Nouvelles

La saison 2017-2018 de Danse Danse

Sylvie-Ann Paré

La saison 2017-2018 marquera les 20 ans de Danse Danse, 20 ans de découvertes, de plaisirs et de constante évolution. Au programme : 15 spectacles, 14 compagnies dont six québécoises, de la visite de Vancouver, New York, Oslo, Helsinki, Barcelone, Londres et Taipei. Danse Danse invite également le public à la patinoire pour un spectacle hors les murs.

Marie Chouinard

Carla Maruca dans Le Cri du monde.

La Compagnie Marie Chouinard ouvre le bal de cette saison anniversaire avec deux programmes – Le Cri du monde jumelé à Soft virtuosity, still humid, on the edge puis Jérôme Bosch : Le Jardin des délices – un écho à la première saison de Danse Danse qui mettait en vedette la chorégraphe.

En octobre, Andrew Skeels crée son propre langage entre danse contemporaine, classique et urbaine avec Rose of Jericho.

L’un des musts de la saison est le retour du chorégraphe et compositeur Hofesh Shechter (Royaume­-Uni) et sa danse physique gorgée de musique live.

Pour clôturer l’année à la mi-­novembre, la compagnie Dancers of Damelahamid (Colombie-­Britannique) entraînera le public à la découverte des danses autochtones dans une chorégraphie multimédia signée Margaret Grenier, en coprésentation avec le MAI – Montréal, arts interculturels.

Dance Me des BJM – Les Ballets Jazz de Montréal rendra un vibrant hommage au poète et musicien Leonard Cohen sur des chorégraphies d’Annabelle Lopez Ochoa, Andonis Foniadakis et Ihsan Rustem, en décembre.

Francis Ducharme

Winnie Ho et Clara Furey dans Cosmic Love.

Pour clôturer l’année 2017, Danse Danse donne carte blanche à Clara Furey pour sa première pièce de groupe avec 4 interprètes incluant elle­-même, Cosmic Love, construite autour de la résonance des sens.

En deuxième partie de saison et pour la première fois au Canada, la Legend Lin Dance Theatre (Taïwan) propose The Eternal Tides, une poésie dansée inspirée par les rituels religieux et les rites cérémoniaux locaux célébrant le rythme de la nature.

En février, dans un décor de musée hyper réaliste, le chorégraphe Marcos Morau de La Véronal (Espagne) propose avec Siena une réflexion sur le corps humain, à travers les âges, une rencontre entre la danse et l’histoire de l’art.

Puis, faisant le pont entre le passé et le présent, Danse Danse invite nulle autre que l’emblématique Martha Graham Dance Company (New York), qui perpétue une histoire de la danse conjuguée au présent, entre répertoire et création.

Daniel Richard

Nicolas Labelle, Esther Rousseau-Morin et David Rancourt dans Le cri des méduses.

En mars, Alan Lake dont l’originalité de la recherche dans Ravages avait séduit le public en 2015, nous revient avec Le cri des méduses. Mariant art visuel, danse et vidéo, le chorégraphe offre ici sa vision d’une humanité à la dérive.

Dans le cadre du Printemps nordique de la Place des Arts, Danse Danse présente deux chorégraphes marquants du renouveau de la danse en Europe du Nord. Avec Again, la norvégienne Ina Christel Johannessen propose une véritable partition visuelle à la puissance d’évocation certaine. Le néerlandais Tero Saarinen, accompagné sur scène par l’accordéoniste Kimmo Pohjonen, montre le corps dans tous ses états et nous offre, le temps de Breath, un souffle venu du Nord.

Danse Danse terminera cette 20e saison avec un incontournable en présentant à nouveau Sutra de Sidi Larbi Cherkaoui (Royaume­-Uni) qui avait profondément marqué l’imaginaire des spectateurs en 2009 avec ses 19 moines bouddhistes maîtres de kung­fu, 5 musiciens et… 21 boîtes en bois.

Communiqué de presse | Danse Danse

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *