Critiques

Norge : À la recherche d’une grand-mère perdue

Stéphane Bourgeois

Pour rendre hommage à la famille, à l’amour et aux terres d’accueil, Kevin McCoy, homme de théâtre éclectique basé à Québec, chausse les souliers d’auteur, de metteur en scène et de comédien dans Norge, une reprise du spectacle créé en 2015 au Théâtre du Trident.

norge-2stephane-bourgeoisStéphane Bourgeois

Alors que la santé de ses parents se met à décliner, McCoy décide de se lancer sur les traces de sa grand-mère norvégienne, Herbjørg Hansen, qui a quitté son pays alors qu’elle n’avait que 14 ans pour émigrer aux États-Unis. Qui était elle, où avait-elle grandi, pourquoi être partie si jeune? C’est avec pour seul indice un passeport qu’il part à la recherche des réponses à ces questions.

Sa quête le mènera au nord du cercle polaire, là où la nuit ne finit jamais. Ibsen, Grieg, Munch… à la faveur de ses pérégrinations, il redécouvre les artistes norvégiens que le monde entier admire, apprend les rudiments de la langue de ses ancêtres et conduit sur des routes de montagne sans garde-fou. Au récit de voyage se mêlent habilement l’histoire de ses parents et la sienne, lui qui, comme sa grand-mère est un émigré puisqu’il a quitté les États-Unis pour le Québec en 1997, sous l’effet de son amour pour le bien connu Robert Lepage.

norge-3stephane-bourgeoisStéphane Bourgeois

Tout en douceur

Pour raconter tout cela, McCoy choisit la lenteur, et c’est un rythme qui sied le spectateur, agréablement bercé par les notes de la pianiste Esther Charron, et envoûté par les photos de voyage, qui constituent l’essentiel du décor.

En filigrane, c’est la question de l’identité et des racines que pose McCoy, tantôt touchant, tantôt drôle, toujours juste. Si le côté didactique du spectacle est un peu trop marqué, versant à quelques reprises dans un exposé de type «Norvège 101», on se laisse toutefois gagner par la douceur qui en émane et séduire par les talents de conteur de McCoy.

Norge

Texte et mise en scène: Kevin McCoy. Scénographie, costumes et accessoires: Yasmina Giguère. Éclairages: Laurent Routhier. Direction musicale: Esther Charron. Son: François Leclerc. Chorégraphie: Arielle Warnke St-Pierre. Vidéo: Lionel Arnould. Collaboration artistique: Nicolas Léger. Avec Kevin McCoy et Esther Charron (piano). Une coproduction du Théâtre Humain et du Théâtre du Trident. À l’Espace GO jusqu’au 10 décembre 2016. À la Salle Pauline-Julien (Sainte-Geneviève) le 25 octobre 2017 et à l’Espace Théâtre (Mont-Laurier) le 11 novembre 2017.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *