Nouvelles

Le Théâtre la Seizième présente sa saison 2017-2018

Marie Tourigny - D'ébène et de blanc

Le Théâtre la Seizième est heureux de présenter sa saison 2017-2018. Le public pourra découvrir deux de ses productions et quatre pièces invitées. Le Théâtre souhaite rejoindre tous les amoureux de culture, sans exceptions, et surprendre son public avec de nouveaux visages et de nouvelles formes scéniques.

Les œuvres présentées cette saison ont été choisies pour les questionnements qu’elles soulèvent sur notre monde (immigration, apparence, natalité et environnement, famille et individualisme, culte de la performance). Des représentations supplémentaires avec surtitres en anglais permettront à plus d’amateurs de culture non francophone de se joindre à nous et de profiter de nos productions.

Unité modèle

17-28 octobre 2017 | Studio 16. Production: Théâtre la Seizième. Texte: Guillaume Corbeil. Mise en scène: Philippe Cyr. Distribution: Vincent Leblanc-Beaudoin, Emilie Leclerc. Équipe de production: Cande Andrade, Malcom Dow, Itai Erdal, Ashley Noyes et Manon Veldhuis. Traduction des surtitres: Anita Rochon. Avec la participation de: Finn Lefebvre-Gnam.

Bienvenue dans notre unité modèle! Nous vous promettons une soirée exceptionnelle, l’une de celle qui pourrait changer le cours de votre vie. C’est votre chance, une occasion unique de vous porter acquéreur d’un magnifique condo de l’ambitieux projet Diorama. Nos deux représentants seront vos hôtes pour la soirée et déploieront toute leur énergie pour vous révéler la vie de rêve qui pourrait devenir votre réalité. Mélangeant fini intérieur et histoire d’amour, Unité modèle pose un regard juste et troublant sur l’embourgeoisement et notre rapport à l’image à travers un jeu de miroirs qui altère sans cesse le réel.

Bibish de Kinshasa

28 novembre-2 décembre 2017 | Studio 16. Production: Hôtel-Motel. Texte: Marie-Louise Bibish Mumbu. Mise en scène et adaptation théâtrale: Philippe Ducros. Distribution: Gisèle Kayembe, accompagnée de Marie-Louise Bibish Mumbu, Philippe Ducros et Papy Maurice Mbwiti. Équipe de production: Manon Claveau, Thomas Godefroid, Caroline Turcot et Julie Vallée-Léger.

Une journaliste quitte son Congo natal en quête d’un avenir meilleur. En plein Airbus, le vertige la surprend. A-t-elle bien fait? L’émigrante se remémore alors ce qu’elle laisse derrière elle, nous entraînant à sa suite dans les rues grouillantes et colorées de Kinshasa. Cette visite guidée des souvenirs de l’héroïne est entrecoupée d’échanges décontractés entre l’auteure et le metteur en scène qui cuisinent sur scène un plat congolais à partager. À mi-chemin entre la soirée de contes, le talk-show et la bouffe entre amis, la pièce évoque, dans une ambiance festive, les frictions culturelles, politiques et philosophiques qui tissent les relations entre l’Occident et l’Afrique.

Pourquoi tu pleures…?

16-17 février 2018 | Waterfront Theatre. Production: Les Éternels Pigistes. Texte: Christian Bégin. Mise en scène: Marie Charlebois. Distribution: Christian Bégin, Marie Charlebois, Sophie Clément, Pierre Curzi, Pier Paquette et Isabelle Vincent. Équipe de production: Chantal Bachand, Angelo Barsetti, Philippe Brault, Clélia Brissaud, Elen Ewing, Max-Otto Fauteux, Martin Labrecque et Alexandra Sutto.

Le décès d’un père autoritaire, un héritage de plus de cinq millions de dollars à se partager «selon les besoins de chacun», et voilà que le système de valeurs d’une mère et de ses quatre enfants est mis à rude épreuve. Qu’est-ce qu’un besoin? Une ambition, une compensation, un rêve… Dans un chassé-croisé entre présent et passé, les secrets de famille en profitent pour rejaillir. Comédie grinçante et désopilante, Pourquoi tu pleures…? signe le grand retour de Christian Bégin et des Éternels Pigistes à Vancouver. Armée d’une distribution au sommet de son art, cette production créée au Théâtre du Nouveau Monde en 2016 nous confronte à l’individualisme de nos sociétés.

Des arbres

8-12 mai 2018 | Studio 16. Production: La Manufacture. Texte: Duncan MacMillan. Traduction: Benjamin Pradet. Mise en scène: Benoît Vermeulen. Distribution: Maxime Denommée et Eveline Gélinas. Équipe de production: Guido Del Fabbro, Ariane Lamarre, Jean- Denis Leduc et André Rioux.

C’est au beau milieu d’un IKEA qu’il avance l’idée d’avoir un enfant. Prise au dépourvu, elle angoisse. Ils repartent du magasin les mains vides, mais la tête remplie de questions. Est-ce vraiment une bonne idée de mettre au monde un enfant en cette époque d’incertitudes? Ce qui pourrait être un bon choix pour eux en est-il un pour l’environnement? Que risquent-ils de détruire en premier, la planète ou leur couple? À la fois drôle et confrontante, la pièce dresse le portrait d’une génération qui se questionne sur le futur. Superbement adapté de la pièce britannique Lungs, meilleure création aux O West End Awards, Des arbres propose un théâtre simple, puissant et pertinent.

Crème-Glacée

7 avril 2018 | Studio 16. En tournée dans les écoles élémentaires du 3 avril au 8 juin 2018. Production: Théâtre la Seizième. Texte: Marie-Hélène Larose-Truchon. Mise en scène: Marie Farsi. Distribution: Sabrina Auclair et 2 comédiennes. Équipe de production: Mishelle Cuttler, Drew Facey, Shizuka Kai et Aidan Hammond.

La petite Crème-Glacée qui, ironiquement, n’a pas le droit d’en manger, en a assez que Madame Sa mère n’ait jamais le temps de terminer ses histoires. Très occupée, cette dernière doit souvent la laisser seule pour aller sauver l’environnement et télécommande Samantha la gardienne pour s’occuper d’elle. Par esprit de rébellion et par amour des histoires, Crème-Glacée désobéit à sa maman et se retrouve coincée au fond du pot de crème glacée… C’est entre la section fraise et la section chocolat qu’elle fera une rencontre surprenante. Fable aux accents délicieusement fantaisistes et colorés, Crème-Glacée nous précipite dans un imaginaire candide où une pétillante petite fille se confronte à la réalité, plus nuancée, du monde adulte.

Avant l’Archipel

En tournée dans les écoles secondaires du 3 au 25 mai 2018. Production: Théâtre français de Toronto et L’Irréductible petit peuple. Texte: Emily Pearlman. Adaptation: Danielle Le Saux-Farmer et André Robillard. Mise en scène: Joël Beddows. Assistance à la mise en scène: Guillaume Saindon. Distribution: Danielle Le Saux-Farmer et André Robillard. Paroles et musique: Nicolas Di Gaetano. Équipe de production: Benoît Brunet-Poirier, Karyane Lachance, Céline Paquet, Katia Talbot et Lindsay Tremblay.

Lénaïque la Magnifique pleure tous les jours afin de nourrir les fruits-dragons qui poussent dans le verger de sa péninsule. Un dimanche comme les autres, la jeune fille se rend au marché du continent pour vendre ses précieux végétaux. C’est là qu’elle fait la connaissance de Brévalaire Spectaculaire, fin «tricoteur de tuques allégoriques». Instantanément, entre les deux, naît l’inextricable étourdissement du sentiment amoureux. Véritable chef d’oeuvre d’inventivité, la pièce surprend par la richesse de sa langue, aussi vive qu’imagée. Alliant conte, improvisation, poésie et chanson, Avant l’Archipel transforme les spectateurs en témoins actifs des chamboulements provoqués par le premier émoi amoureux.

Communiqué de presse | Théâtre la Seizième

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *