Articles de la revue Dernier numéro JEU 175 : Nouvelle décennie

Malgré l’inquiétude, garder espoir

Raymond BertinShanti Loiselle

Quelle joie, pour l’équipe de Jeu, de livrer enfin ce numéro 175, dont la parution a dû être repoussée de trois mois, pour les raisons que l’on sait ! Dès le début mars, il était à toutes fins utiles prêt, mitonné afin de célébrer l’arrivée de temps nouveaux que nous espérions empreints d’ouverture et de bienveillance envers celles et ceux, de tous horizons, qui font de l’art le carrefour de toutes les rencontres possibles. Le monde a changé, oui, d’une façon que personne n’avait imaginée. Souhaitons qu’il ne se durcisse pas davantage, que nous tirions de la crise des leçons de solidarité et de respect.

Frappés par cette déflagration mondiale sans précédent, tragique sur plus d’un plan – sanitaire, économique, psychologique –, les arts du spectacle vivant ont été très fortement touchés et mettront du temps, des années peut-être, à se remettre de ce coup porté à ce qui en fait l’essence même : la relation à l’autre et le partage de nos présences. Comment s’assurer que personne ne sera oublié dans la tourmente ?

« Les mesures d’urgence déployées par Ottawa et Québec depuis avril dernier ont su répondre aux besoins les plus pressants. Mais la situation est loin d’être rentrée dans l’ordre pour notre milieu où la précarité gagne de plus en plus de terrain, et où bon nombre de travailleuses et travailleurs, pigistes en grande majorité, ne pourront cette saison exercer leur métier », déclarait Anne Trudel, présidente du Conseil québécois du théâtre (CQT), en août. Le CQT soulignait aussi l’écoute réceptive des deux paliers gouvernementaux et appelait des « gestes positifs et visionnaires » de leur part. Des gouvernements qui ont eu bien d’autres chats à fouetter durant cette période, au point où on a pu croire que le sort du monde de la culture ne leur faisait ni chaud ni froid… malgré les millions de dollars de retombées qu’il représente chaque année.

Les compagnies et institutions théâtrales ont travaillé d’arrache-pied pour s’adapter, se réinventer, créer, enfin, des conditions de relance de leurs activités dans le respect des normes sanitaires et sécuritaires, qui font désormais partie de notre réalité quotidienne. Les annonces de programmations automnales ont mis un baume sur les blessures du milieu, mais les risques financiers liés à cette reprise partielle sont importants. Les œuvres présentées ne seront pas à grand déploiement, on misera sur des solos, des duos, dans des salles reconfigurées ne pouvant accueillir qu’une infime partie du public habituel. Tous les spectacles annulés au printemps, ceux prévus cet automne, ne pourront être repris en même temps : il y aura encombrement au goulot, plusieurs voient déjà leurs créations reportées loin en avant.

Avant la déferlante, notre équipe et ses fidèles collaboratrices et collaborateurs, que je salue et remercie, avaient préparé ce dossier « Nouvelle décennie » soulignant l’arrivée des années 2020, et mettant en lumière des valeurs montantes, des figures artistiques s’étant particulièrement illustrées au cours des dernières années et dont nous voudrons suivre la trajectoire. Bien d’autres auraient pu s’y retrouver, mais les nombreux portraits réunis ici offrent une image de la diversité actuelle, très prometteuse.

Beaucoup d’espoir dans ce numéro, pour notre théâtre et nos artistes, qui feront preuve de résilience, n’en doutons pas. Place à ceux et à celles – dont les metteuses en scène Alexia Bürger, Solène Paré et Alix Dufresne (en couverture), et Marie-Ève Milot – qui marqueront certainement les années à venir par la force de leur engagement, de leurs visions et de leurs démarches artistiques. Dans la foulée, j’aimerais dédier ce numéro à Monique Mercure, à Michelle Rossignol, à Monique Leyrac, à Renée Claude, à Andrée Lachapelle, ainsi qu’à Michel Dumont, de grand·es artistes de scène disparu·es au cours de la dernière année, et qui ont tant enrichi nos imaginaires. Chapeau bas !

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *