Nouvelles

Les guerriers

Voici Les guerriers, le troisième titre de Michel Garneau à s’ajouter au catalogue des éditions Somme toute, qui s’est données comme mandat de rendre disponible ses œuvres théâtrales. Grand auteur dramatique, reconnu pour ses traductions et adaptations majeures d’œuvres de Shakespeare, de García Lorca et de Leonard Cohen, entre autres, il a fait entrer le langage populaire québécois par la grande porte du théâtre. C’est avec fierté et honneur que nous publions ces titres majeurs. Coriolan, qui sera mis en scène par Robert Lepage au Théâtre du Nouveau Monde en janvier 2019, paraîtra en novembre.

«Si la vie vous intéresse, c’est rien que ça qu’y faut topper», s’exclame Paul. Et le ton des Guerriers est donné: un créateur publicitaire de génie et son pragmatique associé sont chargés de trouver unnouveau slogan pour l’armée canadienne. Cette situation aux allures de duel, permet à Garneau dedisséquer la mécanique implacable du règne capitaliste et de l’aliénation de l’homme. Sous la forme d’un dialogue habilement orchestré, la pièce propose une guerre de mots contaminés par l’impératif économique, un combat aussi drôle que tragique entre la poésie et l’argent. De paradoxes en dérision, de déroute mentale en dérive physique (alcool et cocaïne aidant), Paul et Gilles s’échangent des répliques où se révèlent tour à tour l’euphorie d’un système où tout se vend et s’achète sans scrupule, et l’effroi du vide qui le compose.

Lorsque la vie se confond avec la mort, que l’âme se perd dans l’imposture d’une créativité rentable, alors on peut dire que la guerre est bel et bien lancée contre l’humanité. Une œuvre phare de Michel Garneau, qui a su traduire avec maestria le mal de notre époque en termes sociaux et individuels à travers l’arme redoutable du langage. Mais comment, à notre époque – «pas de morale, tous les dieux morts» –, parvenir à convier à la violence soi-disant légitime une jeunesse spoliée par ceux qui, comme l’écrit Garneau, pompent «du vide dans le langage»? (extrait de la préface de Robert Lalonde)

Communiqué de presse | Somme toute

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *