Nouvelles

Hugo par Florence Naugrette et Tchekhov par Georges Banu

Viennent de paraître aux éditions Ides et Calendes: Le théâtre de Victor Hugo de Florence Naugrette et Le théâtre de Anton Tchekhov de Georges Banu.

Le théâtre de Victor Hugo | Florence Naugrette

Connu essentiellement pour ses romans et sa poésie, ou encore pour son engagement politique, Victor Hugo n’a cessé, tout au long de son existence, d’écrire des pièces et de se préoccuper de questions théâtrales. Florence Naugrette retrace ici ce parcours riche, des élans juvéniles aux œuvres de la maturité.

Nourri d’un long «compagnonnage» avec Hugo et des recherches les plus récentes, son ouvrage montre d’abord l’auteur de Ruy Blas au travail, très actif dans son milieu, à la recherche, déjà, de ce que l’on appellera plus tard le «théâtre national populaire». Dans une seconde partie, sans perdre de vue ce que le romantisme garde de la dramaturgie classique et emprunte au mélodrame, elle dégage l’esthétique propre, les thèmes et les enjeux d’une œuvre dramatique qui n’a cessé depuis d’inspirer les metteurs en scène. Remarquable introduction au théâtre de Victor Hugo, ce livre rectifie aussi certaines idées reçues. Il nuance par exemple la portée de la fameuse «bataille d’Hernani» ou montre que la Préface de Cromwell et la prétendue «chute» des Burgraves ne sont pas les bornes du théâtre romantique en France. Autour de Victor Hugo, ce sont des pans entiers de la vie théâtrale du XIXe siècle qui sont restitués.

Florence Naugrette est professeur à l’Université Paris-Sorbonne. Auteur des ouvrages Le Théâtre romantique (Seuil, 2001) et Le Plaisir du spectateur de théâtre (Bréal, 2002), elle a codirigé Le Théâtre français du XIXe siècle (avec Hélène Laplace-Claverie et Sylvain Ledda, L’Avant-scène théâtre, 2008). Elle prépare un ouvrage sur Juliette Drouet, à partir de l’édition en ligne qu’elle dirige des vingt-deux mille lettres écrites à Hugo par sa compagne.

Le théâtre de Anton Tchekhov | Georges Banu

Après avoir abordé les pièces de jeunesse de Tchekhov, Georges Banu entre dans l’intimité de la fameuse tétralogie, cet ensemble inégalé qui regroupe La Mouette, Les Trois sœurs, Oncle Vania et La Cerisaie. Au fil des pages se précise ainsi le véritable territoire dessiné par cet homme sensible: Tchekhov, écrivain-médecin, «témoin impartial» qui observe ses semblables sans les juger.

Mettant en relief les grands motifs qui traversent ses textes, faisant résonner leurs multiples échos, s’interrogeant sur les interprétations pro- posées par les metteurs en scène au fil des générations, ce livre touche au plus près à ce qui constitue la singularité de Tchekhov, «notre prochain» encore aujourd’hui. Il révèle des aspects jamais abordés: la mort de l’enfant, la beauté et le gel, le fantastique insinué… Entre parfum d’un monde qui s’efface et ouverture sur la modernité, Tchekhov reste sans doute un auteur de l’entre-deux, comme le qualifie Georges Banu qui propose ici une belle introduction amoureuse à cette œuvre majeure.

Georges Banu, universitaire et essayiste, a consacré ses ouvrages aux grandes aventures de la mise en scène, accordant une attention particulière aux spectacles tchékhoviens. Il est l’auteur de Notre théâtre, La Cerisaie (Actes Sud, 1999). Il a récemment publié Amour et désamour du théâtre (Actes Sud, 2013) ainsi que La porte, au cœur de l’intime (Arléa, 2015) et Le théâtre ou le défi de l’inaccompli (Les Solitaires Intempestifs, 2016). Il a reçu le Grand Prix de l’Académie Française en 2014.

Communiqué de presse | Éditions Ides et Calendes

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *