Nouvelles

La saison 2012-2013 de l’Espace Libre est dévoilée

Communiqué de presse: Pour sa saison 2012-2013, Espace Libre propose pas moins de seize spectacles. Outre les œuvres de nos deux résidants, Omnibus et NTE, nous serons terre d’accueil pour dix productions de Montréal, trois de la ville de Québec, deux de l’Europe (France et Berlin) et une de Calgary. Deux de ses spectacles seront présentés dans le Studio Espace Libre, espace intime inauguré lors de la dernière saison.

Individualisme, démence, travestissement, intolérance, conditionnement… Tant de thèmes abordés, tant de miroirs intimes d’une société en perte de repères, en perte d’acquis sociaux. Quelles sont les conséquences en nous de ce bombardement quotidien, de ce climat de lutte interne autour duquel tournait 2010-11, saison de la résistance ? En quoi cette modernité envahissante nous bouleverse-t-elle ? Que fait-elle de nous ? Voilà ce à quoi nous réfléchirons en 2012-2013. Le monde change. L’indignation occupe nos rues, nos journaux, les scandales pleuvent, la perte de confiance envers les dirigeants politiques et économiques gronde. Les projets de société sont bancals, malmenés. Ne reste que la cellule individuelle, le moi, qui prend une place démesurée dans nos rapports humains, dans notre vision du monde, mais qui se sent abandonné de la sphère politique. Développement personnel, individualisme, perte de solidarité, de repères amoureux et générationnels, perte d’idéaux. Qui est ce moi qui crie en moi, qui hurle dans les rues ?

Notre théâtre sera plus que jamais au cœur de sa cité avec ces prises de paroles, elles-mêmes accompagnées de tables rondes, de discussions avec le public et autres activités de sensibilisation ou de médiation culturelle.

 

À l’affiche:

 

  • CHANGING ROOM de Nous sommes ici — 21 août au 8 septembre 2012

Mise en scène Alexandre Fecteau

La compagnie Nous sommes ici ouvrira la saison avec le théâtre documentaire CHANGING ROOM sur le monde du travestissement. Hautement interactif, particulièrement festif et profondément troublant, ce spectacle questionne la norme identitaire, la marginalité et la tolérance. Où se trouve la norme ? Peut-elle être tolérante 

 

  • LA COULEUR DU GRIS de Omnibus le corps du théâtre — 18 septembre au 6 octobre 2012

Maîtrise d’oeuvre Anne Sabourin et Christian Leblanc

À l’heure où l’individualisme et l’intimidation donnent aux sociétés des airs de bestiaire darwiniste, l’individu laid et ostracisé doit faire appel à une bonne dose de résilience pour légitimer ses désirs, voire sa propre identité. Dans un esprit libertaire, le tandem Sabourin-LeBlanc pratique le théâtre à son corps défendant; il s’inspire notamment de l’imagerie nerveuse de la BD, du genre littéraire de la nouvelle.


  • LA JEUNE-FILLE ET LA MORT, du Bureau de l’APA

Texte et mise en scène de Laurence Brunelle-Côté et Simon Drouin, d’après le recueil du collectif Tiqqun

inspiré des traités philosophiques controversés du collectif européen Tiqqun. Grâce à une dramaturgie frontale, déstructurée, flirtant avec les arts visuels et la musique, ce spectacle veut faire réfléchir et dénoncer l’aliénation capitaliste, l’instrumentalisation de l’image et la manipulation de l’inconscient collectif.

 

  • LÉO de Circle of Eleven, une présentation du NTE

Mise en scène de Daniel Brière

Imaginez que la loi de la gravité perde le nord et change complètement les règles du jeu… L’acteur-acrobate Tobias Wegner interprète avec brio ce personnage confiné dans une chambre avec, pour seule compagnie, une petite valise. Le spectacle LÉO mit en scène par Daniel Brière pour la compagnie allemande Circle of Eleven, remporte, depuis sa création, un succès phénoménal sur la scène internationale, récoltant au passage la plus haute distinction, au fameux Fringe d’Édimbourg de 2011. Celle-ci lui a valu d’être présenté pendant plus d’un mois dans un théâtre Off Broadway à New York.

 

  • LAPIN BLANC, LAPIN ROUGE de Hôtel-Motel et Orange noyée

Texte de Nassim Soleimanpour

Mise en scène de Philippe Ducros et Mani Soleymanlou

Continuant son travail de réflexion identitaire dans une perspective globale, Hôtel-Motel s’associe à Orange noyée, compagnie de Mani Soleymanlou, afin de créer LAPIN BLANC, LAPIN ROUGE de Nassim Soleimanpour, auteur à Téhéran. L’auteur ne peut quitter le pays. Il a écrit un texte qu’il fait circuler à travers le monde, au risque de sa vie. Chaque soir, un acteur différent s’appropriera ce texte, lui-même en péril, le découvrant devant nos yeux. L’absence de l’auteur devient le personnage principal.

 

  • DINDES ET FARCES du Party Chinois 

Équipe de création: François Bernier, Vincent de Repentigny, Guillaume Girard, Julie Vallée-Léger et Anick Viau

Mise en scène: François Bernier et Guillaume Girard 

Certaines habitudes restent… Pour une troisième année, notre désormais traditionnel CABARET DE NOËL revient en nos murs, avec les malaises des fêtes de famille et la convivialité qui peut y exister. Ces soirées sans modération sont organisées par l’équipe du Party Chinois.

 

  • SPASMES du Pont Bridge

Mise en scène: Carole Nadeau

L’année 2013 débutera avec SPASMES de Carole Nadeau et son Pont Bridge, gravitant autour de l’univers du peintre Francis Bacon. L’équipe de Carole s’appropriera la vision de ce peintre en proposant une œuvre plastique et dénudée de tout souci narratif qui visera les nerfs du spectateur plutôt que son intellect.

 

  • IGNORANCE du Old Trout Puppet Workshop (Alberta)

Pour une deuxième fois, nous accueillons les marionnettes du Old Trout Puppet Workshop avec le spectacle IGNORANCE. Créé à partir d’une page publique sur le web où tous pouvaient donner leurs impressions et leurs réflexions, leurs idées sur le bonheur et sur ses difficultés, ce spectacle propose de suivre l’évolution du cerveau humain, de l’homme des cavernes jusqu’à aujourd’hui afin de réfléchir à la difficulté d’être heureux, si prenante en nos sociétés individualisées.

 

  • SCALPÉE de Bienvenue aux dames !

Texte: Anne-Marie Olivier

Mise en scène: Véronique Côté

En plein cœur de l’hiver, Anne-Marie Olivier, au sein de sa compagnie Bienvenue aux dames !, créera son nouveau spectacle SCALPÉE. Sommes-nous aliénés par le travail, l’argent, la technologie, l’idée du bonheur et du succès ? SCALPÉE explore les thèmes de la perte, de l’aliénation ambiante, les faisant remonter à nos origines autochtones. En ligne directe avec son spectacle Annette, cette grande artiste sait, par une mise en scène sans cesse périlleuse, nous plonger avec délicatesse au cœur des préoccupations essentielles de ce peuple supposément né pour un petit pain, mais en train de conquérir la stratosphère.

 

  • LES CHEMINS QUI MARCHENT du NTE

Texte: Alexis Martin

Mise en scène: Daniel Brière

Voici le deuxième chapitre de la fresque historique présentée sur trois saisons théâtrales par le NTE. Trois spectacles pour y secouer les eaux dormantes de l’histoire du Canada français, entre 1608, année de la fondation de Québec, jusqu’à la crise du verglas de 1998. Cette fois-ci, LES CHEMINS QUI MARCHENT examine notre rapport aux rivières et au grand fleuve. La Richelieu, la Saguenay, le Saint-Laurent, mais aussi la Manicouagan, la St-Maurice, la Moisie. Le titre de la pièce évoque la manière dont les Amérindiens désignaient ces cours d’eau qui étaient les voies naturelles de pénétration du continent, son système veineux.

 

  • GRAINS DE SABLE de Voyageurs Immobiles 

Texte et mise en scène de Milenia Buziak

Milena Buziak nous propose GRAINS DE SABLE, un théâtre documentaire basé sur des témoignages de nos soldats en Afghanistan. Primordiale, cette production intime lève le voile sur notre jeunesse sacrifiée à l’autre bout du monde. Une production des Voyageurs Immobiles.

 

  • GABIE du Théâtre Sans Borne

Texte: Caroline Gendron

Mise en scène: Marie-Eve Gagnon

Le deuxième projet dans le studio en sera un du Théâtre Sans Borne. Marie-Ève Gagnon mettra en scène Caroline Gendron dans ce solo GABIE, sur la marginalité des mésadaptés mentaux. Ici, la maladie mentale devient le miroir des dérives consuméristes et apathiques de notre mode de vie. La maturité du travail de Marie-Ève est mise au service de ce solo qui se penche sur la place grandissante de la maladie mentale chez l’homme moderne face à l’absence de place qu’elle trouve dans les rouages de la société.

 

  • LA DERNIÈRE INTERVIEW de La compagnie abc (France)

Texte: Jean Genet et Dieudonné Niangouna

Mise en scène: Catherine Boskowitz

Cette année, nous accueillerons La compagnie abc de France avec LA DERNIÈRE INTERVIEW, de et avec Catherine Boskovitch, accompagné du Congolais Dieudonné Niangouna, un des deux artistes invités de l’édition 2013 du Festival d’Avignon. Ce spectacle est basé sur la dernière entrevue qu’a donnée Jean Genet avant sa mort. Niangouna, qui y interprète Genet, en profite pour décoller du texte et imposer un deuxième discours dramaturgique entre les réalités de voyou, d’orphelin et d’auteur de Genet et ses propres réalités d’Africain, d’artiste, de rescapé de guerre, de colonisé. C’est un regard sur l’Afrique moderne, sans complaisance ni folklore, tout en étant une réflexion sur l’art et son pouvoir.

 

  • FATAL, LA GUERRE DES ROSES de Omnibus le corps du théâtre

Texte: Jean Asselin, d’après Henri IV de William Shakespeare

Mise en scène: Jean Asselin

Les trois parties d’Henry VI, 7500 vers inspirés de la Guerre des deux Roses entre Yorkistes et Lancastriens, sont les toutes premières pièces écrites par un Shakespeare dans la vingtaine (1564-1616). Garantie d’imputabilité, notre metteur en scène traduira les trois pièces. Deux petites heures. Place à l’action ! Non pas qu’il faille douter des paroles, mais cette production postule l’antériorité des actes sur les mots qui les explicitent. Après son fameux Cycle des rois en 1988, la troupe met la trilogie du grand Will à l’épreuve de l’urgence d’agir, de faire et de dire.

 

  • L’ENCLOS DE L’ÉLÉPHANT du Théâtre du Grand jour

Texte: Etienne Lepage

Mise en scène: Sylvain Bélanger

En reprise, l’incontournable ENCLOS DE L’ÉLÉPHANT d’Étienne Lepage du Grand jour, mise en scène de Sylvain Bélanger, créé en nos murs en 2011. Réunissant deux artistes aux exigences rigoureuses, deux penseurs de la responsabilité civique, ce spectacle place les rapports humains et mercantiles au cœur d’une arène, en un duel de manipulation et de violence sourde.

 

  • SE METTRE DANS L’EAU CHAUDE de l’ATSA (DANS LA RUE)

Équipe de création: Pierre Allard et Annie Roy

Cette année, notre présence dans la rue se fera avec une toute nouvelle création intitulée SE METTRE DANS L’EAU CHAUDE, un espace immersif adapté spécialement pour notre quartier, conçu par l’équipe de l’ATSA. Cette fois-ci, ils questionnent directement l’engagement, et les sacrifices qui viennent avec le désir d’action pour un monde meilleur. On a pu voir leur travail de terrain remarquable, avec l’inoubliable État d’urgence, ce camp de réfugiés pour itinérants au centre-ville. Leur engagement et la qualité de leur art, en plus de l’originalité de leur vocabulaire artistique nous font penser que nous sommes privilégiés d’accueillir ce groupe reconnu pour leur première participation dans un théâtre.

 

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *