Critiques

Oulipo Show : Acrobaties verbales

Pour célèbrer les 30 ans de la compagnie Ubu, Denis Marleau a choisi de fouiller son répertoire, d’en tirer une perle et de faire en sorte qu’une nouvelle génération soit exposée à ses feux. Heureuse initiative! À en croire ceux qui à la fin des années 80 ont vu Oulipo Show, hommage aux œuvres débridées des joyeux comparses de l’Ouvroir de Littérature Potentielle, la nouvelle mouture est aussi jubilatoire que la première, le ravissement aussi grand. Tour de force, exploit, spectaculaires acrobaties verbales…. sont des expressions qui s’imposent.

Jean-François Chassay avait bien raison d’écrire dans JEU 47 que «le texte, rapidement mécanique, ne communique plus rien; le langage tourne à vide, mais c’est à partir de là que le spectacle devient passionnant.»  En effet, les mots, essentiellement ceux des savoureux Exercices de style de Queneau, une matière littéraire éminemment théâtrale, faite pour être proférée à haute voix, pour résonner dans le corps, sont défendus avec une rare virtuosité par Carl Béchard, Pierre Chagnon, Bernard Meney et Danièle Panneton; les comédiens qui, rappelons-le, ont créé le spectacle il y a 23 ans. C’est ce qu’on appelle garder la forme!

Sur un plateau presque nu, dans leurs habits beiges de sages écoliers, les interprètes sont les locomotives d’un train en marche, un train qui file à une allure toujours plus folle. Pareille vélocité inspire de la fascination mais suscite également des cascades de rires. On rit des postures, des grimaces, des onomatopées, de ces 1001 contrepoints truculents savamment apportés au propos par les corps.  Il est à vrai dire impossible de résister au concerto endiablé que livre le quatuor, une suite de mouvements tour à tour grinçants, lubriques et dérisoires, le portrait d’un humanité acrimonieuse, une galerie d’individus qui ne manquent pas de ressort mais qui peinent indéniablement à vivre ensemble. Vous avez dit contemporain?

 

Oulipo Show
Collage de textes. Mise en scène: Denis Marleau
Une production de la compagnie Ubu, à l’Espace Go jusqu’au 12 novembre 2011 et au Théâtre français du CNA du 27 février au 2 mars 2013.

 

Christian Saint-Pierre

Critique de théâtre, on peut également le lire dans Le Devoir et Lettres québécoises. Il a été rédacteur en chef et directeur de JEU de 2011 à 2017.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *