Entrevues

Michel Ouellette, le dramaturge-poète

L’événement les Feuilles vives, festival de mise en lecture de textes franco-ontariens, a d’abord été conçu à titre ponctuel en 2012, mais son succès et son impact tonique sur le milieu dramaturgique francophone de nos voisins de l’Ouest ont incité Théâtre Action, l’organisme qui le chapeaute, à l’inclure de façon bisannuelle dans sa programmation régulière.

Les Feuilles vives associe chacun des textes sélectionnés à une compagnie de théâtre franco-ontarienne. L’événement est scindés en trois volets : la section communautaire regroupe des auteurs amateurs, le segment éducation permets aux jeunes de soumettre leurs textes au jury, tandis que le volet professionnel s’adresse aux dramaturges de carrière. Parmi ces derniers, Michel Ouellette, qui compte une trentaine de pièces à son portfolio, verra son œuvre la plus récente mise en lecture par le Théâtre français de Toronto.

L’Inoubliable raconte les tribulations d’un couple tentant de survivre à une tragédie familiale. Michel Ouellette y use d’un style poétique, elliptique et même un brin fantasmagorique. « J’aimerais qu’on aborde mon texte comme une partition, confie l’auteur. Pour moi, ce qui compte, c’est le rythme, la musicalité, la texture des mots. Mon approche n’est pas nécessairement logique ou même psychologique, car ce n’est pas tant le sens des mots qui m’intéresse que leur résonance et leur sensualité. »

Celui qui s’est vu décerner le prix du Gouverneur général en 1994 pour French Town ainsi que le prix Michel-Tremblay en 2011 pour Le Cœur au ventre, dit écrire de façon « intuitive plutôt que mécanique. En m’enfermant dans un univers, celui-ci devient peu à peu cohérent et se structure naturellement », explique-t-il. L’univers de la pièce qui sera lue dans le cadre des Feuilles vives lui a été inspiré par cette phrase tirée du roman Les Irresponsables, d’Hermann Broch : « L’oublié porte l’inoubliable dans ses mains vides, et nous sommes nous-mêmes portés par l’inoubliable. »

L’Inoubliable

Texte de Michel Ouellette. Présenté par le Théâtre français de Toronto, dans le cadre du festival les Feuilles vives, le 17 septembre à l’École secondaire publique De La Salle (Ottawa).

Sophie Pouliot

À propos de

Sophie Pouliot est journaliste culturelle depuis plus de 15 ans. Elle est chroniqueuse des arts de la scène pour le magazine Elle Québec, chroniqueuse littéraire pour l'émission Le Retour (CIBL 101,5 FM) et, depuis 2016, membre de la rédaction de JEU. Au fil de sa carrière, on a aussi pu la lire ou l'entendre au sein de plusieurs autres médias (Le Devoir, Télé-Québec, Clin d'œil, etc.). En 2013, elle était l'une des cinq auteures invitées à participer à l'écriture du spectacle Au lit avec Virginia, interprété et mis en scène par Sophie Cadieux à l'Espace GO.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *