jeu_132web

Johanne Haberlin dans Bacchanale d’Olivier Kemeid, mise en scène par Frédéric Dubois (Théâtre d’Aujourd’hui, 2008). © Valérie Remise.

Dirigé par Christian Saint-Pierre, le dossier de ce numéro offre vingt portraits vibrants de jeunes artistes de théâtre diplômés depuis moins de quinze ans. Comédiens, auteurs, metteurs en scène et scénographes, œuvrant à Montréal et à Québec, ils ont les pieds dans un entre-deux aussi vertigineux que stimulant. Ils ne sont pas encore chevronnés, mais ils n’appartiennent plus tout à fait à ce qu’on nomme la relève. Ils sont pleins de promesses, nous permettent d’espérer le meilleur, mais nous offrent aussi, déjà, des raisons d’admirer leur travail, de nous étonner du chemin qu’ils ont si rapidement et si brillamment parcouru. De Magalie Amyot à Évelyne Rompré, en passant par Maxime Denommée et Olivier Kemeid, ces perles rares nous semblent hautement représentatives de leur génération, de son énergie peu commune, de son talent immense et protéiforme.

 

Aussi dans ce numéro

Les Seconds États généraux de la danse professionnelle du Québec, la treizième remise des prix Europe pour le théâtre, le cycle consacré à Howard Barker par le Théâtre de l’Odéon, le dixième Mois Multi et le quatrième festival Temps d’images, des entretiens avec Hugo Bélanger, directeur du Théâtre Tout à Trac, André Brassard et Serge Mandeville.

Consultez JEU 132 sur Érudit.