Entrevues

Amélie Dallaire dans le chaos de la création

Expliquer sa vision de la création, voilà en quelque sorte le défi que l’auteure et comédienne Amélie Dallaire s’est lancé afin de donner naissance à La conférence. Présentée le 11 août à l’occasion du ZH Festival, la performance s’annonce totalement décalée.

C’est un peu par accident que l’auteure de l’absurde Queue cerise, une pièce présentée à la Salle Jean-Claude-Germain en janvier dernier dans une mise en scène d’Olivier Morin, s’est retrouvée à créer La conférence : «C’est Mellissa Larivière, la directrice du ZH Festival, qui m’a incitée à présenter un projet. Elle m’a invitée à parler de ma démarche. Ayant peu de textes à mon actif, principalement des courtes pièces, j’avoue que ça me tentait plus ou moins d’aller dans cette direction. Finalement, j’ai décidé de faire une fausse conférence.»

Sa proposition s’articule autour de trois personnages : la créatrice (Raphaëlle Lalande), l’assistant (Éric Bernier) et la garde du corps (Karine Gonthier-Hyndman). «Ensemble, explique Dallaire, ces comédiens incroyables ont une énergie cosmique. Ils enrichissent énormément ma réflexion. Ce sont aussi trois personnes excessivement drôles. Je ne veux pas donner exclusivement dans le registre comique, mais c’est certain qu’il y aura des rires.»

Loin de l’autofiction

Si La conférence porte sur la manière d’aborder le travail, l’artiste se dissocie tout de même de son contenu : «Je ne m’expose pas. Ce n’est pas une autofiction. Je me questionne beaucoup en ce moment sur la création dans la vie de tous les jours, sur l’ampleur de mon engagement. Pour moi, la création est une expérience vraiment chaotique et fascinante, pas du tout linéaire, pleine de réflexions et d’opinions. Certaines idées viennent de nulle part, elles surgissent par accident. C’est parfois miraculeux. J’aimerais créer un tout qui reste chaotique, mais tout en répondant à une logique forte.»

Comment ça se traduit dans la mise en scène? «Je ne sais pas, lance Dallaire après un silence. Je me sers bien sûr beaucoup de ma vision de la création pour nourrir et orienter les choix de mise en scène. J’ai une image de ce que ce sera la performance théâtrale, mais je ne parviens pas vraiment à la mettre des mots. Ce sera sûrement éclaté. J’aimerais être plus précise dans ma démarche, et aussi dans ma façon de l’exprimer. En fait, ça risque de ressembler à ma manière d’en parler, ce sera sûrement désordonné. Heureusement, le ZH Festival est le lieu tout désigné pour expérimenter.»

La conférence

Créatrice : Amélie Dallaire. Avec Raphaëlle Lalande, Karine Gonthier-Hyndman et Éric Bernier. À la Maison de la culture Maisonneuve, à l’occasion du ZH Festival, le 11 août 2017 à 18 h 30. En programme double avec Là où fuit le monde en lumière, monologue poétique mis en scène par Rose Eliceiry.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *