Nouvelles

Les lauréats des Prix de la fondation du CEAD sont…

La Fondation du Centre des auteurs dramatiques (CEAD) vient de dévoiler les lauréats 2014.

Prix Michel-Tremblay pour le meilleur texte dramatique

Le prix Michel-Tremblay a été remis à François Archambault pour son texte Tu te souviendras de moi.

« Drôle, touchant et intelligent, ce texte évite habilement de tomber dans les pièges de la thématique abordée. Les personnages se révèlent dans un réalisme juste, incisif et sans apitoiement. La structure du texte en est une de sens, charpentée de manière à rendre compte de l’emboîtement du drame de l’intime des personnages dans le vivre ensemble de notre société », commente l’auteur Daniel Danis, président du jury du prix Michel-Tremblay.

Le jury était également composé de Geneviève Billette (auteure), de Reynald Robinson (auteur, comédien et metteur en scène), de Monique Spaziani (comédienne) et de Benoît Vermeulen (metteur en scène, comédien et cofondateur et codirecteur artistique du Théâtre Le Clou).

Tu te souviendras de moi a été produit par le Théâtre de la Manufacture et a été présenté à La Licorne en janvier 2014. Le texte a été publié chez Leméac Éditeur.

Créé dans le but de reconnaître l’effervescence et la grande qualité de l’écriture dramatique, le prix Michel-Tremblay récompense le meilleur texte porté à la scène durant la saison précédente. Le lauréat reçoit une bourse de 20 000 $, dont 10 000 $ sont versés par le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) et 10 000 $ sont versés par la Fondation du CEAD grâce à l’appui de Pixcom. Monsieur Michel Tremblay contribue financièrement à la réalisation de ce prix.

Les finalistes étaient François Archambault (Tu te souviendras de moi), Marc-Antoine Cyr (Fratrie), Guillaume Lagarde (Les champs pétrolifères), Suzanne Lebeau (Gretel et Hansel) et Julie Vincent (Soledad au hasard).

Prix Louise-LaHaye pour l’écriture dramatique jeune public

Le prix Louise-LaHaye a été remis à Jean-François Guilbault et à Andréanne Joubert pour leur texte Noyade(S).

« Noyade(S) frappe par la netteté de son écriture et par une exceptionnelle justesse de ton portée par une langue qui transpose avec acuité le langage des adolescents. À partir de l’idée de s’inventer une vie nouvelle sur Internet, les auteurs déploient une fable solidement construite, aux retournements de situations aussi habiles que significatifs pour montrer la puissance – bénéfique comme destructrice – des réseaux sociaux », explique la présidente du jury du prix Louise-LaHaye, Hélène Ducharme, auteure, metteure en scène et directrice artistique et générale du Théâtre Motus.

Le jury était également composé de Simon Boudreault (auteur, metteur en scène et directeur artistique de Simoniaques Théâtre) et de Marie-Ève Milot (auteure, comédienne et codirectrice du Théâtre de l’Affamée).

Produit par Samsara Théâtre, la pièce Noyade(S) a été reçue en résidence de création à la Maison Théâtre en 2013 et a, entre autres, été présentée pendant le Festival Rencontre Théâtre Ados en 2014.

Le prix Louise-LaHaye souligne l’excellence d’un texte jeune public porté à la scène durant la saison précédente. Le lauréat du prix remporte une bourse de 10 000 $ ainsi que le titre d’auteur associé à la Maison Théâtre pour une année. Ce prix bénéficie du soutien financier d’Hydro-Québec et de monsieur Lucien Abenhaim, veuf de Louise LaHaye.

Les finalistes étaient Jean-François Guilbault et Andréanne Joubert (Noyade(S)) et Suzanne Lebeau (Gretel et Hansel).

Prix Gratien-Gelinas pour la relève en écriture dramatique

Le prix Gratien-Gélinas a été remis à Jonathan Bernier pour son texte Danserault. Le jury a aussi tenu à souligner la qualité d’écriture en décernant deux mentions spéciales aux textes Nino de Rébecca Déraspe et 80 000 âmes vers Albany de Benjamin Pradet.

« Danserault de Jonathan Bernier est porté par une langue singulière, patiente, large, d’une impressionnante capacité d’évocation. Pour raconter les jeux de pouvoir à l’intérieur d’une famille et le destin d’une petite ville, il a su créer un quatuor de personnages, dont les interrelations sont aussi complexes que nuancées, pour tisser une fiction d’une étonnante et mystérieuse ampleur », souligne l’auteure Isabelle Hubert, présidente du jury du prix Gratien-Gélinas.

Le jury était également composé de Violette Chauveau (comédienne) et d’Étienne Lepage (auteur).

Le prix Gratien-Gélinas est le plus important prix canadien décerné aux auteurs dramatiques francophones de la relève, et ce, grâce au soutien de Québecor et du Cirque du Soleil. Il est constitué de la Bourse Françoise-Berd d’un montant de 10 000 $, destinée à l’auteur, ainsi que d’un montant de 15 000 $, remis à la compagnie théâtrale qui portera le texte à la scène. De plus, l’auteur reçoit une bourse de 2 000 $ offerte par Ici Radio-Canada Première. Enfin, le CEAD a produit une lecture publique du texte lors de son événement Dramaturgies en Dialogue. Une bourse de 1 000 $ est également remise aux auteurs qui reçoivent une mention.

Communiqué de presse // CEAD 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *