Nouvelles

Le Théâtre de Thomas Ostermeier, de Jitka Pelechova, vient de paraître

À une époque où l’on peut considérer le théâtre dit réaliste et dramatique obsolète voire tabou, la revendication de Thomas Ostermeier d’un «réalisme nouveau» soulève des réactions passionnées, autant en Allemagne qu’en France. Pour le metteur en scène, il ne s’agit pourtant pas d’un réalisme conforme à celui du XIXe siècle, qui voulait représenter une «tranche de vie», photographier la réalité, mais plutôt d’un réalisme au sens brechtien du terme, une interrogation des comportements sociaux qu’il faut représenter avec une artificialité propre à l’art.

Ostermeier parle ainsi d’un «réalisme sociologique», lequel se fixerait pour objectif d’analyser «la réalité qui nous entoure, c’est-à-dire la réalité du comportement humain, même et surtout dans son caractère contradictoire, et de trouver des formes qui expriment cela sur le plateau». C’est cette quête que le présent ouvrage se propose de reconstituer, à travers le parcours professionnel de Thomas Ostermeier et ses choix esthétiques ainsi que ceux de ses principaux collaborateurs, en s’appuyant sur l’analyse de la quasi-totalité des spectacles de ce metteur en scène, personnalité artistique majeure de la scène européenne contemporaine.

Études théâtrales, n. 58/2013, Le Théâtre de Thomas Ostermeier, par Jitka Pelechova, préface de Georges Banu.

Sommaire

Préface, p. 7
Biographie de Jitka Pelechová, p. 11 Introduction, p. 15

Première partie

Le parcours professionnel de Thomas Ostermeier

Chapitre I. Le paysage théâtral berlinois depuis les années 1990, p. 25
Les bouleversements provoqués par la chute du Mur et la réunification, p. 26

Les institutions berlinoises majeures, p. 34 La question des générations, p. 40

Chapitre II. La formation et les débuts, p. 47 L’École Ernst-Busch, une institution mythique, p. 50 La Baracke du Deutsches Theater, p. 66

Chapitre III. La Schaubühne, p. 75
L’organigramme, le financement et le public de la Schaubühne depuis 1999, p. 78
L’héritage de Peter Stein, p. 81
Une codirection : un départ enthousiaste, une fin malheureuse, p. 86 Une cogestion, p. 89
L’identité artistique de la Schaubühne sous la direction de Thomas Ostermeier, p. 93
Présence à l’étranger : festivals et institutions, p. 95

Deuxième partie

Les choix esthétiques du théâtre de Thomas Ostermeier

Chapitre I. Le répertoire, p. 109
Le répertoire général de la Schaubühne, p. 110 Le répertoire de Thomas Ostermeier, p. 113

Chapitre II. L’auteur, le texte et la dramaturgie, p. 131 L’auteur et le texte, p. 132
Un dramaturge, Marius von Mayenburg, p. 138
Le principe de l’actualisation : le cas Ibsen, p. 151

Chapitre III. La scénographie, p. 167
Jan Pappelbaum, un scénographe-architecte, p. 170
La scénographie comme élément déterminant de l’esthétique générale, p. 176

Chapitre IV. Le jeu et la mise en scène, p. 199 La direction d’acteurs, p. 200
Les répétitions, p. 211
Quelques principes de mise en scène, p. 217 Shakespeare et Ibsen : deux cycles parallèles, p. 232

Conclusion, p. 259 Bibliographie sélective, p. 267

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *