Nouvelles

La saison 2015-2016 du Théâtre du Nouveau Monde

La saison 2015-2016 du Théâtre du Nouveau Monde est « plus grande que nature ». Jeux d’échelle sur la trace de géants qui poursuivent lamême quête : celle de vous émouvoir et de vous éblouir.

Moby Dick

Dans cette poursuite acharnée d’une terrifiante baleine blanche, adaptée au théâtre par Bryan Perro et Dominic Champagne qui signe également la mise en scène, se joue le combat titanesque entre les forces de la nature et les obsessions humaines. Normand D’Amour sera le capitaine Achab, à la tête d’une impressionnante troupe de comédiens, d’acrobates et de musiciens qui vous emporteront sur toutes les mers du monde à bord d’un voilier maudit !

La Divine illusion

Nouvelle création de Michel Marc Bouchard inspirée de la visite de la divine Sarah Bernhardt à Québec en décembre 1905. Un bouleversant portrait de société mis en scène par Serge Denoncourt où la classe ouvrière naissante est déjà séduite par le capitalisme qui l’écrase, où l’Église est à la fois lieu d’oppression et d’espoir. Et pour incarner celle par qui le théâtre et le scandale arrivent : la magnifique Anne-Marie Cadieux.

Pelléas et Mélisande

Fasciné par les sentiments extrêmes, l’audacieux metteur en scène Christian Lapointe a choisi, pour faire son entrée dans notre théâtre, cette envoûtante histoire d’amour écrite par Maurice Maeterlinck. Dans cet absolu chef-d’œuvre du théâtre symboliste, énigmatique comme un rêve, Sophie Desmarais et Éric Robidoux deviendront sous nos yeux les amants d’Allemonde.

En attendant Godot

Le cinéaste et homme de scène François Girard revient au TNM pour nous offrir sa vision de cette pièce fondatrice du théâtre contemporain. Alexis Martin et Benoît Brière, dont l’art peut unir le comique le plus fou au désespoir le plus noir, chaussent les bottes de Vladimir et Estragon pour trouver le fruit défendu du désir sous les branches d’un arbre abandonné. Ils trouveront sur leur chemin des acteurs à leur mesure : Pierre Lebeau et Emmanuel Schwartz.

887

L’œuvre scénique de Robert Lepage est rythmée par ses spectacles solos où il approfondit, à travers l’invention de formes théâtrales, son rapport entre l’intime et le monde. Cette fois-ci, dans un environnement qui côtoie l’infiniment grand et l’infiniment petit, il nous entraîne dans la mémoire, là où la sienne touche à la nôtre. Tout en se penchant avec tendresse et humour sur le 887 de l’avenue Murray de son enfance, c’est de la mémoire de tout un peuple dont il est question.

Les Trois mousquetaires

Duels ! Baisers ! Chevauchées ! Enlèvements ! Intrigues ! Coups d’éclat, coups d’épée et coups de théâtre.Serge Denoncourt, qui l’an dernier avait orchestré un fabuleux Cyrano de Bergerac, mène cette fois-ci tambour battant la plus célèbre histoire de cape et d’épée. Avec, en mousquetaires, Éric Bruneau, Guillaume Cyr et Benoît McGinnis, ainsi que Philippe Thibault-Denis en d’Artagnan, les sbires du Cardinal n’ont qu’à bien se tenir !

Communiqué de presse | TNM

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *