Nouvelles

Five Kings. L’histoire de notre chute | Olivier Kemeid

C’est un projet colossal. Olivier Kemeid a mis quatre ans à réaliser cette récriture du cycle des rois de Shakespeare (inspirée des deux tétralogies historiques de l’auteur anglais : Richard II, les deux Henri IV, Henri V, les trois Henri VI et Richard III). Il en résulte une fresque de cinq heures où les luttes fratricides et les jeux de pouvoir de l’Angleterre médiévale attaquent de front les dérives qui secouent actuellement la planète. Orson Welles avait déjà travaillé sur un Five Kings en 1939 et ne l’avait pas achevé. De ses notes de l’époque est née l’idée de cette aventure.

Olivier Kemeid se concentre ici sur les rapports familiaux. Son texte pertinent et allusif, qui conserve trente-quatre personnages des deux cent cinquante-six d’origine (il en a fondu certains, en a éliminé, en a inventé d’autres), ne quitte jamais l’échelle humaine. Proche de la mécanique et parfois de la rhétorique shakespeariennes, il les évoque dans une langue somptueuse, traversée par le métissage franco-britannique qui forge notre identité. Sa réflexion est politique, sociale, théâtrale, engagée dans la modernité, et elle en interroge le malaise d’une façon aiguë. Shakespeare revient en force en ce début de millénaire, et le dialogue qu’établit Olivier Kemeid avec son œuvre est passionnant de bout en bout.

Olivier Kemeid

Auteur, metteur en scène, directeur artistique de la compagnie Trois Tristes Tigres, ancien directeur artistique d’Espace Libre et membre du comité de rédaction de la revue Liberté, Olivier Kemeid a signé une quinzaine de pièces de théâtre, seul ou en collaboration, ainsi que quelques adaptations et « relectures », jouées à travers le monde. Il s’agit sans contredit d’une figure marquante de notre paysage théâtral. Five Kings. L’histoire de notre chute sera créée à l’Espace GO le 20 octobre 2015, dans une mise en scène de Frédéric Dubois, avant de se déplacer au Centre national des arts d’Ottawa puis en Belgique.

Communiqué de presse | Leméac

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *