Nouvelles

La Chapelle dévoile sa programmation 2016-2017

La Chapelle lève le voile sur la première programmation d’Olivier Bertrand, nouveau directeur à la barre du théâtre de la rue Saint-Dominique. L’année théâtrale se déploiera dorénavant en 4 saisons, s’arrimant ainsi au rythme naturel d’une année. Les 4 saisons 2016-2017 c’est 16 projets (danse, théâtre, musique, performance et plus) dont 13 premières, avec beaucoup d’artistes de la relève et certains plus établis.

Été

Cet été, la Chapelle a accueilli près d’une dizaine d’artistes en résidence de création qui ont peaufiné des projets qui seront présentés prochainement sur cette même scène. Pour clore cette saison estivale de résidences et faire le pont avec l’automne qui s’annonce, La Chapelle ouvre son année théâtrale avec Short & Sweet (concept de Sasha Kleinplatz et Andrew Tay), des soirées aussi festives que créatives où les artistes prennent des risques et offrent des créations éphémères sans compromis… de 3 minutes maximum ! C’est une édition spéciale la Chapelle que nous aurons le plaisir de présenter et pour laquelle nous retrouverons sur scène une grande partie des artistes des 4 saisons. Les représentations auront lieu les 8, 9 et 10 septembre et la dernière sera suivie d’une fête d’ouverture de saison !

Automne

L’automne s’amorce avec la nouvelle création de Daina Ashbee, Pour, pièce coup-de-poing qui traite de la connexion (ou déconnexion) des femmes par rapport à leur corps et leur sexualité. En octobre, la pièce Yukonstyle de Sarah Berthiaume sera présentée dans une nouvelle version anglophone de la compagnie Talisman Theatre, mise en scène par Geneviève L. Blais. En novembre, la Chapelle collabore pour une première fois avec la Biennale de Montréal, pour Toutes les chansons que j’ai composées (Every Song I’ve Ever Written), un spectacle de PME-ART et Jacob Wren qui allie performance et musique, présenté pour la première fois en version intégrale (karaoké, solo, groupes, web). C’est avec enthousiasme que nous accueillons ensuite la reprise du succès présenté au Festival TransAmériques 2016, Logique du pire d’Étienne Lepage et Frédérick Gravel. Ensuite, Philippe Dandonneau s’amène avec J’ai rasé mes jambes six fois and no sex happened, un spectacle de danse qui questionne la notion de genre et malmène les clichés. Pour clore l’automne en grand et pour fêter les 25 ans de la compagnie Daniel Léveillé Danse, ainsi que les 40 années de carrière de son fondateur Daniel Léveillé : le retour de deux pièces phares du répertoire du chorégraphe émérite, Amour, acide et noix et La pudeur des icebergs.

Hiver

Dès le 23 janvier, la Chapelle démarre sa saison hivernale avec Corps mort, une scénographie mouvante de corps et de chaises suspendues, orchestrée et chorégraphiée par Martin Messier. Ensuite, le collectif Wives nous présente leur nouvelle création Action Movie, un film d’action anti-oppression en direct sur scène, qui aborde d’un point de vue féministe la violence et la représentation des femmes dans les grosses productions hollywoodiennes. En février, Danse-Cité et la chorégraphe Katia Gagné nous plongent dans un univers qui unit danse, vidéo, carnets de voyage et théâtre avec la pièce Elle-moi. D’un bout du monde à l’autre. Puis, place à Idiot d’Helen Simard, deuxième volet d’une trilogie de créations, inspirées par le musicien Iggy Pop, qui rassemblent danse contemporaine et musique punk en direct. Pour clore la saison hivernale : une pièce de l’auteur allemand Falk Richter, Ivresse, dans une mise en scène de Mireille Camier.

Printemps

Du 22 au 31 mars, la Chapelle accueille l’auteur Mathieu Arsenault qui fait ses premiers pas sur scène avec l’adaptation scénique de son roman La vie littéraire. Avril nous amène ensuite le prolifique duo Marc Beaupré et François Blouin (de retour à la Chapelle après y avoir présenté Caligula_remix et Dom Juan_uncensored) avec leur nouvelle pièce Hamlet_director’s cut, où l’on retrouve un Hamlet en plein contrôle, qui agit à titre de narrateur, réalisateur et monteur de sa propre histoire. Par la suite, nous accueillons le collectif projets hybris avec (More) Propositions For The Aids Museum, une création interdisciplinaire abordant la crise du sida. En mai, la jeune artiste touche-à-tout Mykalle Bielinski nous envoûte avec Gloria, un opéra immersif multimédia alliant chant théâtral, musique électronique et VJing, pièce qui fait l’éloge du sacré, de la beauté et de la démesure. La saison théâtrale se terminera avec Spoon de Nicolas Cantin, solo qui abordera des questions liées à l’enfance, à l’imaginaire et à notre rapport au passé et au futur.

Communiqué de presse | La Chapelle

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *