Entrevues

Ubu sur la table : les dessous (5)

Créé par le Théâtre de la Pire Espèce en 1998, le spectacle Ubu sur la table fête en 2013 ses 15 ans de tournée. Adaptation très libre de Ubu roi, d’Alfred Jarry, ce théâtre d’objet créatif et déjanté a donné 750 représentations de par le vaste monde. Pour souligner ce bel anniversaire, le Théâtre de la Pire Espèce propose cinq représentations d’Ubu sur la table, au Théâtre Aux Écuries, tous les vendredis soir du mois d’octobre. Et JEU publie cinq billets retraçant les folles pérégrinations d’Ubu, tous les jeudis.

Fin de party

Si ces 15 années de tournée ont façonné le regard d’Olivier Ducas, il n’en reste pas moins aigu sur la création et la pratique de l’art : « Je trouve qu’au Québec le théâtre a du mal à se libérer du romantisme, dit Olivier Ducas, il est resté assez traditionnel, conservateur, alors qu’il faudrait encourager les formes différentes, les recherches qui s’aventurent loin des sentiers battus. »

Le père d’Ubu constate et regrette une certaine prudence dans la programmation des théâtres : « La ligne est mince, on se partage un même public, on veut lui donner ce qu’il aime. On ne créé pas des spectacles pour le public mais on connaît les recettes pour remplir une salle: du comique avec des vedettes. Ce n’est pas un travail de créateur. Le créateur doit inventer de nouvelles formes, et en cela il prend des risques. Comme celui de ne pas avoir de public dans la salle… Si on est jugés sur nos résultats de billetterie, on pourrait devenir prudent! Il faut aller à contrecourant de la production à tout prix et des résultats de gestion et de remplissage de salle. La vitalité de la création des compagnies doit être ramenée au premier plan. Il faut se battre pour ça. Je pense que les spectateurs vont finir par déserter le théâtre, parce qu’il est ronflant, qu’il manque d’audace. Le théâtre est un endroit pour vivre des choses uniques, qu’on ne vit nulle part ailleurs. »

Et, pour la suite des choses, Ducas a une position très claire : « Je pense que le rythme de production devrait être revu. Les compagnies sont prises dans une obligation de diffusion de leurs spectacles qui retentit sur la création. Mais le temps de création est très important pour cet art de recherche qu’est le théâtre, aussi les résidences de création devraient être développées. Il est nécessaire de se donner du temps pour créer. Faire moins de spectacles et plus de résidences, pour faire un meilleur théâtre ! »

Du temps et de l’argent pour créer : bonne fête Ubu !

Fin de série et tournoi de babyfoot

Aux Écuries, le 1er novembre à 20 h 30. Pas de réservations, premier arrivé, premier servi. Et payez ce que vous voulez.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *