Entrevues

Véronique Pascal : sur tous les fronts

Cet été, Véronique Pascal prend part à deux spectacles présentés à l’occasion du Zoofest : La Gardienne et Métro Flirt, frencher sur la ligne verte. Deux propositions totalement différentes, reliées par une forte passion pour la comédie. «J’ai un été bien chargé», lance en riant la comédienne, auteure et metteure en scène.

Sur les rails

Qui n’a pas déjà consulté la section «Métro Flirt» du journal Métro? Cynthia Trudel, l’auteure de Métro Flirt, frencher sur la ligne verte, une comédie musicale pour le moins décalée, semble en être friande. «C’est très drôle ce que Cynthia a créé, révèle Véronique Pascal. Il est question de ce regard enflammé qu’on peut échanger avec quelqu’un entre Pie-IX et Joliette. C’est l’histoire d’une fille, archétypale, qui cherche l’amour très maladroitement, et surtout aux mauvais endroits.»

Si Véronique Pascal se définit elle-même comme une «comédienne qui écrit», plutôt que comme une metteure en scène, il reste qu’elle a un grand plaisir à diriger les comédiens dans cet univers hilarant et très épuré : «Dès que j’ai lu le texte, j’ai su où mettre mon grain de sel, quoi faire pour préciser la mise en place, pour obtenir un résultat très amusant. J’ai beaucoup aimé rendre l’interprétation physiquement dynamique, trouver des manières de faire exister l’ambiance du métro sans tuer les dialogues. Je pense que j’ai trouvé un bon équilibre entre la mécanique corporelle et le texte.»

Frissons garantis

Ce ne sera pas le premier tour de piste de La Gardienne, un spectacle qui a fait fureur l’année dernière au Zoofest, après un laboratoire très réussi à la Zone Homa en 2015. Si bien que Véronique Pascal et Catherine Paquin-Béchard ont décidé de ne pas vraiment retoucher leur texte, sorte d’ode à la «littérature cheap». Parodie de la collection de livres d’horreur pour adolescents «Frissons», le spectacle raconte l’histoire de Julie, chargée de garder l’enfant des voisins. Bien vite, l’adolescente sera harcelée, recevant des appels et des notes terrifiantes. Mais qui peut bien lui vouloir du mal?

Tout comme Métro Flirt, La Gardienne s’appuie sur une scénographie plutôt simple. «Quand on n’a peu de moyens, explique Véronique Pascal, il faut accentuer les propositions, travailler dans une extrême précision. J’adore quand la mise en scène est réglée au quart de tour. On tombe dans la prouesse. D’ailleurs, je fais totalement confiance aux comédiens et à leur imaginaire. Au Fringe et au Zoofest, ce sont toujours des équipes très fortes, des acteurs qui travaillent sans relâche, mais dans le plaisir.»

Deux solitudes?

Celle qui a un pied dans chaque univers, en travaillant dans toutes les nuances entre le théâtre et l’humour, estime que les comédiens et les humoristes ont plus de points communs que l’on pourrait le croire : «On me lancera des tomates, mais, à mon sens, il n’y a pas beaucoup de différence entre un excellent comédien, un excellent conteur et un excellent humoriste.»

Ressent-elle un snobisme envers l’humour? «Bien entendu! Ces temps-ci, alors que le milieu du théâtre se bat vigoureusement pour sa pratique, je pense que plusieurs croient que les humoristes occupent trop de place. Pourtant, de la part des spectateurs, je n’ai jamais senti de distinction entre les deux métiers. Quand c’est drôle, c’est drôle!» Et ça risque bien d’être drôle du côté du Zoofest cet été.

Métro Flirt, frencher sur la ligne verte

Texte : Cynthia Trudel. Mise en scène : Véronique Pascal. Musique : Sarah-Émilie Deschamps. Avec Cynthia Trudel, Luc Chandonnet, Antoni Castonguay-Harvey, Cédrik Lapratte-Roy et Olivier Turcotte. Une production de Carnage pOp. Au Café Cléopâtre, à l’occasion du Zoofest, du 7 au 15 juillet 2017.

La Gardienne

Texte : Catherine Paquin-Béchard et Véronique Pascal. Mise en scène : collective. Éclairages : Nicolas Dubois. Musique : Vincent Pascal et Jérémie Ricard. Chorégraphies : Olivier Rousseau. Avec Anne Trudel, Benjamin Déziel, Gabriel Paré, Guillaume Tremblay, Maxime Desjardins, Olivier Rousseau. Une production du All In Théâtre. Au Studio du Monument-National, à l’occasion du Zoofest, du 16 au 25 juillet 2017.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *