Nouvelles

La programmation du festival Grand Cru est dévoilée

Du 8 septembre au 3 octobre 2015, au Théâtre La Chapelle, scènes contemporaines, le festival Grand Cru présente un concentré de propositions artistiques sans compromis. Découvrez en rafale sept œuvres issues de la nouvelle vague de créateurs sur la scène montréalaise ! Hétéroclite et séduisante, la programmation du festival Grand Cru 2015 est à la fois un pied de nez à la conformité et une invitation à plonger dans un univers décadent. Dites oui aux grandioses idées crues.

8 AU 12 SEPTEMBRE À 20 H :

La Putain de Babylone

Cirque et théâtre performatif | première mondiale / Andréane Leclerc |Nadère arts vivants| Montréal

La Putain de Babylone est une réinterprétation de la Genèse et du Livre de la révélation, qui présente une relation dépravée entre une Putain et son Dieu. Renversant les notions du Paradis et de l’Enfer, cette démarche vise la dépolarisation et l’acceptation du plaisir comme partie intégrante de l’humanité. À partir de corps de cirque, toutes les disciplines ont été enlevées pour ne garder qu’un mouvement qui évolue sur la musique tordue et angélique composée par Martyn Jacques et les Tiger Lillies.

Andréane Leclerc a gradué de l’École nationale de cirque de Montréal en 2001. Elle crée aujourd’hui des pièces expérimentales circassiennes, ainsi que des performances conceptuelles – Di(x)parue, Cherepaka, Insuccube, Bath House, Mange-moi, Corps sculptural, La Putain de Babylone. En 2013, elle termine une maîtrise sur la dramaturgie de la prouesse au département de théâtre de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) sous la direction de Marie-Christine Lesage.

15, 16 et 17 SEPTEMBRE À 20 H – Programme double : 

Mange-moi

Danse contemporaine, contorsion /Andréane Leclerc |Nadère arts vivants| Montréal

Mange-moi résulte du regard d’une femme contorsionniste sur la contorsion. La pièce met à nu le corps de cette femme, rendant l’artiste et le spectateur qui la regarde pleinement conscients de sa fragilité, de sa sexualité et de sa féminité. Processus d’empowerment par l’objectivation du corps, Mange-moi crée une distance protectrice entre l’âme et le corps en interrogeant la nudité sous divers angles.

The Principle of Pleasure

Danse contemporaine, voguing, stripping / Gérard Reyes | Montréal et Berlin

The Principle of Pleasure est un solo de danse inspiré de CitiBar, la boîte de nuit montréalaise qui attirait comme clientèle des femmes transgenres et leurs admirateurs. Le solo puise dans les codes de conduite et les façons d’être propres à ce bar, afin d’imaginer différemment le rapport entre le public et l’interprète dans une salle de spectacle. Cette pièce explore les possibilités extatiques et exutoires provoquées par l’écroulement des conventions qui structurent les interactions humaines.

Gérard Reyes est un chorégraphe, interprète et professeur de danse qui évolue entre Montréal et Berlin. Il a travaillé pour des chorégraphes de renom tels que Benoît Lachambre, Marie Chouinard, Noémie Lafrance et Bill T. Jones. Une version courte de son solo The Principle of Pleasure a été présentée au Rhubarb Festival de Toronto en février 2014, ainsi qu’à New York et à Porto la même année.

20, 21 et 22 SEPTEMBRE À 20 H :

Or Cirque

Cirque et performance multidisciplinaire / Alma Buholzer et Thomas Saulgrain, Circus Foetus | Montréal et Bruxelles

Dans Or Cirque, les images collectives du cirque traditionnel (clown, garçon de piste, trapéziste) sont étirées et tordues, devenant objets parmi les objets. Or cirque est un rituel de passage. Quelque chose du début et de la fin. C’est une pièce objet/sujet, une entité à part entière sur laquelle nous avons finalement peu de contrôle. La bande sonore oscille entre une reprise de Nico, la “no input mixing table” de Toshimaru Nakamura, le hit “Drunk in Love” de Beyoncé et Le condamné à Mort de Jean Genet chanté par Étienne Daho et Jeanne Moreau.

Or Cirque est la première création de la compagnie Circus Foetus. Thomas Saulgrain (français) et Alma Buholzer (canadienne) se sont rencontrés lors de leur formation à l’École nationale de cirque de Montréal en 2010. À la base intéressée par le cirque, la compagnie s’est montrée ouverte à une gamme d’influences, de la pop américaine au butô japonais, en passant par le cirque traditionnel. Aujourd’hui, la compagnie est basée à Bruxelles, où ses deux artistes fondateurs continuent de faire de la recherche et des rencontres.

25 et 26 SEPTEMBRE À 20 H :

Radical-K-O

Théâtre multidisciplinaire / Jocelyn Pelletier | Sushi [poisse/son/mort]| Montréal et Québec

Sur scène, un ring de boxe. Utiliser l’univers de ce sport de combat, avec ses différents codes, tel un canular. Le spectateur est plongé dans un espace fantasmagorique qui révèle et interroge l’appel à la violence et aux extrêmes. En direct : vidéo, musique, performance et danse se déploient et se répondent pour créer un continuum de tableaux vivants plus intenses les uns que les autres. À travers un puissant langage performatif, Radical K-O propose une esthétique de l’extrême. En détournant les codes de la boxe pour en faire des moteurs dramatiques signifiants, Jocelyn Pelletier crée une œuvre viscérale et intransigeante dont personne ne sortira indemne.

Depuis sa sortie du Conservatoire d’art dramatique de Québec en 2005, Jocelyn Pelletier a participé à de nombreux projets, notamment à plusieurs productions du Théâtre Péril; Anky ou la fuite / Opéra du désordre, Vu d’ici, Limbes. Il a fondé SUSHI (POISSE/SON/MORT), compagnie avec laquelle il a entre autres mis en scène son texte La mélodie entre la vie et la mort à Premier Acte. En 2015, il présentait Disparaître Ici à La Chapelle, une co-création avec Édith Patenaude, et revient en force quelques mois plus tard avec son nouvel opus !

28 et 29 SEPTEMBRE À 20 H :

Unrelated

Danse contemporaine / Daina Ashbee | Montréal

Unrelated est une chorégraphie traitant de la lutte des femmes autochtones. Cette œuvre sombre met en lumière la cruauté et la vulnérabilité auxquelles ces femmes doivent faire face au Canada, tout en explorant le moi, la destruction culturelle et la violence. Unrelated est empreinte d’un fort sentiment de vacuité qui éclate avec violence, suggérant la perte de la culture, de l’identité et de la communauté. L’œuvre est à la fois une étude du subconscient corporel, de la déconstruction et de la transformation de sa propre image. En résulte une création délibérément dérangeante et sensuelle.

Daina Ashbee est une artiste, interprète et chorégraphe née en Colombie-Britannique d’origine hollandaise et autochtone, descendante du peuple Cris et Métis. Son travail est fortement influencé par sa culture autochtone et ses expériences en tant que jeune femme. Elle combine à la fois des éléments contemporains et traditionnels à travers sa danse. Elle a notamment créé des chorégraphies pour le Musée d’ethnographie de Genève (Suisse 2015), Le MAI (Montréal 2014), Talking Stick Festival (Vancouver 2010, 2012), Weesageechak Begins to Dance Festival (Toronto 2012) et InFrinGing Dance Festival (Nanaimo 2009).

1, 2 ET 3 OCTOBRE À 20 H :

Les Érotisseries

Cirque contemporain / Les productions Carmagnole| Montréal

Dans ce cirque charnel pluridisciplinaire, où chaque numéro est une oeuvre d’art, on aborde l’érotisme sans préjugé, sans retenue, sans censure et dans toutes ses essences, qu’elles soient lumineuses et jouissives, ou sombres et taboues. En intégrant les arts du cirque (contorsions, sangles, tissus aériens, pole dance, corde lisse, etc.) à une mise en scène qui cherche à déconstruire les tabous et briser les attentes, les Érotisseries offrent au public une expérience dans laquelle l’intimité et le talent de chaque artiste sont sublimés. Le public est inévitablement invité à se questionner sur son propre rapport à la sexualité et à transformer sa vision de l’érotisme.

La nudité intégrale étant possible, Les Érotisseries sont habituellement présentées devant un public adulte (18+).

Les Productions Carmagnole sont nées en 2001 d’un besoin d’émancipation et de rassemblement d’artistes de cirque et pluridisciplinaires. La bande de révolutionnaires luron.e.s s’investit dans l’organisation annuelle du Carnaval Carmagnole, mais aussi des Érotisseries (cirque charnel), d’une Kermesse, de Cabarets, de fêtes de parcs et autres événements débridés et rassembleurs. Engagé.e.s, ils et elles encouragent la création libre et l’implication sociale pour s’éclater et, éventuellement sauver le monde.

Communiqué de presse | Théâtre La Chapelle

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *