Nouvelles

Danse, art et modernité – Au mépris des usages | Roland Escua

Paru récemment: Danse, art et modernité – Au mépris des usages, de Roland Escua, aux Presses universitaires de France. 

Arrière de couverture:

«Les chiens se poursuivent, sautent au nez des chevaux; et je ne sais rien qui donne l’idée du jeu le plus heureusement libre que les ébats des marsouins qui se voient au large, émerger, plonger, vaincre un navire à la course. Est-ce déjà de la danse?» Formulée en 1936, cette interrogation de Paul Valéry sur la danse interpelle les propos sur la modernité de cet art de la Belle époque à nos jours. 

Dès lors, anathèmes et glorifications entrent en scène et animent les débats. Oeuvres, non-oeuvres, danse, non-danse, etc: bien vite le monde des arts accroît son vocabulaire jusqu’à intégrer à ses définitions des dé-définitions. S’incarnant en de multiples figures, ces formulations disparates et parfois paradoxales tentent de saisir et d’interpréter les nombreuses métamorphoses qui, au mépris des usages, touchent l’univers des oeuvres et, d’un même geste, l’ordre du (bon) goût. Invitant histoire culturelle, histoire des arts et esthétique, c’est ce monde fascinant que ce livre propose d’explorer en scrutant une époque allant des avant-gardes artistiques à la «crise de l’art».

À propos de l’auteur:

Roland Huesca est professeur au département des Arts de l’Université Paul Verlaine de Metz. Aujourd’hui, ses travaux portent sur le spectacle vivant, l’architecture et la ville. Membre du Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales, il a aussi publié Triomphes et scandales, la belle époque des Ballets Russes, Paris, Hermann (coll. Savoir sur l’art), 2001.

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *