Nouvelles

Le Prix Siminovitch en théâtre annonce les metteurs en scène finalistes pour 2016

Le Prix Siminovitch en théâtre a annoncé aujourd’hui la liste des finalistes à la prestigieuse récompense qui sera décernée, cette année, à un metteur en scène. Compte tenu de la qualité exceptionnelle des mises en nomination, le jury a décidé, à l’unanimité, d’augmenter à cinq, plutôt que quatre, le nombre de finalistes pour le Prix 2016, qui rend hommage pour une 16e année à l’excellence et l’innovation en théâtre canadien.

« Le jury a été ébloui par le parcours de ces cinq metteurs en scène finalistes », affirme Bob White, président du jury. « Ce sont tous des esprits visionnaires et hardis, qui forgent dès maintenant l’avenir du théâtre en créant des expériences exigeantes, novatrices et magiques. En tirant de l’idiome théâtral des usages inédits et singuliers, ils font du moment théâtral une célébration primordiale de notre humanité commune, et un creuset pour concevoir le monde que nous rêvons tous de créer. »

Jonathan Christenson

Jonathan Christenson

Jonathan Christenson

Par son travail avec le Catalyst Theatre, cet artiste établi à Edmonton a développé une esthétique hautement intégrée qui tisse la musique évocatrice et les textes poétiques avec des designs audacieux et un mouvement expressif. Que ce soit en explorant le monde d’Edgar Allan Poe avec Nevermore, le clan Donnelly de l’Ontario de Vigilante, ou avec chacune des 20 autres productions qu’il a créées, sa démarche consiste à donner forme aux rêves.

 

Ravi Jain

Ravi Jain

Ravi Jain

Le Torontois Ravi Jain veut « diriger un théâtre aux possibilités illimitées, nourri par l’imagination. » Ses productions nous invitent à réfléchir aux histoires que nous relayons, en nous demandant qui les raconte et comment elles sont présentées; par ses aspirations à un art qui soit à la fois poétique et politique, il contribue à changer la face du théâtre canadien.

 

Christian Lapointe

Christian Lapointe

Christian Lapointe

La démarche de Christian Lapointe, de Québec, embrasse aussi bien une relecture éminemment personnelle du chef-d’œuvre symboliste Pelléas et Mélisande au prestigieux Théâtre du Nouveau Monde, à Montréal, qu’un marathon théâtral de trois jours consacré à l’œuvre dramatique intégrale d’Antonin Artaud. Agitateur théâtral de première grandeur, il promeut un théâtre qui remue profondément le spectateur en créant des prestations qui l’interpellent crûment et sans détour, célébrant l’existence dans toute sa sombre beauté.

 

Ross Manson

Ross Manson

Ross Manson

Ross Manson, qui œuvre principalement à Toronto, se passionne pour la place du particulier dans la sphère politique et sociale. Visionnaire inlassable qui compte des collaborateurs dans le monde entier, il s’attache à donner à chacun de nous, comme il le dit lui-même, « une petite chance de mieux nous conduire et de rêver plus humainement ». Véritable pionnier du spectacle multidisciplinaire, il se signale par la rigueur de sa démarche, d’une grande subtilité morale et émotive.

 

Nadia Ross

Nadia Ross

Nadia Ross

Établie dans la localité rurale de Wakefied, au Québec, Nadia Ross a vu ses créations théâtrales singulières rayonner dans le monde entier. Créatrice farouchement indépendante, elle produit, avec sa compagnie STO Union, des œuvres remarquables par l’urgence qui s’en dégage. Pionnière du spectacle post-dramatique, elle nous incite, par ses créations, à « faire quelque chose d’unique, remettre le statu quo en question et transgresser les règles. Soyons cohérents et restons pertinents. »

Le Prix Siminovitch 2016 sera remis dans le cadre d’une cérémonie qui aura lieu le vendredi 28 octobre 2016 au Studio du Centre national des Arts, animée par Daniel MacIvor et Geneviève Leclerc.

Le Prix Siminovitch de 100 000 $ est le plus important prix de théâtre au Canada. Sur un cycle de trois ans, le prix récompense des metteurs en scène, des dramaturges et des scénographes professionnels. Le prix honore des artistes de théâtre exceptionnels et encourage les talents émergents en soulignant l’importance du mentorat. Les lauréats reçoivent 75 000 $ et choisissent un protégé qui reçoit 25 000 $.

Le jury 2016 est composé du président Bob White et de Micheline Chevrier, Linda Gaboriau, Mieko Ouchi et Sarah Garton Stanley.

« Au nom de ma famille et du conseil d’administration de la Fondation du Prix Siminovitch, je tiens à dire à quel point nous avons été émus par la qualité des finalistes de cette année », affirme Kathy Siminovitch, présidente du conseil d’administration. « Le Prix Siminovitch a été créé en l’honneur de mes parents, Lou et Elinore, en reconnaissance de leur passion et de leur engagement pour la recherche, les idées nouvelles et la quête de la vérité. Chacun des finalistes capte magnifiquement, par sa démarche créatrice, l’esprit et la vision qui président au Prix Siminovitch, ainsi qu’en témoigne l’expansion de notre liste cette année. »

La fête commence par une réception en l’honneur des finalistes tenue le lundi 17 octobre à la Hart House de l’Université de Toronto, animée par la chef d’antenne de CBC News Now Heather Hiscox en présence de l’invité spécial Atom Egoyan.

Cette année, le Prix Siminovitch amorce un nouveau partenariat avec le Centre national des Arts, qui agit comme catalyseur de la diffusion, de la création et de la transmission des savoirs partout au pays. Plus grand centre des arts de la scène multidisciplinaire bilingue au Canada, le CNA réunit sous un même toit plusieurs disciplines, dont le Théâtre français et le Théâtre anglais qui, en collaborant avec des artistes de partout au pays au développement, à la production et à la promotion de pièces de théâtre, jouent un rôle essentiel à l’échelle nationale. De plus, le CNA a récemment annoncé un important virage en faveur de la création dont bénéficieront les artistes et les organisations artistiques qui, partout au Canada, créent de nouvelles œuvres ambitieuses pour les auditoires nationaux et internationaux, ainsi que la mise sur pied d’un département de Théâtre autochtone qui commencera ses activités en 2019.

Le Théâtre français et le Théâtre anglais du CNA sont tous deux dirigés par des lauréates du Prix Siminovitch – respectivement, Brigitte Haentjens (2007) et Jillian Keiley (2004). En fait, depuis que le Prix a été remis pour la première fois en 2001, on a pu voir le travail de chacun des quinze lauréats sur la scène nationale au CNA.

Cette année, le CNA fera également équipe avec l’École nationale de théâtre (ÉNT) du Canada dans le cadre d’une nouvelle collaboration. Plus grande école de théâtre au pays, l’ÉNT offre des programmes de formation de haut niveau, tant en anglais qu’en français, dans tous les métiers du théâtre, dont ceux de comédien, producteur, scénographe, concepteur de costumes, auteur et metteur en scène. L’École s’attache à former des leaders passionnés qui contribueront à façonner le monde du théâtre de demain au Canada et ailleurs dans le monde. Inspiré par l’importance qu’accorde le Prix Siminovitch au mentorat, le CNA réunira des finalistes et des élèves de l’ÉNT dans une série d’ateliers et de balados organisés dans le cadre des festivités cet automne.

Communiqué de presse | Prix Siminovitch

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *