Nouvelles

Frédéric Sasseville-Painchaud explore l’œuvre de Robert Gurik

Maxime Côté

Le Centre des auteurs dramatiques (CEAD), en collaboration avec Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ), est heureux de présenter le deuxième volet de sa série Théâtre à relire de la saison 2016-2017 : Frédéric Sasseville-Painchaud explore l’œuvre de Robert Gurik.

Pierre Filion

Robert Gurik

Robert Gurik fait partie de cette joyeuse bande de pionniers qui a fondé le CEAD et donné ses lettres de noblesse au théâtre québécois. Multipliant les sources d’inspiration, du fait divers à Shakespeare en passant par la société du futur, Robert Gurik démonte les systèmes, grands et petits, pour observer leurs effets, tragiques et parfois comiques, sur les humains. Gurik est l’auteur de plus de 40 pièces de théâtre, dont Le pendu, Le procès de Jean-Baptiste M et À coeur ouvert. Ses pièces ont été traduites en anglais, en italien, en grec, en hollandais, en tchèque, en arménien, en portugais et en arabe. Il est également romancier et scénariste.

« Le théâtre de Gurik est proche de l’actualité. Il se lie à l’époque où il a été écrit. Pourtant, quand on l’observe d’un autre angle, il devient anticipation. Les systèmes qu’il nomme sont toujours en place, ils repoussent patiemment les limites de nos libertés. Les personnages qu’ils racontent ont muté, mais leurs aspirations existent toujours. Et elles existeront encore demain. Et le jour suivant. Et encore après. » – Frédéric Sasseville-Painchaud.

La série Théâtre à relire propose des soirées où les spectateurs ont le privilège de découvrir, à travers le regard de jeunes metteurs en scène, des extraits de pièces marquantes écrites par des auteurs qui ont bouleversé les codes théâtraux de leur époque et dont l’ardeur et la pensée sont toujours éminemment d’actualité.

Une rencontre avec le public est proposée à la suite de chaque lecture, entre le public, le metteur en scène, les comédiens et un conseiller dramaturgique du CEAD, et ce, afin de répondre aux questions et enjeux que soulève le fait de réentendre ces auteurs aujourd’hui.

Frédéric Sasseville-Painchaud explore l’œuvre de Robert Gurik
8 février 2017 à 19 h // Gratuit
Auditorium de la Grande Bibliothèque
Avec Iannicko N’Doua, Marcel Pomerlo et Cynthia Wu-Maheux

Communiqué de presse | CEAD

Un commentaire

  1. Avatar
    Daniel Thérien

    C’était très réussi et sans esbroufe avec un choix judicieux d’enchaînements et de textes. J’aurais toutefois souhaité un extrait de “L’anniversaire d’Hitler” (pièce non publiée et superbe d’espoir) des “Deux Soeurs” (pièce jouée à Paris et au Festival d’Avignon et qui mériterait amplement aussi d’être diffusée” et du “Pendu” (pour le grand classique qu’elle est )
    Il était temps qu’on parle et qu’on joue Gurik, même si cette lecture est bien peu de choses, pour le plus grand auteur vivant du Québec qui laisse loin derrière lui “les auteurs théâtre télé-romans” ou de “théâtre misérabiliste” et toute cette médiocrité ambiante, racoleuse par la langue “joualisante” et par les effets spéciaux. Nous sommes ici , dans l’oeuvre de Gurik, au coeur de ce que le théâtre devrait être : Une prise de parole dans la cité, un miroir de la condition humaine, une poésie qui ne cherche pas à faire poétique, une oeuvre forte, puissante qui parle de nous et par extension de l’humanité.

    Daniel Thérien dramaturge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *