Nouvelles

Printemps autochtone d’Art DEUX à la Maison de la Culture Frontenac

30 ans d’accomplissement ! Voici ce que célèbre Ondinnok avec son Printemps autochtone d’Art DEUX présenté du 28 avril au 6 juin 2015 à la Maison de la Culture Frontenac.

Tout entière consacrée aux femmes des Premières Nations, cette seconde édition invite le public à une rencontre avec les artistes, artisanes, commissaire, interprètes, scénographe, chorégraphe, poètes qui participent aux diverses manifestations artistiques de ce multiévénement. Suite au succès du Printemps autochtone d’Art de 2013, Ondinnok renouvelle ce dialogue amorcé avec l’art autochtone contemporain et invite le grand public à découvrir ces artistes audacieux et créatifs.

« Le travail visionnaire d’Ondinnok, traduit bien l’importance de l’Art pour la survie des cultures amérindiennes et inuites du Québec. Désormais, nous faisons partie non seulement de l’histoire du théâtre, mais aussi de celle des destinées des Premiers Peuples. »  Yves Sioui Durand

OUBLIÉES OU DISPARUES : AKONESSEN, ZITYA, TINA, MARIE ET LES AUTRES

28 avril au 6 juin | Entrée libre. L’enquête est ouverte sur la destinée parfois tragique des femmes autochtones à travers le temps. La commissaire Sylvie Paré propose dans cette exposition une autopsie archéologique par l’art. Sept artistes, sept femmes sont invitées à créer des oeuvres  pour des femmes autochtones oubliées ou disparues. Le temps et la relation intime entre celles à qui on rend hommage et la collecte des matériaux confèrent un pouvoir à l’objet ainsi créé. Il devient habité d’un esprit… comme si ces femmes n’avaient pas cessé d’exister. Rencontre avec la commissaire les samedis 16 et 30 mai, à 14 h, plus de détails suivront.

UN MONDE QUI S’ACHÈVE-LOLA

30 avril, 20 h | 1 mai, 13 h et 20 h | 2 mai, 14 h et 20 h | Gratuit | Laissez-passer disponible dès le 16 avril. Elle s’appelait Lola Kiepja. Elle était la dernière survivante des Selk’nams, peuple autochtone de la Terre de Feu. Son monde était promis à l’oubli. Une femme, Anne Chapman, s’y intéressa. Un lien puissant de transmission unit le destin de ces deux femmes ; l’anthropologue américaine devint alors porteuse de cette culture. 50 ans plus tard, onze danseurs et acteurs de partout à travers l’Amérique donneront vie à l’imaginaire mythologique de ces ancêtres de l’extrême Sud dans une mise en scène d’Yves Sioui Durand et une mise en mouvement de la chorégraphe mexicaine Leticia Vera.

Rencontre avec les créateurs d’Un monde qui s’achève – Lola | 5 mai 19h30 | Entrée libre. Yves Sioui Durand et Catherine Joncas vous convient à découvrir la véritable histoire derrière la création. Accompagnés de musique et d’archives visuelles, ils raconteront les dix ans de travail et de recherche, le processus de création et l’essence de leurs intentions entourant cette œuvre.

RUSE OU TRAITÉ ?

6 mai à 19 h 30 | Gratuit | Laissez-passer disponible dès le 22 avril. Le dernier long métrage documentaire de la réputée cinéaste Alanis Obomsawin suit le parcours de chefs autochtones en quête de justice, cherchant à établir un dialogue avec le gouvernement canadien. Une discussion avec la réalisatrice suivra la projection. Visionnez la bande-annonce.

SOIRÉE RHIZOME

7 mai 19 h 30 | Gratuit | Laissez-passer disponible dès le 23 avril. Cette soirée présente l’aboutissement du projet de médiation culturelle tenu depuis septembre 2014 entre Ondinnok et dix femmes de La Marie Debout. Ici, il est question de toucher à la part autochtone présente en chacune de nous, tel un rhizome enfoui et invisible à la surface. Une série d’ateliers avec  trois femmes artistes autochtones a mené les participantes  à la rencontre de soi et de cette autre, cette femme amérindienne, avec qui les liens du passé ont déjà été très forts.

CABARET : 30 ANS D’ACCOMPLISSEMENT

9 mai 20 h | 25 $ ou 2 billets pour 40 $ | Réservation sur Eventbrite ou en composant le 514 224-2616. Le temps est venu de célébrer ! Sous la direction musicale de Normand Guilbeault, ce cabaret théâtral réunira des artistes, des acteurs, des danseurs, des conteurs, et surtout, des amis d’Ondinnok dans une ambiance de fête. Une soirée qui rendra hommage au parcours théâtral de la compagnie. Une façon ludique de montrer la portée nationale et internationale du théâtre de création d’Ondinnok.

Les Innus connaissaient deux printemps. Le premier, on se rassemblait à l’intérieur des terres, joyeux d’avoir traversé l’hiver. Le deuxième, les rivières étant libérées des glaces, on s’élançait dans les canots vers la mer et l’abondance. Après trois décennies, un cycle se complète pour Ondinnok. Une ère nouvelle s’annonce, comme un second printemps chargé de force et de vitalité avec tous ces gens qui ont forgé le passé et ceux qui assurent l’avenir de la compagnie et du théâtre amérindien.

Réservation Maison de la culture Frontenac (2550, rue Ontario Est, Montréal) | 514 872-7882. Activités gratuites, à l’exception du cabaret.

Communiqué de presse | Ondinnok

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *