Nouvelles

Lauréats 2016 des Prix de la Fondation du CEAD

La Fondation du Centre des auteurs dramatiques (CEAD) a dévoilé aujourd’hui les lauréats 2016 de ses prix.

15252709_10154083679497997_828988335187522792_oJean-Michael Seminaro

Prix Michel-Tremblay

Le prix Michel-Tremblay a été remis à Pascal Brullemans pour son texte Ce que nous avons fait. Créé dans le but de reconnaître l’effervescence et la grande qualité de l’écriture dramatique, le prix Michel-Tremblay récompense le meilleur texte créé à la scène durant la saison précédente. Le lauréat reçoit une bourse de 20 000 $, dont 10 000 $ sont versés par le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et 10 000 $ sont versés par la Fondation du CEAD grâce à l’appui de Pixcom. Monsieur Michel Tremblay contribue financièrement à la réalisation de ce prix via la Fondation du CEAD.

Le jury, présidé par l’auteur Olivier Choinière, était composé de l’auteur Dany Boudreault, de la directrice artistique de théâtre et de danse Marie-Hélène Falcon, de l’auteure, comédienne et metteure en scène Marie-Christine Lê-Huu et de la comédienne Isabelle Miquelon. « Ce que nous avons fait s’attaque à l’important sujet de la santé mentale. La pièce évite tout didactisme pour aborder les questions de la responsabilité et du sentiment d’impuissance vécus à l’intérieur d’une famille brisée, miroir d’une société en crise. Audacieux dans son économie et par sa forme résolument contemporaine, porté par une écriture hypersensible qui nous happe dès les premiers mots, le texte témoigne de la grande maîtrise mais surtout de l’humanité de son auteur, qui signe ici une œuvre à la fois intelligente, nuancée et bouleversante. Ce que nous avons fait n’est pas seulement une pièce admirable. C’est une œuvre nécessaire qui donne toute sa raison d’être au théâtre. »

Les autres finalistes étaient Eugénie Beaudry (Simone et le whole shebang), Michel Marc Bouchard (La Divine Illusion), Serge Boucher (Après) et Guillaume Corbeil (Unité modèle).

Prix Louise-Lahaye

Le prix Louise-LaHaye a été remis à Étienne Lepage pour son texte Le cœur en hiver. Ce prix souligne l’excellence d’un texte jeune public créé à la scène durant la saison précédente. Le lauréat du prix remporte une bourse de 10 000 $ ainsi que le titre d’auteur associé à la Maison Théâtre pour une année.

Le jury, présidé par l’auteure et comédienne Louise Bombardier, était composé de Rébecca Déraspe, auteure, et de Sylvain Scott, metteur en scène et comédien. « L’écriture de Le cœur en hiver a su réactiver l’audace et l’ambiguïté du conte d’Andersen, créant une œuvre qui équilibre la lumière et la noirceur, la cruauté et la sensibilité, nous offrant dans une langue superbe un récit qui a le courage d’aller vers une conclusion vraie et inattendue. »

Les autres finalistes étaient Jean-Rock Gaudreault pour sa pièce Jouez, Monsieur Molière ! et Annie Ranger pour sa pièce Jusqu’au sang ou presque.

15304470_10154083678992997_4116464097591708452_oJean-Michael Seminaro

Prix Gratien-Gélinas

Le prix Gratien-Gélinas a été remis à Gabriel Plante pour son texte Histoire populaire et sensationnelle. Le prix Gratien-Gélinas est le plus important prix canadien décerné aux auteurs dramatiques francophones de la relève, et ce, grâce au soutien de Québecor. Il est constitué de la Bourse Françoise-Berd d’un montant de 10 000 $, destinée à l’auteur, ainsi que d’un montant de 15 000 $, remis à la compagnie théâtrale qui portera le texte à la scène. De plus, le CEAD produit une lecture publique du texte lors de son festival Dramaturgies en Dialogue. Une bourse de 1 000 $ est également remise aux deux auteurs qui reçoivent une mention.

Le jury, présidé par l’auteur René Gingras, était aussi composé du metteur en scène Jean-Simon Traversy et de l’auteure Jennifer Tremblay. « Avec ce texte, l’auteur a créé une métaphore percutante sur le rapport au politique de la génération émergente, rapport piégé par les désirs non advenus de la génération précédente. L’écriture précise, serrée et profondément théâtrale de la pièce arrive à donner des images identifiables et percutantes à ce qui se joue inconsciemment dans notre collectivité. »

Le jury a retenu deux autres textes pour leur qualité d’écriture et leur a décerné une mention spéciale, soit Basse-Ville de Thomas Gionet-Lavigne et Nous autres antipodes de Marie-Claude Verdier. Les deux auteurs recevront chacun une bourse de 1 000 $.

Communiqué de presse | CEAD

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *