Nouvelles

Comme une épine dans l’oeil – La plainte de l’impératrice de Pina Bausch | Dominique Freytard

Paru récemment, aux éditions L’Arche, Comme une épine dans l’oeil – La plainte de l’impératrice, de Pina Bausch, sous la direction de Dominique Freytard.

À propos:

En novembre 1987, quand débute le tournage de La Plainte de l’impératrice, Pina Bausch est à l’apogée de sa gloire. Elle a porté la révolution dans le spectacle vivant, cassant tous les codes, inventant tout au fur et à mesure, pièce après pièce. Filmer, c’est pouvoir sortir de scène, du théâtre, c’est avoir accès à l’espace extérieur, à la nature. Il y a là le désir d’un appel d’air. Comment la chorégraphe et sa troupe de Wuppertal ont-ils trouvé le chemin qui conduit de la scène à la caméra ? Pourquoi ce film sera-t-il la seule réalisation cinématographique de Pina Bausch ? C’est ce que raconte cet ouvrage. 

Federico Fellini, Pedro Almodóvar, Heiner Müller, Pippo Delbono, Bob Wilson mais aussi Susan Sontag, François Weyergans, Hervé Guibert et Peter Esterhazy, pour n’en citer que quelques-uns, se succèdent pour exprimer un désir compulsif, pour s’approprier le pouvoir et la force de la réalisatrice. 

Il y a, dans l’œuvre de Pina Bausch, un avant et un après de La Plainte de l’impératrice. Le film reste une énigme et fixe un point de rupture dans l’œuvre théâtrale, qui l’oblige à se transformer. Aujourd’hui Pina Bausch a disparu. La Plainte de l’impératrice, œuvre maudite et culte, au titre prémonitoire, ne se rend toujours pas. Comme un roc solitaire. 

Dominique Frétard, journaliste au service culturel du journal Le Monde de 1989 à 2009, auteur d’ouvrages sur la danse et les arts plastiques, a eu l’occasion de rencontrer de nombreuses fois Pina Bausch et d’assister à son processus de création avec ses danseurs à Wuppertal et dans différentes villes européennes.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *