au sortir de la guerre de 1914-1918. L’homme est détruit. En revenant le jour de l’Armistice, il redécouvre un pays en pleine mutation, en perte de repères, en proie à la crise. Il va son chemin à la recherche de la fiancée qu’il a jadis abandonnée.  ——  Dans cette pièce chorale composée de 24 tableaux, Von Horváth nous présente, sans concessions, le destin de 35 femmes que la vie et la guerre ont transformées ; c’est le paysage d’une société bouleversée que l’auteur fait ressurgir, le terreau dans lequel s’est enraciné le pire de l’Histoire. Et Don Juan, en quête d’un idéal perdu, apparaît tel un mythe qui s’effondre.

Compagnies en accueil / Scène principale

Du 8 au 26 novembre 2016 : LES OSSEMENTS DU CONNEMARA  / Théâtre Bistouri

De Martin McDonagh | Mise en scène de Sébastien Gauthier. Avec Pierre-Luc Brillant, Micheline Lanctôt, Marc-André Thibault, Hugo Giroux

Un thriller drôle et grinçant comme seul McDonagh peut en écrire. Dans un coin perdu de l’Ouest irlandais, Mick Dowd a comme tâche de déterrer des cadavres pour faire de la place au cimetière, mais il doit cette année retirer le corps de sa défunte épouse. Des soupçons planent toujours sur son innocence quant à la nébuleuse mort de sa femme sept ans plus tôt. Rien n’est jamais enterré pour toujours. Des humains, des répliques assassines, de l’alcool, des os et une odeur d’orgueil qui flotte. Un coup de poing dans le ventre pour laisser s’échapper les rires… Après les succès de L’Ouest Solitaire et Tranchées, tous deux présentés dans la Salle intime du Prospero, le Théâtre Bistouri revient en force avec le deuxième opus de la Trilogie de Leenane

Du 24 janvier au 11 février 2017 : ACT OF GOD / Théâtre Niveau Parking  

Texte et mise en scène de Marie-Josée Bastien et Michel Nadeau. Avec Caroline B. Boudreau, Charles-Étienne Beaulne, Danièle  Belley, Maud  de Palma-Duquet, Jean-Michel Déry, Véronika Makdissi-Warren et Réjean Vallée

Act of God, c’est deux couples d’amis dont la vie éclate suite à une tragédie. C’est un photographe de guerre vivant du malheur des autres. Une jeune femme qui cherche toujours à frôler la mort. Une bénévole à Info-Suicide. Un biologiste passionné de forêts. Un vendeur d’assurance sans amour. Une enseignante qui a sacrifié une brillante carrière scientifique. Une jeune fille qui cherche sa place dans le monde. Et un fantôme… Des histoires entremêlées, résonnant les unes dans les autres, s’entrechoquant, se répondant. Jeux d’espaces et de temps. Act of God explore avec subtilité différentes facettes de la notion de catastrophe et la façon dont elle peut changer à jamais le cours d’une vie.

Du 4 au 15 avril 2017 : FAR AWAY  / Coproduction Théâtre Blanc et théâtre l’Escaouette  

De Caryl Churchill | Mise en scène d’Édith Patenaude. Avec Ludger Beaulieu, Lise Castonguay, Noémie O’Farrell

Fable énigmatique et hallucinée, Far Away donne à voir une société mue à outrance par les mécanismes du spectaculaire, en proie à une ultime guerre mondiale dévastatrice. Le futur est ici d’une lucidité foudroyante, d’autant plus qu’il est si proche. Chacun peut être allié ou ennemi, mais rien n’existe entre ces deux postures extrêmes. L’obscurantisme se nourrit de l’incompréhension de l’autre et devient tout-puissant devant l’effacement des règles distinguant ce qui est juste de ce qui ne l’est pas. Tout a été recruté pour combattre, et tout est maintenant une menace. Catégorisé sans raison, chacun peut passer d’un camp à l’autre sans logique aucune, terrifié, contraint à une anxiogène suspicion. Grandissant au contact de sourdes violences, Joan incarne les derniers soubresauts de la pensée libre, écrasée lentement par le poids insoutenable d’un monde où l’idée même de nuance a disparu, broyée par le manichéisme. ——  Caryl Churchill, née en Angleterre en 1938, est l’auteure de Top Girls ; elle a passé la plus grande part de ses années d’enfance entre Londres et Montréal. Les œuvres de Churchill ont eu un effet durable sur des pratiques théâtrales, des traditions, des stéréotypes de genre et des idéaux sociaux- économiques pendant les deux dernières décennies.

Compagnies en accueil / Salle intime

Au cours de la saison 2016-2017, six productions investiront cet espace pour offrir au public autant de découvertes théâtrales. Laboratoire, projet nouveau, expérience et émergence sont à l’honneur.

Du 11 au 29 octobre 2016 : LE SANG DE MICHI, précédé de NÉGRESSE  / Théâtre Kata
De Franz Xaver Kroetz | Mise en scène Olivier Arteau-Gauthier. Avec Ariel Charest, Jean-Pierre Cloutier et Marc-Antoine Marceau

Marie et Karl, jeune couple en déclin, partagent leur quotidien entre misère sentimentale, pauvreté matérielle et étroitesse d’esprit. Leur mode de communication se résume à des clichés et de vieux proverbes éculés. Puis Karl apprend la soudaine grossesse de Marie. Dans Négresse, une femme invite son jeune amant à manger et à passer la nuit chez elle. Elle est séparée, mais non divorcée de son mari qui boit et a perdu son travail. —— Le Théâtre Kata offre une incursion dans l’oeuvre de Kroetz, figure majeure de la dramaturgie allemande, en tissant habilement deux pièces marquantes de son répertoire. Influencée par le happening, la performance et l’installation, la compagnie met le doigt sur l’absurdité de l’existence à travers un travail axé sur l’inconscient de l’acteur et ses états de corps.

Du 15 novembre au 3 décembre 2016 : JE CROIS ?  / La Shop Royale

De Emmanuel Bourdieu | Mise en scène de Benoit Rioux. Avec Samuël Côté, Marie-Pier Labrecque, Florence Longpré, Simon-Pierre Lambert

Une sœur et son frère, Pauline et Jean, décident un jour de parler en inversant le « je » et le « tu ». Toi c’est moi, moi c’est toi ! Ce jeu enfantin qu’on pourrait croire inoffensif aura des conséquences inattendues puisqu’arrivé à l’âge adulte Jean se retrouve subitement sans accès à ses propres pensées. En revanche, il peut désormais lire les pensées des autres. Cette étrange pathologie le condamne à n’avoir de connaissance sur lui-même que par le biais d’autrui, à se percevoir de l’extérieur. Dans un monde où l’on doit être le premier à partager et à s’exprimer, peu importe le sujet, même si on ne le maitrise pas, est-ce qu’un être au paroxysme de l’altruisme, porté uniquement vers les autres, peut survivre ? Ou bien sera-t-il utilisé et vidé jusqu’à n’être plus qu’une enveloppe corporelle ? Un texte sur la perte d’identité, les rapports de force et sur l’amour qui emprunte parfois des chemins peu fréquentés.

Du 17 janvier au 4 février 2017 : BLINK  / Théâtre La Bête Humaine 

De Phil Porter | Mise en scène Charles Dauphinais. Traduction Yannick Chapdelaine. Avec Olivia Palacci et Yannick Chapdelaine

Le Théâtre La Bête Humaine (BÉA) s’attaque ici à un univers ludique qui questionne notre rapport à l’Autre dans une pièce résolument actuelle. Dans Blink, l’auteur anglais Phil Porter met en relation deux jeunes inadaptés sociaux nommés Sophie et Jonas. Ils feront connaissance virtuellement par le biais d’un moniteur vidéo, instrument d’une rencontre improbable, l’un devenant l’observateur de l’autre et l’autre étant observé chaque jour par le premier. —— Dans ce conte étrange et touchant l’auteur tente de saisir d’où vient cette envie contemporaine de regarder le quotidien réel d’inconnus et ce désir d’afficher publique- ment nos habitudes les plus communes et futiles. À l’ère des réseaux sociaux où tout le monde a accès à une page personnelle en un simple clic, qu’en est-il de l’intimité ? Et seul devant un écran qui retransmet la vie d’un autre en temps réel pouvons-nous parler d’une rencontre ? Ou de deux profondes solitudes ? Avec Blink, le Théâtre La Bête Humaine questionne avec humour et tendresse comment l’intimité et le numérique peuvent s’accorder.

Du 14 mars au 1er avril 2017 : LA CLOCHE DE VERRE  / Théâtre de L’Embrasure

De Sylvia Plath | Mise en scène et adaptation Solène Paré. Avec Marie-Josée Samson, Marie-Pier Labrecque

Été 1953. Esther Greenwood, 19 ans, a tout pour réussir et on lui prédit un avenir heureux. Lauréate d’un grand concours littéraire, elle se retrouve à New York avec une cohorte de jeunes écrivaines de son âge. Ponctué par les réceptions futiles et les déceptions, le passage d’Esther dans la grande ville marquera le début de sa mutation intérieure. Dans un monde où le désir des femmes est con- damné, Esther est divisée entre le puissant besoin d’écrire, de s’émanciper et celui tout aussi fort de se supprimer. —— Sylvia Plath, l’une des plus grandes écrivaines américaines du 20e siècle, nous présente, à travers ce Hamlet moderne, une période des plus sombres de son existence.

Du 12 au 29 avril 2017 : BIG SHOT / Theatre Surreal SoReal

De et avec Jon Lachlan Stewart | Mise en scène Georgina Beaty. Avec Jon Lachlan Stewart

Un garçon, seul dans le Skytrain de Vancouver, entend des coups de feu. En une fraction de seconde, l’action se rejoue sous tous les angles possibles dans son esprit pétri d’images hollywoodiennes, recréant peu à peu une scène troublante. —— Big Shot déconstruit avec précision la tension croissante menant à une fusillade qui porte toutes les marques d’un profilage social des plus classiques et les personnages qui y participent : un policier tirant sur un toxicomane qui tente de s’en sortir, un vieux Japonais ayant provoqué l’incident, une mère à laquelle on a arraché son fils et un mystérieux cinéaste inspiré par cet horrible évènement. —— Ce spectacle est écrit et interprété par Jon Lachlan Stewart, l’énigmatique M. Zero dans Le Joueur de Dostoïevski présenté en janvier 2016 au Prospero. Depuis sa création en 2012, Big Shot a été joué partout au Canada et sera présenté, dans une version bilingue, pour la première fois sur une scène québécoise.

TERRITOIRES DE PAROLES – 2e édition 

Avril 2017 –  Semaine de lectures dédiée à la dramaturgie contemporaine étrangère et à ses nouveaux modes d’écriture. Un dialogue entre les identités multiples

Cet événement nouveau au Prospero traduit notre désir de développer notre relation avec l’ailleurs. Questionner la tradition, jouer avec elle. Pour tout créateur, s’intéresser aux courants actuels des écritures scéniques est vivifiant et impératif. Pour les publics, invités à suivre ce parcours, c’est une occasion de vivre un moment unique : assister aux premiers battements d’une œuvre qui verra peut- être le jour dans une saison ultérieure. La programmation des nouvelles écritures contemporaines d’ailleurs, sera dévoilée au printemps 2017.

On accueille aussi les enfants au Prospero !

Du 27 décembre 2016 au 3 janvier 2017 : LE TEMPS DES MUFFINS  /  Le Théâtre Magasin

Texte et interprétation Joël da Silva

Fantaisie culinaire pour les 4 à 6 ans. On ne trouvera pas plus inspiré que ce savoureux cuisinier, cet homme-orchestre apprêtant les mots pour créer la recette la plus ludique et la plus irrésistible de toute l’histoire des muffins.  

Communiqué de presse | Théâtre Prospero

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *