Nouvelles

STUDIO 303 présente : REMIX

Remix

REMIX // Une recherche sur le partage de matériel chorégraphique

Pour cette cinquième édition, Studio 303 poursuit le questionnement de la réinterprétation, le remixage et l’’appropriation en danse.

Les chorégraphes montréalaises Sarah Manya et Catherine Lafleur verront leurs pièces remixées par Daina Ashbee et Caroline Laurin-Beaucage, respectivement, lors d’’une résidence d’une semaine, offerte en partenariat avec la Compagnie Flak. Par la suite, quatre courtes pièces seront ainsi présentées : deux originales, deux remixes, suivies par une discussion avec le public.

***

Fuck it! (extrait) | chorégraphe : Catherine Lafleur | interprètes : Emilie Morin et Mathieu Campeau | remixeuse : Caroline Laurin-Beaucage

Cette pièce a été créé en 2015 et présentée dans le cadre de Quartiers Danses ainsi que plusieurs Maisons de la culture. Avec intensité et désinvolture, la danse inspirée du grunge traduit en mouvement le désir d’’action, de révolte et d’’affirmation. Elle se manifeste autant par sa fougue que par son apathie. Les corps évoluent dans un laisser-aller où tout est possible et permis.

 »Pour cette pièce, je me suis inspirée du mouvement Grunge. Cette musique a marquée mon adolescence et le climat social actuel me donne envie de revisiter les thèmes exploités par ces artistes dans les années 90 : la paix, la liberté, la justice, la révolte. Ma danse se veut signifiante et expressive; je veux qu’elle résonne chez le spectateur et qu’elle attise sa sensibilité. Fuck it! transporte et transmet son lot d’intensité tout en gardant l’’esprit de la désinvolture. Le rapport entre les interprètes en est un de complicité et de support. Ils sont l’’un pour l’’autre une présence rassurante. » – Catherine Lafleur

***

Belle (extrait) | chorégraphe : Sarah Manya | Interprète : Catherine Wilson | remixeuse : Daina Ashbee

Cette pièce a été créée en 2006 en Europe, et 12 ans plus tard, Sarah Manya la revisite avec une nouvelle interprète locale.

 »Belle est confiante. Elle vous dit ce qui la préoccupe. Elle veut votre attention.
Elle veut être une rock star. Ou au moins une Courtney-Liza-Or Holly. Elle s’entraîne très fort. »

 »I have wanted to return to this work for a long time. In the age of #metoo and absolute institutional grade misogyny, I feel that the stakes are different. They have been re-formed, challenged. How? In looking at the work now, compared to the straight up raunch of Miley Cyrus and twerking, the movement seems tame and hardly sexy. So, who are the “bad girls” in 2018? How could this be re-approached in terms of gender norms? Movement quality? Have the technical standards for seductive movement increased? » – Sarah Manya

Communiqué de presse | Studio 303

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *