Nouvelles

RIDEAU demande au gouvernement de donner aux diffuseurs les moyens de livrer les services aux Québécois

Au lendemain de la présentation du budget du Québec et à la veille du dépôt des crédits budgétaires, RIDEAU, le Réseau indépendant des diffuseurs d’événements artistiques unis, demande au gouvernement de donner aux diffuseurs de spectacles les moyens de livrer les services aux Québécois, tel que l’indique la Politique de diffusion des arts de la scène du Québec. 

Selon la Politique de diffusion des arts de la scène adoptée par Québec en 1996 et endossée par RIDEAU, les diffuseurs de spectacles ont le mandat de fournir aux citoyens du Québec – qu’ils vivent en région urbaine ou rurale, près d’un grand centre ou éloignés de ceux-ci – un accès à des spectacles diversifiés et de qualité. Ce mandat signifie aussi que par l’intermédiaire des organismes de diffusion, les artistes de toutes les disciplines des arts de la scène aient accès à leur public.

Une rencontre a été demandée au nouveau ministre de la Culture et des Communications peu de temps après sa nomination par le président de RIDEAU, Jean-Pierre Leduc, afin d’aborder les problématiques liées à la diffusion pluridisciplinaire au Québec et d’échanger sur les solutions que propose RIDEAU.

« En dix ans, l’industrie du spectacle et les habitudes de consommation se sont énormément transformées, entrainant des effets sur tout ce secteur d’activité économique. Tous les domaines des arts de la scène sont touchés, qu’il s’agisse de la création, de la production, de la diffusion ou du développement de public. Si l’on prend le seul exemple de la chanson, il est clair qu’en raison de la chute des ventes de disques le spectacle et la tournée deviennent essentiels à la survie des artistes. On connaît également les revendications du milieu de la danse quant à la nécessité d’une plus grande circulation des spectacles sur le territoire et c’est sans parler du spectacle pour jeune public qui tarde à rejoindre sa cible dans bien des régions. Pendant que les artistes qui œuvrent dans les différentes disciplines artistiques ont de plus en plus besoin des scènes du Québec, les organismes de diffusion responsables des programmations en salle voient leur marge de manœuvre financière réduire comme peau de chagrin » indique le président de RIDEAU.

Le sous-financement de la diffusion des arts de la scène est tristement historique au Québec et les attentes sont grandes quant au dépôt des crédits budgétaires du 6 décembre prochain. Le gouvernement se doit d’assurer une cohérence entre le financement de la diffusion, les principes fondamentaux de la Politique de diffusion des arts de la scène et les programmes qui en découlent.

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *