Nouvelles

Macbeth

C’est avec honneur et joie que Somme toute rend disponible l’œuvre théâtrale du grand Michel Garneau! Paraît ces jours-ci en librairie sa mémorable traduction du Macbeth de Shakespeare, préfacé par Paul Lefebvre.

Le général Macbeth assassine le roi d’Écosse pour s’emparer du trône, premier meurtre d’une longue série, qui le plonge dans la culpabilité et le fait sombrer dans la folie. Mais sous la plume de Garneau, c’est une nouvelle lecture! En transposant ce texte culte, écrit en 1606, en langue vernaculaire québécoise, Garneau rompt avec la tradition des traductions françaises de Shakespeare et lui rend tout son pouvoir d’évocation. Le Macbeth de Garneau frappe par sa puissance poétique, véritable réincarnation de la parole shakespearienne. Traduite entre l’élection du Parti québécois et le premier référendum, et inspirée de la langue québécoise populaire puisée à même sa source ancestrale, la pièce devient un texte culte, faisant accéder le québécois au rang de langue mythique. Garneau rend ici à l’œuvre de Shakespeare ses dimensions politique, poétique et pulsionnelle. La «pièce écossaise» n’aura jamais été aussi sentie, vibrant sous la langue libre et souple du traducteur.

Né à Montréal en 1939, Michel Garneau est poète, dramaturge, musicien, homme de radio et comédien. Autodidacte et touche-à-tout, il est annonceur de radio à 15 ans et écrit surtout de la poésie jusqu’à son emprisonnement pendant la crise d’Octobre en 1970. Monument des lettres québécoises, il est l’auteur d’une soixantaine de livres, incluant une trentaine de recueils de poésie et 27 textes pour la scène. Il est récipiendaire du Prix du Gouverneur général du Canada pour Les petits chevals amoureux (poésie) en 1978 et Mademoiselle rouge (théâtre) en 1990. Traduites en anglais, en portugais, en allemand et en espagnol, ses pièces sont produites un peu partout à travers le monde. Reconnu pour ses traductions et adaptations majeures d’œuvres de Shakespeare, de García Lorca et d’autres grands auteurs, il a aussi traduit la poésie de Leonard Cohen et fait entrer le langage populaire québécois par la grande porte du théâtre.

Paraîtra aussi en 2018

Première internationale de narration: cette pièce à 14 personnages est une fable contemporaine sur la violence de la parole mettant en scène un concours littéraire international, jugé par des prix Nobel, qui se tient sur le mont Sinaï. Les Guerriers: originale et intense, cette pièce montre la Guerre, la Publicité, la Propagande, la Créativité et la Business, en duel de publicistes devant trouver un nouveau slogan pour l’armée canadienne. Coriolan: une traduction poétique et colorée en québécois du texte de Shakespeare mettant en scène Coriolan, général orgueilleux, ombrageux et solitaire. Quatre à quatre: dans une langue sensible et authentique, cette pièce présente quatre femmes, quatre générations qui se confrontent et unissent leurs soliloques en un dialogue. Elles occupent l’espace intérieur de la plus jeune, qui, irritée par la lourdeur de l’hérédité, veut tuer ses fantômes et refaire l’amour.

Communiqué de presse | Somme toute

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *