Nouvelles

10e édition du Festival TransAmériques : 25 spectacles pour changer le monde

Le FTA scintille, jubile, transporte, étonne, enflamme, fascine, dérange et éclate à Montréal du 26 mai au 8 juin 2016. En 14 jours, dans une quinzaine 
de lieux culturels, le plus important festival de création contemporaine consacré à la danse et au théâtre en Amérique du Nord présentera 25 spectacles d’ici et d’ailleurs, dont 12 coproductions, 10 premières mondiales et 10 premières nord-américaines.

Pour sa deuxième année à la barre du FTA, le directeur artistique Martin Faucher a rassemblé des artistes qui font métier de transformer la réalité, parfois en gestes de beauté, parfois en cris de protestation, toujours avec l’intention d’éclairer notre monde de manière différente et audacieuse.

Spectacle d’ouverture

Une île flottante/Das Weisse vom Ei | Christoph Marthaler, Bâle + Lausanne. 26 + 27 + 28 mai. 
Place des Arts/Théâtre Jean-Duceppe. Un vaudeville totalement décalé où le kitsch côtoie le sublime. Une rare occasion de découvrir un maître européen dont l’œuvre colossale détraque le théâtre pour le rapprocher de la vie.

Spectacle de clôture

Gala | Jérôme Bel, Paris. 7 + 8 juin.
 Monument-National/Salle Ludger-Duvernay. Ode à la spontanéité et à la différence, Gala célèbre une danse décomplexée, imparfaite et jubilatoire. Un tour de force, profondément radical et férocement divertissant.

Trois événements offerts gratuitement dans l’espace public

Hydra | Claudia Chan Tak, Montréal. 26 mai au 8 juin.
 Place des Arts/Espace culturel Georges-Émile-Lapalme/Salle d’exposition. L’artiste pluridisciplinaire Claudia Chan Tak dévoile les mystères du projet Pluton et de ses rencontres chorégraphiques intergénérationnelles dans une exposition conçue comme une expédition.

Corps secret/Corps public | Isabelle Van Grimde + Thom Gossage + Anick La Bissonnière, Montréal. 6 mai au 8 juin.
 Place des Arts/Espace culturel Georges-Émile-Lapalme. Installations architecturale, sonore et chorégraphique se conjuguent pour confronter notre usage de l’image et du temps. Un espace déstabilisant au cœur du quotidien.

2Fik court la chasse-galerie | 2Fik, Montréal. 28 + 29 + 30 mai
. Place des Festivals/Quartier des spectacles. Trois jours durant, 2Fik transforme la place des Festivals en un vaste studio de photographie à ciel ouvert et recompose la mythique Chasse-galerie avec sa galerie de personnages colorés. Kitsch, queer, trad.

Une coproduction internationale du FTA

Go Down, Moses | Romeo Castellucci, Cesena. 2 + 3 + 4 juin
. Théâtre Denise-Pelletier. Le maître Romeo Castellucci questionne Dieu par l’art. Il réinterprète le monde en nous offrant un précipité d’images inouïes qui nous catapultent d’un hyperréalisme contemporain à un onirisme millénaire. Profondément puissant.

Neuf autres coproductions du FTA

Pluton – acte 2 | Mélanie Demers + Catherine Gaudet + Frédérick Gravel + Katie Ward, Montréal. 28 + 29 + 30 mai. Agora de la danse. La 2e Porte à Gauche déboulonne les préjugés liés à l’âge en jumelant jeunes créateurs aguerris et figures emblématiques de la danse québécoise. Un pari fou.

Mille batailles | Louise Lecavalier, Montréal. 31 mai + 1 + 2 juin. 
Monument-National/Salle Ludger-Duvernay. La scène est un ring, un terrain de jeu, où se livrent mille batailles éphémères. Force intranquille, amazone des temps modernes, Louise Lecavalier fait corps avec Robert Abubo.

Siri | Maxime Carbonneau, Montréal. 1 + 2 + 3 juin. Théâtre Prospero. Voici Siri, l’assistante vocale personnelle intégrée dans tous les iPhone. Actrice de poche redoutablement intelligente, n’aurait-elle besoin que du théâtre pour s’incarner?

L’autre hiver | Normand Chaurette + Stéphanie Jasmin +
Denis Marleau + Dominique Pauwels, Gand + Mons + Montréal. 1 + 2 juin. 
Centre Pierre-Péladeau/Salle Pierre-Mercure. Verlaine, Rimbaud, un bateau fantomatique pris dans les glaces: un éblouissant opéra où la chair se conjugue aux fantasmagories technologiques. Un poème scénique où l’inouï devient possible.

Con grazia | Martin Messier + Anne Thériault, Montréal. 1 + 2 + 3 juin. Espace Libre. Martin Messier et Anne Thériault sont les détonateurs vivants d’un opus sous tension dédié à la démolition des objets. Une ode inquiétante à l’agonie du monde matériel.

Mercurial George | Dana Michel, Montréal. 2 + 3 + 4 + 5 juin. Théâtre La Chapelle. Voyage délirant dans l’univers décalé d’une performeuse inimitable. Bizarre, mais aussi franchement drôle. Dana Michel est un électron libre: son ciel est sans limites.

Logique du pire | Étienne Lepage + Frédérick Gravel, Montréal. 3 + 4 + 5 juin.
 Place des Arts / Cinquième Salle. Portraits de trentenaires nonchalants, délurés, plutôt désespérés. Des instants crus, des actions loufoques et des réflexions déroutantes exposés sans fard dans une langue baignée dans l’acide.

Fin de série | Manon Oligny, Montréal. 4 + 5 + 6 juin. 
Agora de la danse. Des filles en série luttent contre leur formatage et leur disparition annoncée. La résistance s’organise: les corps se cabrent, les filles standardisées deviennent des femmes sauvages.

J’aime HydroChristine Beaulieu, Montréal. 6 + 7 + 8 juin.
 Centre du Théâtre d’Aujourd’hui. J’aime Hydro lance une épineuse et passionnante discussion: qu’est devenue la relation entre Hydro-Québec et les Québécois? Sommes-nous toujours maîtres chez nous? Christine Beaulieu enquête.

Aussi en danse

The Black Piece | Ann Van den Broek, Anvers + La Haye. 27 + 28 mai. Usine C. Entre obscurité absolue et lumière crue, Ann Van den Broek orchestre un périple chorégraphique aux allures de film noir. Une aventure sensorielle extrême. Brillant.

Judson Church is Ringing in Harlem (Made-to-Measure) | Trajal Harrell, New York. 29 + 30 mai. Monument-National/Salle de répétition. Après (M)imosa et Antigone Sr. qui ont marqué durablement les esprits, Trajal Harrell clôt splendidement son cycle imaginant la rencontre poignante entre formalisme postmoderne et la flamboyance des voguers.

Jamais assez | Fabrice Lambert, Paris. 3 + 4 juin. 
Usine C. Fabrice Lambert combine raffinement chorégraphique et énergie explosive pour conjurer la peur dans une danse du feu magistrale. Des images spectaculaires. Une œuvre éblouissante.

So You Can Feel | Pieter Ampe, Gand. 5 + 6 + 7 + 8 juin. Théâtre Prospero. Le corps d’un homme offert au public. Sensuel, impudique et fantaisiste, le solo de Pieter Ampe touche au cœur. Ode au désir et à l’émancipation.

multiform(s) | Amanda Acorn, Toronto. 5 + 6 + 7 juin. Espace Libre. Cinq corps pulsent, se balancent et ondulent en hommage au peintre Mark Rothko. Une performance magnétique, une danse hypnotique. Viscéral et captivant.

Aussi en théâtre

Ce ne andiamo per non darvi altre preoccupazioni (Nous partons pour ne plus vous donner de soucis) | Daria Deflorian + Antonio Tagliarini, Rome. 27 + 28 + 29 mai. Théâtre ESPACE GO. Dans une adresse brûlante aux spectateurs, quatre comédiens mènent une enquête humaniste au cœur de la débâcle grecque. Une merveille théâtrale d’où jaillit l’éclat d’un refus.

Reality | Daria Deflorian + Antonio Tagliarini, Rome. 28 + 29 mai
. Théâtre ESPACE GO. 748 carnets: la matière d’une incroyable enquête sur la vie ordinaire. Une quête de vérité, sous les mêmes traits que le portrait d’une femme, poignant d’humanité.

The Ventriloquists Convention | Gisèle Vienne + Dennis Cooper + Puppentheater Halle, Halle + Strasbourg. 30 + 31 mai. Usine C. Qui participe à une réunion de ventriloques: le manipulateur ou la marionnette? Parfois drôle, souvent glaçant, ce spectacle dissonant sonde l’âme des vivants et des absents. Un choc.

Let’s Not Beat Each Other to Death | Stewart Legere + Christian Barry, Halifax. 30 + 31 mai + 1 juin.
 Théâtre ESPACE GO/Petite salle. Invitation à la compassion, commémoration poignante, salve poétique. Stewart Legere séduit, bouscule, expose sans manichéisme et sans fard la rage qui se loge en nous.

Nos serments | Julie Duclos, Paris. 31 mai + 1 + 2 juin. 
Centre du Théâtre d’Aujourd’hui. Variations cruelles et badines sur l’amour libre. Un théâtre aux accents cinématographiques qui jette une lumière sur les utopies du désir et les amours désordonnées.

Communiqué de presse | Festival TransAmériques

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *