Nouvelles

La saison 2013-2014 du Théâtre Périscope est dévoilée

Le Théâtre Périscope, à Québec, a dévoilé hier sa saison 2013-2014. Le directeur artistique, Frédéric Dubois, propose sept pièces menées par des créateurs de la Vieille Capitale, souvent en coproduction avec des compagnies de Montréal, Ottawa et du Nouveau-Brunswick, en plus d’accueillir en ses murs le Festival du Jamais Lu.

À l’affiche:

1. QUAND LA MER / D’Esther Beauchemin / Mise en scène Philippe Soldevilla

Quelque part sur Terre, un petit village de pêcheurs vit depuis toujours selon d’immuables traditions. Alors que tous accueillent la nouvelle année avec l’espoir de voir enfin arriver le progrès dans leur collectivité, une lente et inexorable transformation s’opère : un fils cadet s’oppose à son père, une épouse refuse de se couper les cheveux comme l’exige la coutume… Même la mer ne tient plus ses promesses.

Inspirée par les évènements reliés à la disparition progressive de la mer d’Aral, Quand la mer…  raconte le drame passé et à venir de plusieurs communautés de notre planète, confrontées à la transformation du monde qui les entoure.

Une production Théâtre Sortie de Secours, Théâtre de la Vieille 17 et Théâtre du Nouvel-Ontario.

 

2. BILLY (LES JOURS DE HURLEMENT) / De Fabien Cloutier / Mise en scène Sylvain Bélanger

Il fait froid ce matin. Moins vingt-sept au mercure. Pendant que ses parents boivent du café et mangent des beignes dans un restaurant, Billy, quatre ans, est laissé seul dans la voiture. La maman d’Alice voit la scène. C’en est trop, elle décide de dénoncer ces parents négligents. Le père de Billy, quant à lui, compte bien dire ses quatre vérités à l’éducatrice en garderie de son garçon. Ailleurs, une autre femme attend depuis des mois l’installation d’un babillard sur le mur de son bureau. Elle en a assez. Ce matin, il n’est plus question d’endurer les injustices. Ce matin, ça hurle de partout.

Avec Billy, Fabien Cloutier fait déferler la vague d’une colère construite de toutes pièces par les préjugés et la méconnaissance des autres. Avec une langue qui égratigne et qui grince, Billy déploie sur scène un chiâlage habile et libre, à la fois jouissif et contagieux, tout en mettant en lumière nos aveuglements volontaires.

 

3. VISAGE DE FEU / MARIUS VON MAYENBURG / JOEL BEDDOWS

Kurt et Olga, deux adolescents, sont frère et sœur. Ils vivent avec leurs parents, qui leur inspirent un intense dégoût. Olga se sent prisonnière de son enfance. Elle rêve d’une explosion, d’une éclosion qui la métamorphosera. Quant à Kurt, il refuse de devenir adulte.Afin de ne pas vieillir, il se ferme au monde des adultes et nourrit le feu qu’il sent en lui.Peu à peu, la tendresse entre Kurt et Olga se transforme en une intense relation tandis que de mystérieux feux ravagent la ville. La distance entre les enfants et les parents s’élargit. Et la révolte des adolescents, attisée par la passion, brûle tout sur son passage.

Écrite en une succession de courtes scènes coup de poing, Visage de feu décortique implacablement la chute d’une famille dysfonctionnelle vers un drame flamboyant. Dans cet intense huis clos, l’inaptitude et l’impuissance des parents n’a d’égal que la sensation d’urgence des enfants, qui justifie tous les excès.

 

4. FESTIVAL DU JAMAIS LU / Direction artistique Anne-Marie Olivier

Par leur écritures, les auteurs questionnent notre rapport à l’actualité, à l’ère du temps qui nous porte. C’est cette résonance sociale et cette pertinence artistique que le Jamais Lu vise à mettre en lumière. Par le biais de mises en lecture de textes inédits, nous vous invitions à prendre le pouls de notre époque et à entrer en dialogue avec la nouvelle génération d’auteurs de Québec.

Avec Anne-Marie Olivier et Marcelle Dubois à sa barre, cette troisième édition du Jamais Lu – Québec nous galvanisera autour de l’acte de la parole brute et essentielle. Entre le bar-coop l’AgitéE et le Périscope, les festivités seront tout autant décontractées que percutantes

 

5. VIANDE À CHIEN / D’Alexis Martin et Frédéric Dubois, d’après Un homme et son péché, de Claude-Henri Grignon / Mise en scène Frédéric Dubois

On connaît tous l’histoire du légendaire Séraphin Poudrier, l’incarnation de l’avarice, l’homme en proie à la fièvre de l’or qui l’a mené à sa propre perte et ainsi qu’à celle de son entourage. Bien qu’écrite en 1933, cette histoire sordide trouve un écho saisissant avec la société actuelle. Car c’est aussi l’histoire du Capital : cette invraisemblable course contre le temps, contre les êtres et contre la Nature, qui vise à chosifier le monde et en faire une quantité mesurable et échangeable.

Dans cette adaptation moderne de la figure de l’avare s’inspirant du roman de Claude-Henri Grignon, le TFT et le NTE tentent de jeter un peu de lumière sur cette étrange machine qui s’est emparée de nos vies, ce système sans système… Une réflexion sur le capitalisme en marche dans ce qu’il a de plus pur et meurtrier, mais aussi dans ce qu’il a de plus insidieux et séduisant

 

6. ELECTRONIC CITY / De Falk Richter / Mise en scène Jocelyn Pelletier 

Tom marche dans un couloir. Où est-il? Londres? Los Angeles? Montréal? Tokyo? Il ne se souvient de rien. Si seulement il avait ses dossiers, son portable. Il doit retrouver sa chambre et les coordonnées de son prochain vol. Il entend son téléphone sonner. C’est Joy, la femme qu’il aime. Elle est à l’autre bout du monde, en panique. Il voudrait répondre mais n’a pas le temps… Courant entre hôtels et aérogares, Tom et Joy tentent de se retrouver, de se croiser, au moins l’espace de quelques instants. Pour exister un peu dans cet océan de chiffres et de données, où l’humain est condamné à jouer sans relâche le rôle qu’on lui a distribué.

À travers un texte polyphonique haletant, Falk Richter, fort défenseur des droits humains et de la vie privée, dénonce l’aliénation de l’Homme par les lois d’un système économique mondialisé. Dans cet univers labyrinthique, l’humain et l’amour résistent encore. Pour l’instant.

 

7. ACT OF GOD / De Marie-Josée Bastien et Michel Nadeau

Un photographe de guerre vivant du malheur des autres. Une jeune femme recherchant la catastrophe, quitte à la provoquer. Une femme travaillant à Info-Suicide. Deux couples dont l’amitié éclate suite à une tragédie. Un vendeur d’assurances dont la vie est d’une linéarité absolue. Cinq histoires entremêlées, résonant les unes sur les autres. Cinq histoires traversées par un séisme intime, dont l’apaisement viendra d’une aide collective, même inconsciente. Car quand quelqu’un tombe, c’est tout ceux qui l’entourent qui le relèvent.

Act of God explore avec subtilité différentes facettes de la notion de catastrophe. Celle qui change le cours d’une vie, qui détruit tout sur son passage. Mais également celle qui ouvre un monde de possibilités en offrant l’occasion de repartir à zéro.

 

8. FAIRE L’AMOUR / D’Anne-Marie Olivier / Mise en scène Véronique Côté

Le sexe est intrinsèquement lié à la vie. Chaque être humain ne résulte-t-il pas d’un acte sexuel, désiré ou non? Mais quel est le parcours sexuel de chacun? Quelle empreinte sexuelle chacun de nous laisse-t-il sur la Terre? Au fil de confidences, des points de repère s’inscrivent sur une carte du monde : là, l’amour jusqu’au bouleversement, jusqu’aux larmes; ici, une séance de sexe rocambolesque au dénouement surprenant; ailleurs, le sexe qui fait mal, qu’on endure les poings fermés. Partout, des épisodes de lumière et de terreur. Hier, aujourd’hui et demain, le sexe à son pire et son meilleur.

Pièce de théâtre documentaire basée sur des histoires véridiques, Faire l’amour parle de la force irrépressible du désir, des amours ratées, de la lumière qui jaillit de la rencontre d’âmes sœurs, de vies cristallisées dans la frustration. Un terrain de jeu exceptionnel, pour mourir de rire, se crisper de douleur et faire éclater la poésie.

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *