Nouvelles

La saison 2012-2013 du Théâtre d’Aujourd’hui est dévoilée

Communiqué de presse: «C’est un hasard étrange, une drôle de conjoncture, la saison qui s’annonce ressemble à un printemps…», dit Marie-Thérèse Fortin, directrice artistique du Théâtre d’Aujourd’hui, dont la saison 2012-2013 a été dévoilée aujourd’hui. «Elle est gorgée de voix nouvelles, de terres à découvrir, de regards qui scrutent le passé pour mieux se tourner vers l’horizon. Il semble que les jeunes auteurs qui la composent, aussi différents soient-ils les uns des autres, ont en commun une envie féroce de ne pas céder sous le poids du monde tel qu’il est.»

À l’affiche:

  • ROBIN ET MARION

texte Étienne Lepage + mise en scène Catherine Vidal + avec Kim Despatis, Renaud Lacelle-Bourdon,Gabriel Lessard, Marilyn Perreault + + + une création du Théâtre d’Aujourd’hui et du Théâtre I.N.K.

« C’est une histoire de passion. il fait chaud, on se pourchasse dans la nature sauvage, on se perd, on se trouve… Mais c’est aussi une histoire d’inconscience. J’aime à montrer un humain qui ne se connaît pas. J’aime montrer un humain qui dévale le long d’une pente irrésistible et qui ne parvient qu’au mieux à choisir sur quel obstacle il va s’écraser…» Étienne Lepage

 

  • TOUT CE QUI TOMBE

texte Véronique Côté + mise en scène Frédéric Dubois + avec Catherine-Amélie Côté, Steve Gagnon,Marie-Hélène Gendreau, Julianna Herzberg, Benoît Mauffette, Olivier Normand, Édith Patenaude + + + une création du Théâtre des Fonds de Tiroirs et du Théâtre du Trident

« il y a une ville, Berlin, affalée au beau milieu des vies de tout le monde. il y a de grandes amours. il y a des murs. il y a la mer Baltique, des violons, un aéroport, une cabine téléphonique à Budapest, un rosier sauvage, de l’acupuncture, des bagages, une voiture abandonnée, un coffre à outils, un banc de parc, la Spree, de la salade, de la vodka, des billets d’opéra, des fugues de Bach, un café sur Oranienstrasse, des lits, des téléphones, des lettres, des baisers. Des mots, que personne n’entend. Et qui tombent, comme une sorte de neige.»

 

  • LES TROIS EXILS DE CHRISTIAN E.

texte Philippe Soldevila et Christian Essiambre + mise en scène Philippe Soldevila + avec Christian Essiambre + + + une coproduction du Théâtre Sortie de Secours et du Théâtre de l’Escaouette

« Ceci est l’histoire rocambolesque de Christian E., acteur de son propre récit; Christian E., dont l’enfance est enracinée dans le petit et irréductible village de McKendrick, au nord du Nouveau-Brunswick. Ce paradis perdu, où les voisins sont des personnages plus grands que nature, où tous les mauvais coups sont permis, là où l’imaginaire de notre Acadien prend son appui pour fabriquer les héros de sa vie. Christian E. nous raconte ses déportations volontaires qui l’amèneront à l’aut’bout du monde. Une histoire d’exils et de passages, où défi le toute une galerie de personnages, comme autant de variations sur une même identité.»

 

  • FURIEUX ET DÉSESPÉRÉS

texte et mise en scène Olivier Kemeid + avec Émilie Bibeau, Marie-Thérèse Fortin, Maxim Gaudette,Denis Gravereaux, Johanne Haberlin, Pascale Montpetit, Mani Soleymanlou + + + une création duThéâtre d’Aujourd’hui et de Trois Tristes Tigres

« En 2008, je suis allé en Égypte pour la première fois de ma vie. J’ai pu rencontrer les très rares membres de ma famille qui ne se sont pas exilés lors de la Révolution de 1952. Je suis allé chez Béatrice Badr, née Kemeid. Béatrice habite l’appartement où mon père est né. Un appartement que mon père a quitté avec sa famille quand il avait six ans, et qu’il n’a jamais revu. On ne revient jamais au pays de son enfance. J’ai souvent parlé, dans mes pièces, de ceux qui partent. Furieux et désespérés parlera de ceux qui restent.»

 

  • YUKONSTYLE

texte Sarah Berthiaume + mise en scène Martin Faucher + avec Sophie Desmarais, Vincent Fafard,Gérald Gagnon, Cynthia Wu-Maheux + + + une création du Théâtre d’Aujourd’hui

« Au printemps 2008, lourde d’une peine d’amour qui n’en finissait plus, j’ai acheté, sur un coup de tête, un billet d’autobus pour la destination la plus lointaine possible. Quatre jours et quatre nuits de maux de dos, d’A&W, de rencontres incongrues, de prairies, de montagnes, de forêts plus tard, j’arrivais au Yukon. J’ai imaginé des personnages comme des chercheurs d’or modernes. Je les ai voulus écorchés, courageux, avides et fulgurants. J’ai voulu une langue française, mais avec un rythme et une sonorité près de l’anglais. J’ai voulu des passages narratifs qui serviraient de contrepoids à la rudesse des dialogues et à la pauvreté de la langue des personnages. Je voulais ces envolées poétiques comme des zébrures d’or qui illumineraient une nuit polaire. Comme si le Yukon traversait les personnages et les rendait plus grands qu’eux-mêmes. Comme s’il parlait à travers eux. Le reste, c’est le corbeau, qui me l’a soufflé à l’oreille.»

 

  • LE MÉCANICIEN

texte Guillaume Corbeil + mise en scène Francis Richard + avec Pierre-Luc Léveillé et Anne-Hélène Prévost + + + une création d’Aquilon Théâtre

« J’ai souvent l’impression qu’en racontant une histoire, on tente de transporter le spectateur en plein cœur du « terrible ». Et si en plus l’auteur a réellement vécu ce qu’il raconte, l’effet est décuplé – Ce ne sont plus des chimères, c’est un témoignage : un pont entre l’horreur et moi… C’est peut-être une forme de pudeur qui me gêne, comme s’il s’agissait d’une pornographie de la douleur. Si l’objet du peep-show est connu, quel est celui du spectacle de la souffrance ? Quel vide cherchons-nous à combler en consommant les plaies des autres ?»

 

  • ISABELLE

texte et interprétation Fabien Dupuis + mise en scène Marc Béland + + + une création des Productions J’le dis là

« Est-ce que c’est parce que je m’étends trois fois par semaine pour brasser mon passé que j’ai besoin de le mettre sur une page blanche pour le dire, le bouger dans un besoin de prendre la parole ? Peut-être. Est-ce que cette histoire est vraie ? Peut-être. Je raconte une histoire que je porte depuis des années, qui me touche encore à chaque fois que je m’assois pour l’écrire, la répéter, la jouer, l’offrir à qui veut m’entendre. »

 

  • SOUPERS

texte et mise en scène Simon Boudreault + avec Sophie Clément, Alexandre Daneau, Caroline Lavigne, Catherine Ruel + + + une production de Simoniaques Théâtre

« Je vous réinvite à venir dans notre restaurant, car peut-être que la dernière fois nous avons dû refuser votre réservation, car nous étions complets… Soupers, pièce inspirée du restaurant, ce lieu public où se nouent et se dénouent des milliers de relations intimes, alors que des yeux indiscrets observent et que des oreilles épient (les vôtres). Pourquoi les soupers ? Parce que c’est parfois la seule chose qui reste de notre famille, les soupers. Parce que c’est en mangeant qu’on veut entrer en relation.»

 

  • SOREL-TRACY

texte Emmanuel Reichenbach + mise en scène Charles Dauphinais + avec Félix Beaulieu-Duchesneau,Anne-Élisabeth Bossé, Guillaume Cyr, Simon Lacroix et Emmanuel Reichenbach + + + une création du Théâtre Sans Domicile Fixe,

« Un jour, j’ai entendu parler d’un maire d’arrondissement qui placardait les murs de sa chambre à coucher avec ses propres pancartes de campagnes électorales, et qui fréquentait une danseuse nue de vingt ans sa cadette, rencontrée dans un club sur le bord de l’autoroute. Mes collègues du Théâtre SDF et moi voulions depuis longtemps créer une comédie sur la politique. La pièce Sorel-Tracy s’est dessinée, un peu d’elle-même. Elle cherche à comprendre pourquoi lorsque le pouvoir pointe son nez, la bêtise accourt sans tarder.»

 

  • GARS

texte, mise en scène et interprétation Marie-Ève Perron + + + une création de Fille/de/Personne

« des corps-modernes-encodés à qui ça dit rien une discussion autour d’un thé / s’écoeurer / du vide / du non-engagement / des prises de tête / des phrases toutes faites / des idées préconçues / de toi, de lui, de l’autre-je-m’y-perds / s’arracher le corps, les cheveux, les yeux / vouloir poser des cadenas pas de clé / mais / parce qu’un jour le docteur-sorcier a dit « de l’insatisfaction on crée » / ouvrir son ordi / ou / c’était un crayon / et / te faire exister / toi, lui, l’autre / n’importe / t’appeler / GARS»

 

  • (e)

texte, mise en scène Dany Boudreault + avec Dany Boudreault et Robin Joël-Cool + + + une création deLa Messe Basse

« Voici l’odyssé(e) poétique d’une fille dont les seins diminuent de plus en plus et qui recherche pour le reste de sa vie le même étranger roux. Le récit d’une métamorphose intime provoquée par une fourchette plantée entre les seins, de l’insidieuse dictature du regard de l’autre, de la tyrannie sexuelle. Un cha-cha-cha métaphysique entre le corps rêvé et le corps donné. Si nos gestes ne sont qu’emprunts, mourons-nous aussi par imitation ? Et au final, est-ce que tous ces gestes ne parviendraient pas, malgré nous, à conditionner notre aspect physique, voire même à le renverser?»

 

Ainsi que deux spectacles de Noël:

  • CLOTAIRE RAPAILLE L’OPÉRA ROCK

texte Olivier Morin et Guillaume Tremblay + mise en scène Olivier Morin + avec Francis Do Monte,Myriam Fournier, Virginie Morin, Martin Plouffe, Mathieu Quesnel, Olivier Morin, Guillaume Tremblay,Mathieu Vézio + + + une production du Théâtre du Futur

En 2045, le Québec est souverain. Mais le Québec est perdu, pardu. Un seul espoir de salut : Clotaire Rapaille. À travers une croisade épique, il enorgueillira les grandes provinces du Québec, une à une, grâce à des codes mirobolants dont lui seul a le secret. Mais Québec est oubliée et se révolte. Ses codes mégalomaniaques entraînent un succès phénoménal, mais aussi des catastrophes terribles. Il doit donc affronter ses anciens démons et descendre à Québec pour sauver le pays… et sans doute l’humanité.

 

  • LE NID VIDE

pour les tout-petits dès 2 ans

conception du spectacle Lise Gionet, Louis-Dominique Lavigne, Monique Rioux + mise en scène Lise Gionet + avec Louis-Dominique Lavigne, Monique Rioux + + + une production du Théâtre de Quartier

Un spectacle sans paroles puisque ce sont des oiseaux. Avec des becs d’oiseaux. Un spectacle sans paroles, mais qui parle beaucoup. Avec des gestes, des regards, des mouvements, des rires, des pleurs, des sourires, beaucoup de caresses et quelques pas de danse sur des musiques de Mozart.

 

Vous pouvez aussi consulter le programme électronique en ligne 

 

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *