Nouvelles

Appel à projets Banlieue 2018 : arts visuels et théâtre

Après le succès de Banlieue! ordre et désordre présenté lors des célébrations du 50e anniversaire de la Ville de Laval à l’été 2015, le projet Banlieue revient en 2018 sous la forme d’une triennale. Pour cette deuxième édition, il s’agit d’aborder la banlieue nord-américaine comme un lieu d’arrivée, un territoire de projections de tous les désirs.

Comme cette idée de mobilité trouve son prolongement dans l’expérience migratoire, la triennale propose d’aborder la banlieue comme un espace non homogène constitué de communautés multiples. Au Québec, les banlieues, longtemps considérées comme «cités-dortoirs», prennent de l’expansion au point de faire de l’ombre aux villes dont elles n’étaient au départ qu’une extension domiciliaire.

Dorénavant, les gens s’y installent, s’y éduquent, s’y distraient ou y travaillent. Le tissu social se transforme depuis déjà quelques décennies. Des membres de communautés culturelles y prennent domicile, des jeunes professionnels fuient la grande ville afin d’esquiver la folie du marché de l’immobilier ou pour bénéficier d’occasions de travail inespérées. On s’expatrie des grandes villes, de la région, d’autres pays. La banlieue incite ainsi au déplacement, à la distance à parcourir. La banlieue n’est pas close sur elle-même, elle est connectée au monde grâce aux technologies tout en étant le reflet de diverses réalités sociales.

L’émancipation suburbaine annonce une souveraineté grandissante bien que dans l’imaginaire collectif, la banlieue symbolise des carences à bien des égards. Or, ces lacunes appellent à la transformation des espaces et à l’émergence d’une offre culturelle sans précédent. La banlieue est un matériau de tous les fantasmes. Elle est le réceptacle de projets imaginaires et critiques, ainsi que d’actions en vue d’en dynamiser son territoire et le rendre plus convivial et humain.

La triennale Banlieue en est une d’arts visuels, mais à l’instar de l’édition de 2015, une seconde discipline est invitée à prendre part à la réflexion. En 2018, la discipline théâtrale est à l’honneur. Défiant les conventions, l’espace et le temps, le théâtre est une forme d’expression de plus en plus poreuse aux autres disciplines artistiques. Le théâtre est un art vivant qui se renouvelle constamment, tout en demeurant particulièrement sensible aux mouvances culturelles et sociales. C’est avec cette envie d’entrer en dialogue que les arts visuels convient le théâtre.

Date de tombée: lundi 4 septembre 2017. Dates de l’exposition : été-automne 2018. Appel à échelle nationale. Pour tous les détails, cliquez ici.

Communiqué de presse | Maison des arts de Laval

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *