Articles de la revue Dernier numéro JEU 184 : René Richard Cyr

Artiste et neuroatypique : le clou du spectacle

De plus en plus de propositions sont le fait d’artistes vivant avec une condition neurologique atypique (par exemple, l’autisme). Une réalité complexe qu’il convient de démystifier en en saisissant les enjeux tels qu’ils sont vécus de l’intérieur.

 
Les artistes d’une condition neurodiverse – ou de la neurodiversité – sont principalement des personnes vivant avec des caractéristiques neurodéveloppementales spécifiques (structuration des réseaux du cerveau impliqués dans la motricité, la vision, l’audition, le langage ou les interactions sociales). Ces aires du cerveau sont « câblées » d’une façon différente, ce qui a donné naissance aux termes neurotypique et neuroatypique, le premier faisant référence à la configuration la plus généralement observée dans les populations humaines, le second, à une configuration particulière, qui diffère du tout au tout par rapport aux personnes neurotypiques et même d’une personne neuroatypique à une autre.

On parle de « condition », car il ne s’agit pas d’une pathologie, mais d’une manière non conventionnelle de traiter l’information et d’interagir avec le monde…

(Le sujet vous intéresse? Lisez la suite dans la revue JEU 184.)