Entrevues

Alexis Diamond : road trip identitaire

Faux-AmisDavid Ospini

Une semaine avant le lancement de la 18e édition du Festival Jamais Lu, l’autrice et codirectrice du festival Alexis Diamond nous livre, avec son charmant accent anglophone, les dessous de cette édition spéciale pancanadienne et le processus derrière son texte Faux-amis.

C’est lors d’un séjour à Banff avec Pascal Brullemans, un des codirecteurs artistiques du festival du Jamais Lu cette année, que le thème de la 18e édition prend forme. En passant du temps avec la communauté artistique anglophone, Alexis Diamond se désole des frontières qui existent entre le milieu théâtral francophone et anglophone.

« On s’est alors demandé comment franchir les solitudes et faire le pont entre des artistes qui ont des démarches qui se ressemblent et qui sont en dialogue sans le savoir. Pascal en a ensuite parlé à Marcelle, la directrice du festival Jamais Lu, et elle a décidé que ça allait devenir la thématique de cette année », se rappelle Alexis.

Emballée par le projet, la directrice Marcelle Dubois décide alors de construire une programmation pancanadienne, avec notamment un forum pour accorder une place et laisser la parole aux diverses voix du milieu. 

« C’est un projet spécial de trois journées pleines d’échanges, de partages, de confrontations et de débats autour de pourquoi il y a ces murs invisibles entre les communautés” et comment partager nos façons de faire et nos points de vue”. On a voulu ouvrir la discussion le plus possible entre des voix francophones, anglophones et autochtones». 

Alexis s’est longtemps questionné sur la nécessité grandissante d’abaisser les frontières entre les différentes langues et cultures au Canada. 

« Nous sommes arrivés à un moment où les versions d’Histoire que nous avons prises pour acquis doivent être remises en question. Il y a eu un soupir de satisfaction quand nous avons envoyé les invitations aux différents artistes et je pense que ça prouve qu’il est temps de proposer une autre façon de vivre ensemble ». 

L’équipe de l’organisation souhaite poursuivre la réflexion en invitant des auteurs et autrices anglophones à faire traduire leurs textes par des professionnel·les du milieu québécois. « Ça nous a permis de former des couples qui pourront peut-être collaborer par la suite », raconte la nouvelle codirectrice.

C’est dans la continuité de cette même idée que l’autrice a coécrit avec Hubert Lemire la pièce Faux-amis, une comédie romantique sous forme de road trip entre Québec et Toronto.

« Je passais beaucoup de temps en char avec ma famille quand j’étais petite. On était dans un autre monde, on avait notre petit univers dans le char, c’était comme un écrin, un refuge. Puis un road trip au Canada, c’est forcément beaucoup de kilomètres puisque les distances sont immenses entre les villes. C’est donc un moment idéal pour discuter. C’est aussi dans cette idée d’appartenir ou d’être un étranger sur un territoire ». 

Cette longue route réunira deux personnages que tout oppose.

« Nicolas est sculpteur et habite à Québec. Il est indépendantiste, francophone et vraiment fier de sa ville. Ses racines sont profondément ancrées dans le territoire du Québec. Et puis il y a Saydie, une Montréalaise anglophone. Déjà, on a francophone et anglophone, donc conflit; Montréal, Québec, conflit », indique Alexis. 

Inspirée par de grands noms, comme Mozart et ses opéras ou encore Shakespeare et ses pièces, «au cœur sérieux, mais enrobé par les blagues et les situations comiques », Alexis Diamond souhaite révéler un modèle social à travers l’humour avec cette pièce. 

« C’est une comédie romantique où on soulève des questions de cohabitation. Nous ne sommes pas des philosophes alors c’est quand même léger et drôle. Pour moi, c’est la fonction de la comédie, apporter de l’observation sociale tout en restant dans l’humour. Mais la comédie, c’est vraiment difficile à écrire, c’est une question de rythme. Mais j’ai confiance », nous livre l’artiste, tout sourire. 

Faux-amis

Texte : Alexis Diamond, Hubert Lemire. Mise en lecture : Dayane Ntibarikure. Interprétation : Éloi ArchamBaudoin, Benoit Landry, Kathleen Stavert. Une création présentée dans le cadre du 18e Festival du Jamais Lu au Théâtre Aux Écuries le 5 mai 2019.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *