Entrevues

Lisa L’Heureux, femme orchestre

Au programme du festival les Feuilles vives, tenu à Ottawa, le public est invité à entendre des textes de dramaturges franco-ontariens professionnels, amateurs et étudiants. Parmi les pièces présentées (et mêmes parmi celles des dramaturges aguerris), certaines sont encore en chantier, la mise en lecture devenant ainsi partie prenante du processus de création. « Cela apporte de la richesse au texte, car le metteur en lecture ainsi que le public posent des questions qui aident l’auteur à diriger son projet », soutient Lisa L’Heureux, qui en est à sa troisième participation à l’événement.

Cette année, la dramaturge offrira des extraits de la pièce Et si un soir aux spectateurs. Il s’agit d’une œuvre chorale présentant plusieurs personnages habitant le même immeuble et souffrant, tous de façon différente de solitude, d’isolement et de manque. Les personnages parlent sans toujours se répondre entre eux, imprégnant le tout d’un parfum impressionniste, nourri par le ton poétique adopté par l’auteure. « J’ai conçu ma pièce un peu comme un disque : elle comporte plusieurs morceaux dont l’ordre est suggéré et non imposé, explique-t-elle. Et entre les morceaux, il y a le silence, car celui-ci est aussi important que la parole. »

Le texte de Lisa L’Heureux, qui travaille pour plusieurs compagnies à titre de traductrice, metteur en scène ou de directrice artistique, sera mis en lecture par le Théâtre du Trillium, au sein duquel la jeune Outaouaise est auteure associée. Celle-ci considère la pièce qu’elle signe comme une œuvre féministe : « Une jeune mère y est présentée comme un être sexuel, ce qui est rare, et c’est un personnage d’homme qui cherche l’amour de sa vie, lance-t-elle. De plus, le simple fait qu’une femme prenne la parole est féministe, selon moi. Et comme nous sommes présentement plusieurs à le faire, je trouve que nous vivons un moment important de notre histoire collective. » Lorsqu’elle aura enfin mis la touche finale à Et si un soir, cette touche-à-tout théâtrale se promet d’ailleurs de le mettre en scène elle-même.

Et si un soir

Texte de Lisa L’Heureux. Présenté par le Théâtre du Trillium le 18 septembre à l’École secondaire publique De La Salle à Ottawa. Également au programme des Feuilles vives : Havre, texte de Mishka Lavigne, mis en lecture par le Théâtre de la Catapulte et présenté le 16 septembre à 20 h. Les Couleurs de Floyd, texte de Marie-Thé Morin, mis en lecture par le Théâtre Belvédère et présenté le 17 septembre à 13 h 30.

Sophie Pouliot

À propos de

Sophie Pouliot est journaliste culturelle depuis plus de 15 ans. Elle est chroniqueuse des arts de la scène pour le magazine Elle Québec, chroniqueuse littéraire pour l'émission Le Retour (CIBL 101,5 FM) et, depuis 2016, membre de la rédaction de JEU. Au fil de sa carrière, on a aussi pu la lire ou l'entendre au sein de plusieurs autres médias (Le Devoir, Télé-Québec, Clin d'œil, etc.). En 2013, elle était l'une des cinq auteures invitées à participer à l'écriture du spectacle Au lit avec Virginia, interprété et mis en scène par Sophie Cadieux à l'Espace GO.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *