Entrevues

Marie-Pierre Proulx, l’auteure-scénographe

Marianne Duval

Diplômée d’une maîtrise en théorie théâtrale et en dramaturgie, Marie-Pierre Proulx verra son premier texte écrit en solo, Jack, mis en lecture par le Théâtre de la Vieille 17 dans le cadre de l’événement les Feuilles vives organisé tous les deux ans par l’organisme Théâtre Action.

« En réunissant ainsi public, producteurs et auteurs, les Feuilles vives aident le milieu du théâtre franco-ontarien à faire avancer sa dramaturgie, estime la jeune femme. Présenter mon texte à mes pairs, puis aux spectateurs me permettra d’aller plus loin dans mon écriture. » D’autant plus que Marie-Pierre Proulx se prévaut du service de conseils dramaturgiques offert aux auteurs sélectionnés par le jury des Feuilles vives. « Je suis coachée par le dramaturge Robert Marinier, dit-elle. Il m’aide à préciser la quête de mon personnage. »

Cette quête, c’est celle d’Alexandra, devant faire le deuil de son grand-père, voyageur invétéré. Avec dans son sac le roman Sur la route de Jack Kerouac, la craintive jeune fille relèvera le défi de parcourir une partie des États-Unis sur les traces de son aïeul. « La pièce se situe à mi-chemin entre la dramaturgie dialoguée et le conte théâtral », explique celle qui œuvre aussi à titre de scénographe pour plusieurs compagnies. « La scénographie est une autre forme d’écriture théâtrale », dit-elle en mentionnant, au nombre de ses influences, Joël Pommerat et sa façon d’utiliser l’espace.

L’auteure résiste pourtant à la tentation de visualiser son texte porté à la scène lorsqu’elle écrit, favorisant ainsi la liberté du metteur en scène, du scénographe et des autres créateurs d’éclairages et de costumes. « C’est important de leur laisser la place, précise-t-elle, car cela leur permet d’ajouter des couches de sens au texte d’un dramaturge, de superposer d’autres écritures à la sienne. » Dans cette optique, Marie-Pierre Proulx a donné le nom de Jack à tous les personnages masculins qui croisent le chemin de son héroïne, ne spécifiant pas s’ils doivent être interprétés par un seul acteur ou par « un chœur d’hommes ». Reste donc à voir ce que décidera le Théâtre de la Vieille 17.

Jack

Texte : Marie-Pierre Proulx. Présenté par le Théâtre de la Vieille 17. À l’École secondaire publique De La Salle (Ottawa) le 16 septembre 2016.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *