Entrevues

Anne-Marie Ouellet : une décharge de vie

Jonathan Lorange

Depuis 2008, L’eau du bain, la compagnie d’Anne-Marie Ouellet et Thomas Sinou, propose aux spectateurs de sortir du théâtre «pour aller à la rencontre de nouveaux paysages et de nouveaux personnages». Avec ses créations atypiques, Ouellet «façonne le réel en injectant de la fiction, éclairant avec douceur et acuité la part intime des individus». L’artiste répond à nos questions à propos des deux œuvres qu’elle présente au OFFTA: La nébuleuse et White Out.

Bulle vaporeuse

Après Le son de l’ère est froid, une cabane de pêche «hantée par un autre paysage et par les personnages qui y ont un jour habité», L’eau du bain propose La nébuleuse, une nouvelle installation sonore et participative qui sera accessible gratuitement, sur la Place de la Paix, juste en face du Monument-National. «C’est le visiteur qui fait office de protagoniste, révèle Anne-Marie Ouellet. Pendant 12 minutes, en enfilant une paire d’écouteurs, il devient le personnage principal du rêve de quelqu’un d’autre. C’est un petit voyage, une bulle vaporeuse en plein centre-ville.»

Avec ce dispositif, qu’elle qualifie de «machine à rendre le réel nébuleux», la créatrice espère faire entrer le spectateur dans «une zone entre le sommeil et l’éveil, quand l’imaginaire et le réel sont fusionnés». «Les écouteurs sont équipés de micros qui captent l’environnement sonore immédiat, précise-t-elle. Le traitement de ces sons injecte une dose de théâtralité dans notre rapport au monde extérieur. Impossible de distinguer ce qui est du dehors de ce qui est préenregistré. Nous donnons juste assez de repères et d’indices, de manière à favoriser l’abandon, à laisser de la place à l’imagination. À vrai dire, nous avons très hâte de voir les gens se plonger dans l’expérience et de recueillir leurs commentaires.»

Traversée lumineuse et sonore

Présentée au Studio du Monument-National, White Out est une œuvre qui s’inscrit dans la continuité d’Impatience, créé avec des adolescents, et de Nous voilà rendus, élaboré avec des personnes âgées. «Le spectacle invite des enfants à s’approprier l’espace scénique, à semer le chaos, explique Ouellet. Cette fois, nous ne sommes plus dans le témoignage ou l’autofiction, mais plutôt dans une traversée lumineuse et sonore.» De ce nouvel opus, qui sera donné au OFFTA dans une version en chantier, la créatrice n’hésite pas à parler en matière de «pièce-paysage»: «Le personnage principal est une chambre d’un petit hôtel en bord de mer, une mer du nord sans touristes. On imagine que le lieu a enregistré tous les drames qui s’y sont déroulés et qu’il les rejoue dans le désordre. On se représente le blanc des draps comme une page sur laquelle le spectateur peut projeter ses amours vécus et perdus.»

S’il fallait trouver un thème fondamental, la créatrice affirme qu’il s’agirait du vide: «C’est un vide blanc, celui dans lequel on a l’impression de tomber lorsque la souffrance est trop grande, mais il contient aussi une décharge de vie. C’est cette vie débordante que les enfants apportent quand ils arrivent sur le plateau.» Pour évoquer cette perte de repères qui survient lors de certaines conditions atmosphériques et climatiques, celle à laquelle le titre du spectacle fait référence, on dit que Nancy Bussières, conceptrice d’éclairages, et Thomas Sinou, concepteur sonore, n’ont ménagé aucun effort. «La chambre que nous mettons en scène s’ouvre vers l’extérieur, explique Ouellet, elle laisse pénétrer la tempête du dehors tout en nous plongeant dans des sphères très intimes. C’est un premier test de mise en forme de ce rêve. Pas besoin de vous dire que les retours du public seront précieux.»

La nébuleuse

Conception: Anne-Marie Ouellet. Son: Thomas Sinou. Éclairages: Nancy Bussières. Scénographie: Marie-Pierre Proulx. Une coproduction de L’eau du bain et du Partenariat du Quartier des spectacles. Sur la Place de la Paix (boulevard Saint-Laurent, en face du Monument-National), à l’occasion du OFFTA, du 25 mai au 3 juin 2018. En continu. Gratuit.

White Out

Mise en scène: Anne-Marie Ouellet. Son: Thomas Sinou. Éclairages: Nancy Bussières. Scénographie: Simon Guilbault. Conseils artistiques: Élaine Juteau. Avec Anne-Marie Ouellet et Jeanne Sinou. Une production de L’eau du bain. Au Studio du Monument-National, à l’occasion du OFFTA, les 2 et 3 juin 2018.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *