Nouvelles

Les lauréats des Prix de la critique 2015-2016 à Québec

L’Association québécoise des critiques de théâtre (AQCT) a remis  à la Maison de la littérature ses Prix de la critique pour la saison 2015-2016 à Québec. Voici la liste des heureux lauréats.

Dans la catégorie « Meilleur spectacle Québec » :

QUILLS, texte de Doug Wright, traduction de Jean-Pierre Cloutier et mise en scène de Jean-Pierre Cloutier et Robert Lepage, une production Ex Machina et le Théâtre du Trident

Pièce entière et saisissante, Quills nous a marqués tant pour la force du texte que pour la cohérence de la mise en scène et la qualité du jeu des interprètes. La voix parfaite, la cruauté vive et le charme du marquis de Sade résonnaient avec acuité dans cet inquiétant jeu de miroirs, qui renvoyait à la dualité du personnage tout en faisant naître, partout, les illusions. Cette éloquente dénonciation de la censure nous a habilement fait naviguer entre les brûlants débats d’idées et des récits d’une brutalité troublante.

Les autres finalistes étaient :

1984, texte de George Orwell, adaptation de Robert Icke et Duncan Macmillan et mise en scène d’Édith Patenaude, une production du Théâtre du Trident et du Théâtre Denise-Pelletier

SAUVAGEAU, SAUVAGEAU, un collage des textes d’Yves Sauvageau dans une mise en scène de Christian Lapointe, une production Centre du Théâtre d’Aujourd’hui et Théâtre Blanc

Dans la catégorie « Meilleure mise en scène » :

1984

ÉDITH PATENAUDE pour 1984, une production du Théâtre du Trident et du Théâtre Denise-Pelletier

Édith Patenaude a réussi à insuffler au monstre de 1984 une intensité et une résonnance actuelle. Par une efficace utilisation de la caméra en direct, elle nous a plongé dans un hyper-voyeurisme tout en orchestrant une chorégraphie cinématographique d’une étonnante fluidité. Sa direction d’acteurs combinant un jeu à la fois retenu pour la caméra et expressif pour la scène fait la preuve de son grand talent de metteur en scène.

Les autres finalistes étaient :

ROBERT LEPAGE et JEAN-PIERRE CLOUTIER pour Quills, texte de Doug Wright, traduction de Jean-Pierre Cloutier, une production Ex Machina et le Théâtre du Trident

FRÉDÉRIC DUBOIS, pour Vinci, texte de Robert Lepage, une production Théâtre Périscope

Dans la catégorie « Meilleur texte original » :

Fendre les lacs

FENDRE LES LACS, de Steve Gagnon, publié aux éditions L’Instant même et produit par le Théâtre Jésus, Shakespeare et Caroline; Fendre les lacs est le portrait d’une jeunesse qui ne sait pas ce qu’elle est ni ce qu’elle veut être, dans un paysage qui l’asphyxie. Dans sa langue rêche et hachurée, qui se cherche autant qu’elle jaillit, Steve Gagnon livre une pièce chorale qui affirme sa signature singulière, sa poésie abrasive ancrée dans les corps et dans un univers sensible dense et brut.

EX AEQUO avec :

Sur la montagne, nue

SUR LA MONTAGNE, NUE de Anne-Julie Royer, texte inédit, produit par le Théâtre aux Pommes

Ce texte riche d’appels au territoire et enraciné dans les grands espaces nous a marqués pour son caractère émouvant, sa sensibilité et sa justesse. Par petites touches, les vies de plusieurs femmes y sont dépeintes de belle manière, se faisant écho et formant un chœur qui porte le quotidien un peu plus près des aurores boréales.

L’autre finaliste était :

ÉPICERIE, de Jean-Denis Beaudoin, texte inédit, produit par La Bête Noire;

Dans la catégorie « Hors Québec » :

Cendrillon

CENDRILLON, de Joël Pommerat, une production du Théâtre National de la Communauté française de Belgique, présenté au Carrefour international de théâtre de Québec

Le théâtre singulier de Joël Pommerat continue de nous émerveiller. Il propose avec Cendrillon une relecture du conte classique sous l’angle du deuil, de la découverte de soi et de la peur de vieillir. Il crée une boîte à rêves où l’implacable réalité sévit, où les personnages transformés, magnifiés et actualisés font partie d’une composition organique, où les langages sont en parfaite cohésion.

Les autres finalistes étaient :

LAS IDEAS, de Federico Leon (Argentine), une coproduction internationale créée au Kunsten festivaldesarts de Bruxelles (Belgique), présentée au Carrefour international de théâtre de Québec;

HUFF, de et avec Cliff Cardinal, mis en scène par Karin Randoja, une production Native Earth Performing Arts (Toronto) présentée au Théâtre Périscope.

Dans la catégorie « Interprétation féminine » :

Madame G

MARIE-GINETTE GUAY, pour le rôle-titre de Mme G., de Maxime Beauregard-Martin, dans une mise en scène de Maryse Lapierre, une production de On a tué la une!

Marie-Ginette Guay est littéralement devenue Mme Thérèse, personnage bien connu de la faune nocturne de Québec, comme une robe de nuit. Elle a su nous montrer différentes facettes du personnage, avec une fermeté mesurée, ajustant son jeu selon les époques évoquées dans le texte. Son interprétation soutenait avec force la proposition de la jeune compagnie On a tué la une !

Les autres finalistes étaient :

LORRAINE CÔTÉ, pour son rôle dans Qui a peur de Virginia Woolf?, d’Edward Albee, traduit par Michel Tremblay, dans une mise en scène d’Hugues Frenette, une production du Théâtre de la Bordée;

PAULE SAVARD, pour son rôle dans Les affinités électives, de David Adjmi, mis en scène par Michel Nadeau, une production Théâtre Niveau Parking;

Dans la catégorie « Interprétation masculine » :

ROBERT LEPAGE, pour le rôle du marquis de Sade dans Quills, de Doug Wright, dans une mise en scène de Jean-Pierre Cloutier et Robert Lepage, une production d’Ex Machina et du Théâtre du Trident

Robert Lepage a su donner au personnage du marquis de Sade une fascinante complexité, une intelligence vive et une verve délicieuse. Entre élégance et vulgarité, son incarnation de l’écrivain insoumis était portée par une aisance et une autorité qui marquera longtemps les mémoires.

Les autres finalistes étaient :

MAXIM GAUDETTE, pour son rôle dans 1984, de George Orwell, adapté par Robert Icke et Duncan Macmillan, traduit par Guillaume Corbeil, dans une mise en scène d’Edith Patenaude, une production Le Trident et Théâtre Denise-Pelletier;

CHRISTIAN MICHAUD, pour son rôle dans Bousille et les justes, de Gratien Gélinas, dans une mise en scène de Jean-Philippe Joubert, une production du Théâtre de la Bordée

Notez que la catégorie « Jeune public » a été annulée, faute de votes suffisants.

Prix spécial — Québec :

Où tu vas quand tu dors en marchant ?

OÙ TU VAS QUAND TU DORS EN MARCHANT… ?, sous la direction artistique de Frédéric Dubois, une production du Carrefour international de théâtre de Québec

Huit ans déjà ont passé depuis que le premier spectacle déambulatoire Où tu vas quand tu dors en marchant… ? a transformé des lieux de Québec, révélé des passages secrets et enchanté des milliers de promeneurs. Cette expérience unique, populaire, ancrée dans l’espace public a mis en valeur le talent et l’imagination débordante de nombreux créateurs, tout en rassemblant un grand nombre d’interprètes et d’artisans. Nous tenions à souligner notre admiration au grand orchestrateur de ce projet, Frédéric Dubois, qui passe le flambeau cette année.

Les Prix de la critique sont remis annuellement depuis 1985 par le biais d’un vote des membres de l’Association québécoise des critiques de théâtre suivi d’une discussion. L’AQCT compte une trentaine de membres œuvrant dans une dizaine de médias à Montréal et à Québec.

Communiqué de presse | AQCT

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *