Critiques

Pétrole : Plus ça change, plus c’est pareil

Audio de pétrole de Duceppe. Photo : Simon

Ces jours-ci, les initiatives visant à réinventer les arts de la scène se multiplient, et, parmi elles, s’inscrit l’idée du théâtre Duceppe de nous proposer une version audio de la nouvelle pièce de François Archambault, Pétrole, qui devrait être montée sur scène en 2021.

Enregistrée en studio à la suite d’un laboratoire avec les artistes, cette captation nous offre une incursion dans le processus de création d’un spectacle, à l’étape du travail de table et de l’exploration musicale. Comme à la belle époque du radio-théâtre, elle est divisée en quatre épisodes (pour une durée totale d’un peu moins de 2h30).

Archambault décrit son texte comme une fiction documentée. Passionnante et riche en rebondissements, celle-ci nous emmène sur les traces de Jarvis Larsen (Simon Lacroix), un scientifique recruté par une compagnie pétrolière en 1979, pour étudier les impacts du pétrole sur le climat et l’éventuel développement d’énergies alternatives. Plutôt naïf, celui-ci découvrira à ses dépens le cynisme de son employeur, dont l’objectif est en fait de réaliser un maximum de profits avant que le gouvernement légifère. De son côté, celui-ci, quoique mis au courant des risques du réchauffement climatique par différent·es activistes, est plus préoccupé par les questions d’autonomie énergétique, de liens diplomatiques avec le Moyen-Orient, et de crise économique potentielle. Quarante ans plus tard, la petite-fille de Larsen essaie de sauver les abeilles, et les gouvernements ont toujours les mêmes arguments pour ne rien faire.

À l’exception d’un passage trop didactique au sujet de la Campagne des quatre nuisibles de Mao, le texte incorpore habilement les éléments de nature informative sur le réchauffement climatique et nous laisse stupéfait·es devant l’ampleur du déni et de l’inaction qui perdurent depuis des décennies. Le rythme de la captation est très bon, la musique habille élégamment les dialogues et les didascalies lues par Édith Patenaude s’intègrent bien à l’ensemble, nous permettant de suivre sans effort les interactions entre les personnages, les changements de lieux et les sauts dans le temps; de plus, des effets de son facilitent la distinction entre les conversations parallèles. Une belle réussite.

Pétrole

Texte : François Archambault. Mise en scène : Édith Patenaude. Musique : Mykalle Bielinski. Réalisation de la captation audio : Laurier Rajotte. Avec Éric Bernier, Frédéric Blanchette, Louise Cardinal, Jean-François Casabonne, Paméla Dumont, Simon Lacroix, Jean-Sébastien Lavoie, Marie-Ève Milot, Iannicko N’Doua, Olivia Palacci (laboratoire de création), Alice Pascual, Catherine Trudeau, Alexandrine Warren (captation audio). Une production du théâtre Duceppe disponible sur son site internet.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *